Matteo Renzi c’était « beaucoup de populisme et de démagogie » selon Arnaud Danjean

Matteo Renzi c’était « beaucoup de populisme et de démagogie » selon Arnaud Danjean

Après la victoire du « non » au référendum constitutionnel en Italie, le Premier ministre Matteo Renzi a présenté hier sa démission. Un échec qui est vu comme un symbole du rejet de la social-démocratie en Europe et une victoire pour les partis populistes. Invités d’Europe Hebdo, les députés européens Sylvie Goulard, Arnaud Danjean et Christine Revault d’Allonnes nuancent.
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Sylvie Goulard, députée européenne centriste, s’étonne de la façon dont le référendum italien a été présenté dans les medias. Selon elle, les choses ne sont pas aussi manichéennes qu’elles paraissent. Ce résultat n’est pas la victoire des anti-européens : « Il y avait parmi ceux qui appelaient à voter non des gens qui étaient des anti-européen […] mais également des pro-européens très convaincus », comme Mario Monti, ancien président du conseil des ministres italien, avait par exemple fait campagne pour le non.

« Présenter Matteo Renzi comme le grand pro-européen c’est également un peu court. » ajoute Sylvie Goulard. « C’est quelqu’un qui, lorsqu’il a été en poste, a aussi à maintes reprises critiqué violemment la Commission européenne, remis en cause violemment le pacte de stabilité ». Une analyse partagée par Arnaud Danjean, député européen du Parti Populaire Européen qui n’est pas tendre avec le Premier ministre démissionnaire : « On ne peut pas dire que Renzi lui-même ait forcément été quelqu’un de rationnel et d’opposé aux populistes par le passé. La façon dont il a pris le pouvoir en Italie, l’enthousiasme qu’il a généré, c’est beaucoup dû à de la communication. […] beaucoup de populisme et de démagogie aussi. Il se prend les pieds dans le tapis de son référendum et bien tant pis pour lui ».

Les invités d’Europe Hebdo reconnaissent toutefois une défiance en Europe envers les gouvernements en place, de plus en plus « balayés par les électeurs » selon Arnaud Danjean. Christine Revault d’Allonnes, députée européenne socialiste, appuie. Elle explique que le vote ne porte plus sur le sujet du référendum mais répond à un ras-le-bol. Et elle met en garde : « C’est tous les partis progressistes, pro-européens qui sont en difficulté. Ça c’est clair et il faut qu’on réagisse ! ».

Dans la même thématique

Brussels Special European Council – Renew Europe
10min

Politique

Européennes 2024 : avec son discours de la Sorbonne 2, Emmanuel Macron « entre en campagne », à la rescousse de la liste Hayer

Emmanuel Macron tient jeudi à la Sorbonne un discours sur l’Europe. Si c’est le chef de l’Etat qui s’exprime officiellement pour « donner une vision », il s’agit aussi de pousser son camp, alors que la liste de la majorité patine dans les sondages. Mais il n’y a « pas un chevalier blanc qui va porter la campagne. Ce n’est pas Valérie Hayer toute seule et ce ne sera même pas Emmanuel Macron tout seul », prévient la porte-parole de la liste, Nathalie Loiseau, qui défend l’idée d’« un collectif ».

Le

Jordan Bardella visite Poste-Frontiere de Menton
5min

Politique

Elections européennes : la tentation des seniors pour le vote RN, symbole de « l’épanouissement du processus de normalisation » du parti, selon Pascal Perrineau

Alors que la liste menée par Jordan Bardella (31.5%) devance de plus de 14 points la liste Renaissance, menée par Valérie Hayer (17%), selon le dernier sondage IFOP-Fiducial pour LCI, le Figaro et Sud-Radio, le parti de Marine Le Pen, mise désormais sur l’électorat âgé, traditionnellement très mobilisé pour les élections intermédiaires. Désormais deuxième force politique chez les plus de 65 ans (le RN conquiert 24% de cet électorat, 7 points de moins que Renaissance), la stratégie semble porter ses fruits. Décryptage avec le politologue Pascal Perrineau, professeur émérite à Sciences Po Paris et récent auteur de l’ouvrage Le Goût de la politique : Un observateur passionné de la Ve République, aux éditions Odile Jacob.

Le

Mairie de Paris, Jeux Olympiques 2024
4min

Politique

JO 2024 : les agents de sécurité privée vont-ils faire défaut ?

A trois mois des Jeux Olympiques, des incertitudes planent sur le nombre d’agents de sécurité privée mobilisés. Le préfet de police de Paris, Laurent Nunez indique « ne pas être inquiet pour l’instant ». Du côté des professionnels du secteur, on évalue un manque de 8 000 agents sur 40 000 nécessaires.

Le