Martinez et Berger demandent au gouvernement “un rééquilibrage” social

Martinez et Berger demandent au gouvernement “un rééquilibrage” social

Les dirigeants de la CGT et de la CFDT, Philippe Martinez et Laurent Berger, ont chacun appelé mardi le gouvernement à un ...
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

Les dirigeants de la CGT et de la CFDT, Philippe Martinez et Laurent Berger, ont chacun appelé mardi le gouvernement à un "rééquilibrage" de sa politique en faveur des plus fragiles, le premier allant jusqu'à qualifier Emmanuel Macron de "président des milliardaires".

"Il y a besoin d'un rééquilibrage", a déclaré sur Europe 1 Philippe Martinez en fustigeant "une politique pour les riches". "On a vu le président des riches, on a maintenant le président des milliardaires", a-t-il ajouté.

La réforme de l'ISF est "un vrai signe" donné par le gouvernement qui "dit à ceux qui ont un petit peu, lâchez pour ceux qui n'ont rien du tout", et qui "dit cadeau" aux autres, "ceux qui ont beaucoup", estime M. Martinez. Le numéro un de la CGT a également critiqué les entreprises "qui ne payent rien" en se demandant si Amazon allait "accepter de payer (ses) impôts en France".

Interrogé sur France 2 un peu plus tôt, le secrétaire général de la CFDT Laurent Berger a lui aussi demandé "un changement de direction du gouvernement".

"Depuis début juillet, à chaque fois qu'une décision tombe, elle demande un effort aux plus fragiles", a-t-il observé en évoquant la baisse "idiote" des APL, la "suppression brutale des contrats aidés" ou encore "les menaces sur les retraités modestes" et le pouvoir d'achat des fonctionnaire.

"En même temps, on baisse drastiquement l'Impôt de solidarité sur la fortune", a-t-il poursuivi.

"S'il n'y a pas rééquilibrage, je pense qu'il y a un risque (...) de radicalisation politique", prévient Laurent Berger en rappelant qu'il y a quelques mois "on se demandait si le FN n'allait pas arriver au pouvoir".

Pour Laurent Berger, "il est temps de mettre le gouvernement au pied du mur sur la politique sociale". "C'est ce que nous allons faire le 10 octobre, de manière unitaire, sur le pouvoir d'achat des fonctionnaires".

De son côté, Philippe Martinez a promis d'aborder tous les sujets de mécontentement lors des rencontres bilatérales prévues à l'Elysée le 12 octobre sur les prochaines réformes. Emmanuel Macron "veut passer au +deuxièmement+, nous on va rester sur le +premièrement+ parce qu'on a des choses à lui dire", a-t-il souligné, citant les décisions du gouvernement sur la CSG, l'ISF mais aussi les dossiers industriels comme Alstom ou STX, sur lesquels "il faut qu'il rende des comptes".

Dans la même thématique

Martinez et Berger demandent au gouvernement “un rééquilibrage” social
7min

Politique

Européennes : « La tentation d’un pacte brun, à la fois sur l’écologie et les idéologies, nous menace », alerte l’écologiste David Cormand

Dans la dernière ligne droite de la campagne des européennes, trois candidats, chacun à la seconde place de leur liste, sont venus sur le plateau d’Extra Local : Céline Imart pour la liste LR, David Cormand pour la liste des Ecologistes et Guillaume Peltier pour Reconquête. Ils se sont exprimés notamment sur l’immigration, la future présidence de la Commission européenne ou le nucléaire.

Le

French Prime Minister Gabriel Attal visit in Valence
7min

Politique

Délinquance des mineurs : après l’avoir supprimée, le gouvernement veut réintroduire la comparution immédiate

Un peu plus d’un mois après ses annonces destinées à « renouer avec les adolescents et juguler la violence », Gabriel Attal a esquissé des nouvelles pistes sur la justice pénale des mineurs qu’il souhaite voir intégrer dans un projet de loi d’ici la fin de l’année, notamment la possibilité d’être jugé à partir de 16 ans en comparution immédiate. Une procédure qui avait été supprimée lors de la réforme de la justice pénale des mineurs en 2021.

Le