Mélenchon appelle les Martiniquais “à la rescousse” pour 2017

Mélenchon appelle les Martiniquais “à la rescousse” pour 2017

Au terme d’une visite de 48 heures en Martinique, Jean-Luc Mélenchon, candidat de la France insoumise a déclaré qu’il était venu...
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

Au terme d’une visite de 48 heures en Martinique, Jean-Luc Mélenchon, candidat de la France insoumise a déclaré qu’il était venu appeler les Martiniquais "à la rescousse" en vue de la présidentielle de 2017, samedi lors d’un meeting au Lamentin.

"Je suis venu vous appeler à la rescousse. Je suis venu vous enrôler pour une cause plus grande que la vie de chacun d’entre nous et qui concerne le destin de la patrie commune et le destin des Françaises et des Français (…), a-t-il lancé.

Devant plusieurs centaines de personnes, le candidat avait d’abord précisé qu’il n’était "pas venu promettre de l’aide".

A propos de son programme, Jean-Luc Mélenchon a indiqué qu’il était "au début d’un processus" avec la mise en ligne d’un document de travail appelé à devenir, avec la contribution de tous, "un patrimoine intellectuel commun".

Avant de développer sa vision de candidat, il a tenu à réagir à la querelle qu’on lui cherche "depuis trois jours à propos de la Syrie" en renvoyant dos à dos les tenants de la guerre.

"Il n’y a pas de guerre propre" a-t-il affirmé. "Je ne veux plus que les Français soient le dernier wagon du train des Américains dans l’organisation du Traité de l’Atlantique Nord (OTAN)" et "nous en sortirons", a-t-il martelé. "Je n’ai aucune complaisance pour des gouvernements comme ceux de l’Ukraine peuplés de racistes et de néo-nazis (…)", a-t-il ajouté.

Jean-Luc Mélenchon a par ailleurs appelé à un changement de vision sur le monde et les îles.

Rappelant que "la plus longue frontière commune de la France est avec le Brésil et non avec l’Allemagne", il a estimé que la France devait "entrer dans les coalitions des pays des Caraïbes et d’Amérique latine" citant "Alba et Mercosur".

Contestant les termes de "régions ultrapériphériques", le candidat de « la France insoumise" a déclaré que "les îles ne sont pas des territoires exotiques".

Enfin au cours de son meeting, Jean-Luc Mélenchon a esquissé un certain nombre de thèmes visant à "faire des Outre-mer des territoires pilotes de la planification écologique". Il a notamment appelé à développer "l’économie de la mer" riche d’un potentiel de création de "trois cents mille emplois", "l’autonomie énergétique" ou encore "la souveraineté alimentaire".

L'ancien secrétaire d'Etat de François Mitterrand poursuit sa tournée aux Antilles et sera en Guadeloupe dimanche.

Dans la même thématique

Brussels Special European Council – Emmanuel Macron Press Conference
3min

Politique

Élections européennes : avant son discours de la Sorbonne, l’Élysée se défend de toute entrée en campagne d’Emmanuel Macron

Ce jeudi 25 avril, le président de la République prononcera un discours sur l’Europe à la Sorbonne, sept ans après une première prise de parole. Une façon de relancer la liste de Valérie Hayer, qui décroche dans les sondages ? L’Élysée dément, affirmant que ce discours n’aura « rien à voir avec un meeting politique ».

Le

Mélenchon appelle les Martiniquais “à la rescousse” pour 2017
8min

Politique

IA, simplification des formulaires, France Services : Gabriel Attal annonce sa feuille de route pour « débureaucratiser » les démarches administratives

En déplacement à Sceaux ce mardi dans une maison France Services, quelques minutes seulement après avoir présidé le 8e comité interministériel de la Transformation publique, le Premier ministre a annoncé le déploiement massif de l’intelligence artificielle dans les services publics, ainsi que la simplification des démarches. Objectif ? Que « l’Etat soit à la hauteur des attentes des Français ».

Le

Brussels Special European Council – Renew Europe
10min

Politique

Européennes 2024 : avec son discours de la Sorbonne 2, Emmanuel Macron « entre en campagne », à la rescousse de la liste Hayer

Emmanuel Macron tient jeudi à la Sorbonne un discours sur l’Europe. Si c’est le chef de l’Etat qui s’exprime officiellement pour « donner une vision », il s’agit aussi de pousser son camp, alors que la liste de la majorité patine dans les sondages. Mais il n’y a « pas un chevalier blanc qui va porter la campagne. Ce n’est pas Valérie Hayer toute seule et ce ne sera même pas Emmanuel Macron tout seul », prévient la porte-parole de la liste, Nathalie Loiseau, qui défend l’idée d’« un collectif ».

Le