Mélenchon défend le refus de Marine Le Pen de porter un voile à Beyrouth

Mélenchon défend le refus de Marine Le Pen de porter un voile à Beyrouth

Jean-Luc Mélenchon a jugé jeudi "absolument" légitime que la présidente du Front national Marine Le Pen ait refusé de porter un...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Jean-Luc Mélenchon a jugé jeudi "absolument" légitime que la présidente du Front national Marine Le Pen ait refusé de porter un voile pour rendre visite à Beyrouth au mufti de la République.

Un refus légitime? "Absolument", a martelé Jean-Luc Mélenchon, interrogé lors de l'Emission politique sur France 2 sur le déplacement de Marine Le Pen à Beyrouth.

Le leader de La France insoumise a également critiqué "les ministres qui mettent des mantilles pour aller voir le pape en tant que ministre de la République, les personnes qui sont obligées de se mettre un voile sur la tête, et pourquoi pas des gants, pour aller rencontrer un ministre".

Il a également estimé que le voile était un signe de soumission, comme il l'avait déjà estimé en 2015 lors d'un entretien à la chaîne de télévision KTO.

"Nous, les Français, nous ne nous faisons pas imposer des signes religieux", a dit M. Mélenchon.

Pour ce qui est de la France, "la loi n'a pas à imposer une manière de s'habiller dans la rue - à l'exception du voile intégral que je condamne absolument et qu'il faut interdire. Après, les gens font ce qu'ils veulent, c'est comme ça", a-t-il ajouté.

Celui qui se considère comme un "militant lié au féminisme", estime toutefois nécessaire de s'opposer au port du voile, "à titre individuel et par la persuasion et le dialogue", et sans légiférer. "Il n'y a aucune injonction religieuse sur le sujet", a-t-il souligné.

Dans la même thématique

Paris: Lucie Castets
7min

Politique

« Exigeante », « politique », « âpre négociatrice » : le profil de Lucie Castets par les sénateurs qui l’ont côtoyée

Cette haute fonctionnaire de 37 ans, issue de la société civile et très marquée à gauche, a été choisie par le Nouveau Front populaire comme candidate au poste de Première ministre. Au Sénat, plusieurs élus ont été amenés à travailler avec elle à la mairie de Paris. Ils saluent ses aptitudes, et l’appellent désormais à engager une « bataille de l’opinion » pour pousser Emmanuel Macron à la nommer à Matignon.

Le

Paris Olympics
6min

Politique

Candidature du NFP à Matignon : Emmanuel Macron « botte en touche en disant qu’on va d’abord s’occuper des JO »

Mardi 23 juillet, Emmanuel Macron a donné sa première longue interview télévisée depuis la dissolution et les législatives. L’occasion pour le président de la République de livrer son analyse du scrutin, de temporiser et de refuser net la candidate du Nouveau Front populaire pour Matignon. Analyse de cette prestation avec l’expert en communication Philippe Moreau-Chevrolet.

Le

Emmanuel Macron interview sur France TV
4min

Politique

Emmanuel Macron est-il contraint de nommer Lucie Castets Première ministre ?

Hier, le Nouveau Front populaire s’est accordé sur le nom de Lucie Castets comme candidate au poste de Première ministre. Emmanuel Macron a balayé cette candidature considérant que cela n’était « pas le sujet ». Ce matin, Lucie Castets a demandé au Président de la République « de prendre ses responsabilités et de la nommer Première ministre ». Si constitutionnellement rien ne le contraint à nommer un Premier ministre, la décision du chef de l’Etat réside dans le choix « qui lui semble le plus à même de résister à une motion de censure », selon Bastien François, professeur de sciences politiques à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Le