Matignon dans le Cher : « Si c’est juste pour dire on vient vous voir et on ne vous entend pas, ça ne sert à rien »

Matignon dans le Cher : « Si c’est juste pour dire on vient vous voir et on ne vous entend pas, ça ne sert à rien »

Le premier ministre Edouard Philippe délocalise Matignon dans le Cher pendant trois jours. « Ça permet de prendre le pouls d’un territoire » salue le sénateur LR François Pillet. Son collègue Rémy Pointereau attend des « mesures qui permettent de stopper le sentiment d’abandon ».
Public Sénat

Temps de lecture :

4 min

Publié le

Mis à jour le

Tous au vert. Le premier ministre Edouard Philippe, son cabinet et quelques ministres et secrétaires d’Etat sont envoyés pour trois jours dans le Cher. Ce département rural n’a pas été choisi par hasard pour cette « décentralisation » de Matignon. Il s’agit de lutter contre l’image d’un Président et d’un gouvernement qui seraient plus tournés vers les villes que les campagnes. Difficile de cacher le plan com’. Un déplacement du même acabit avait déjà été réalisé dans le Lot, en décembre dernier.

« Rencontrer la réalité des habitants »

« L’idée, ce n’est pas du tout de compenser quoi que ce soit, mais de rencontrer, d’expliquer, (…) il n’y a rien qui remplace le contact direct » afin de « rencontrer la réalité des habitants de ce département » a défendu mercredi matin Edouard Philippe (voir la vidéo). Après une visite de l'abbaye de Noirlac, pour défendre le tourisme culturel, il devait se rendre dans l’après-midi dans une maison de santé pluridisciplinaire, pour évoquer la question des déserts médicaux. Des visites d’entreprises sont aussi au programme. Autre gros sujet : la limitation de la vitesse à 80 km/h sur les routes départementales. Le Cher, dont 98% des axes sont bi-directionnels et donc soumis à l'expérimentation des 80 km/h à partir du 1er juillet, est concerné au premier chef. Edouard Philippe a pesé pour maintenir cette mesure impopulaire. A lui de la défendre.

Edouard Philippe dans le Cher pour « rencontrer la réalité des habitants »
00:56

Elu du département, le sénateur LR François Pillet, salue l’initiative du déplacement d’Edouard Philippe. « Quand un premier ministre se déplace pendant presque trois jours dans un département, ça ne peut être que positif. Je retiens une visite qui s’éloigne de tout réflexe technocratique. Il écoute les gens, il veut bien discuter », « ça permet de prendre le pouls d’un territoire » souligne le sénateur du Cher, interrogé par Public Sénat. Il insiste sur « les angoisses, les craintes, les interrogations. (…) Les échanges portent sur une grande crainte : ne nous oubliez pas ». Regardez :

François Pillet, sénateur LR, sur la visite d'Edouard Philippe dans le Cher
02:12

« Qu’il nous entende et prenne les mesures qui permettent de stopper ce sentiment d’abandon »

« On ne peut pas voir ça d’un mauvais œil » reconnaît Rémy Pointereau, l’autre sénateur LR du département, joint par publicsenat.fr. Mais il attend de voir. « L’important, c’est qu’il nous entende et prenne les mesures qui permettent de stopper ce sentiment d’abandon qu’on vit sur notre territoire, que ce soit dans le domaine du numérique, des zones blanches en téléphonie. Le problème est énorme. Et il y a un vrai souci avec les déserts médicaux. Et je ne vous parle pas de l’agriculture, où on est dans une situation dramatique, que ce soit pour l’élevage, les céréales ou l’arboriculture. C’est dramatique », souligne le sénateur, auteur d’un rapport sur la revitalisation des centres-villes, face à leur désertification. Sans oublier les compensations pour la suppression de la taxe d’habitation.

Au bout du fil, on perd Rémy Pointereau. Il est en voiture dans le département et traverse une zone blanche. On le récupère. « Ça a coupé. C’est tout le temps comme ça » souffle le sénateur. On comprend qu’il attend de vraies décisions de la part du gouvernement. « Si c’est juste pour nous dire on vient vous voir, on vous écoute et on ne vous entend pas, ça ne sert à rien. Si on nous écoute et on trouve des solutions qui ne descendent pas de Paris mais qui viennent du terrain, ce serait la meilleure formule » imagine l’élu du Cher. Rémy Pointereau dîne ce soir aux côtés d’Edouard Philippe, avant de l’accompagner demain dans ses visites. Il compte bien « lui faire passer des messages ».

Dans la même thématique

Operation Wuambushu a Mayotte : Demolition en cours d’un vaste bidonville – Operation Wuambushu in Mayotte: Ongoing demolition of a vast slum
8min

Politique

« Mayotte place nette » : « La première opération était de la communication et la deuxième sera de la communication », dénonce le sénateur Saïd Omar Oili

Le gouvernement a annoncé ce mardi 16 avril le lancement du dispositif « Mayotte place nette », un an après le maigre bilan de l’opération baptisée « Wuambushu ». Saïd Omar Oili, sénateur de Mayotte, regrette le manque de communication du gouvernement avec les élus du département et met en doute l’efficacité de ce « Wuambushu 2 ».

Le

Paris : Question time to the Prime Minister Gabriel Attal
6min

Politique

100 jours à Matignon : « La stratégie Attal n’a pas tenu toutes ses promesses », analyse Benjamin Morel

Le Premier ministre marquera jeudi le passage de ces cent premiers jours au poste de chef du gouvernement. Si Gabriel Attal devait donner un nouveau souffle au deuxième quinquennat d’Emmanuel Macron, sa stratégie n’est néanmoins pas payante car il « veut en faire trop sans s’investir fortement sur un sujet », selon Benjamin Morel, maître de conférences en droit public.

Le

ILLUSTRATION : Carte Electorale
4min

Politique

Elections européennes 2024 : comment se déroule le scrutin ?

Tous les citoyens des pays de l’Union Européenne ne votent pas au même moment. Du 6 au 9 juin, ils se rendront aux urnes pour élire 720 députés au Parlement européen. Public Sénat vous explique tout sur ce scrutin, essentiel pour l’avenir de l’Europe.

Le