Martine Aubry : « Je n’ai jamais rêvé d’être présidente de la République »

Martine Aubry : « Je n’ai jamais rêvé d’être présidente de la République »

Elle avait promis de ne pas y aller, et pourtant le 28 novembre dernier Martine Aubry a annoncé briguer un quatrième mandat à Lille. Élue pour la première fois en 2001, la protégée de Pierre Mauroy a su s’implanter dans une ville devenue au fil des années un des derniers bastions socialistes dans le Nord. Dans son film, « la dame de Lille » Hélène Desplanques revient sur l’attachement local d’une femme politique qui s’est un temps rêvé un destin national, avec quelques confessions en prime sur son rapport ambivalent au pouvoir.
Public Sénat

Par Mariétou Bâ

Temps de lecture :

4 min

Publié le

Mis à jour le

« Obstinée », « travailleuse », « têtue », « cheftaine » ; « elle n’aime pas forcément composer avec ses interlocuteurs », « mais elle est intègre », dit-on, même dans le camp adverse. Les trois mandats en tant que maire de Lille ont valu à Martine Aubry des qualifications assez unanimes, dans sa famille politique comme chez ses opposants. Souvent comparée à son prédécesseur Pierre Mauroy, pourtant elle ne lui ressemble pas. Martine Aubry ne délègue pas les tâches, et se retrouve plutôt dans la confrontation que dans le consensus. Si elle se différencie de l’ancien maire, elle reste, elle aussi, une dernière figure de proue du socialisme nordiste.

Une trajectoire politique fulgurante

Parisienne, fille de Jacques Delors, Martine Aubry est diplômée de Sciences Po et de l’ENA. Interviewée dans le documentaire d’Hélène Desplanques, la « dame de Lille », revient sur sa carrière fulgurante. En 1991, à tout juste 41 ans, elle est nommée ministre du Travail par Édith Cresson, six ans après elle choisit par Pierre Mauroy pour lui succéder à Lille. Face caméra, assez détendue dans un cadre intimiste, Martine Aubry avoue avoir été « parachutée » en 1997, dans une ville qu’elle ne connaissait pas. Première adjointe, durant plus de cinq ans, elle devient maire en 2001.

Aujourd’hui la mairesse, très à l’aise, marche fièrement dans les allées de la fameuse braderie de septembre au point que tout le monde la considère comme « une fille du pays », et elle ne compte pas céder sa place. Contrairement à ce qu’elle avait annoncé, Martine Aubry a porté sa candidature le jeudi 28 novembre 2019.

En 2004, les rues de Lille retrouvent leur « fierté urbaine »

Battue, dans les larmes, aux législatives en 2002, « la dame des 35 heures » va devenir « la dame de Lille ». Lors de son premier mandat, Martine Aubry s'occupe en priorité des quartiers populaires avant de mettre le cap sur la culture. 2004, Lille est élue capitale européenne de la culture. Défilés, carnavals et concerts envahissent les rues de la ville. Des « Maisons folies » lieux de brassage culturel sont créées dans différents quartiers. Martine Aubry fait vivre la notion de « fierté urbaine », dans une région qui a connu durant les dernières décennies, désindustrialisation et chômage.

 

Extrait du documentaire "Martine Aubry, la dame de Lille" réalisé par Hélène Desplanques
01:15

2008, Martine Aubry est réélue avec 66,56 % des voix, un score historique, qui la rapproche un peu plus de ces figures historiques nordistes comme Roger Salengro élu maire en 1935.
Un ancrage local qui prend de plus en plus de place. En 2011, celle qui perd la primaire socialiste face à François Hollande, renonce l'année suivante à se présenter aux élections législatives.

« J'ai jamais rêvé d'être président de la République, c'était même une crainte » Martine Aubry


Interviewée dans le documentaire, Martine Aubry se confie : « je n'ai jamais rêvé d'être présidente de la République, c'était même une crainte, non pas que je pensais que je n'avais pas de capacités à… (mais) parce que l'idée d'être enfermée dans un château, de ne pouvoir plus vivre. Aller au marché, rencontrer les gens, pour moi c'est ça…la vie…» Un rapport au pouvoir, complexe, qui n'est pas sans rappeler celui de son père Jacques Delors qui avait refusé en 1995 de se présenter à l'élection présidentielle.

Extrait du documentaire "Martine Aubry, la dame de Lille" réalisé par Hélène Desplanques
02:33

La maire de Lille entend bien le rester, ce qui la rapproche d’autres figures politiques, souvent des hommes. Un refus de céder le pouvoir qui fait d’elle une des « baronnes de la politique » française.

 

Dans la même thématique

Le President de la republique visite le salon international de l’agriculture
5min

Politique

Salon de l’agriculture : le grand débat, « un échec historique pour la communication de l’Élysée »

Face au tollé provoqué par l’invitation des Soulèvements de la Terre à un grand débat avec les acteurs du monde agricole, l’exécutif rétropédale et plaide une « erreur ». La FNSEA, rejointe par d’autres organisations conviées, refuse une telle rencontre. À la veille de l’ouverture du Salon de l’agriculture, le « coup politique » tenté par Emmanuel Macron semble avoir du plomb de l’aile.

Le

Paris: Macron visiting the 59th edition of the International Agriculture Fair
9min

Politique

Le Salon de l’agriculture, du « Casse-toi, pauv' con » à l’œuf jeté sur Macron, une terre fertile en prises de bec

Temps fort de la vie politique, le Salon international de l’agriculture est aussi un terrain favorable aux accrochages, avec des élus et responsables politiques à portée d’engueulade. Le tout sous l’objectif des caméras. Dans un contexte de remobilisation du monde agricole, la 60e édition du « SIA » s’annonce sous haute tension. Retour sur les incidents et autres bousculades qui ont marqué ses allés ces dernières années.

Le

Martine Aubry : « Je n’ai jamais rêvé d’être présidente de la République »
4min

Politique

Salon de l’agriculture : « Il y a un niveau de tension supérieur à celui qu’il y avait au moment des blocages », prévient Arnaud Rousseau

Invité de l’émission Extra Local, le patron de la FNSEA confirme qu’il ne participera pas au grand débat souhaité par l’Élysée en ouverture du Salon de l’agriculture. Point de blocage : l’invitation des Soulèvements de la Terre à la table des discussions. Pour Arnaud Rousseau, « ce n’est pas la manière de sortir de cette crise de manière constructive ».

Le