Mélenchon: “la droite vient d’être annexée”

Mélenchon: “la droite vient d’être annexée”

Jean-Luc Mélenchon a estimé lundi que "la droite vient d'être annexée", après la nomination d'un Premier ministre LR, Édouard...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Jean-Luc Mélenchon a estimé lundi que "la droite vient d'être annexée", après la nomination d'un Premier ministre LR, Édouard Philippe, et a renouvelé son appel à une "cohabitation nécessaire" grâce à une majorité de gauche à l'Assemblée nationale.

Évoquant un "attelage hasardeux", le candidat de La France insoumise, arrivé en quatrième position au premier tour de la présidentielle, a demandé aux Français de ne pas "donner les pleins pouvoirs à M. Macron et à son Premier ministre" lors des élections législatives.

"Une cohabitation est nécessaire", a-t-il développé, dans une courte allocution depuis son quartier général retransmise sur BFMTV. "Il faut former une majorité différente de celle du Premier ministre, de son bric-à-brac, pour pouvoir avoir une action politique cohérente qui réponde aux attentes sociales, démocratiques et écologiques de notre peuple", a-t-il expliqué.

"Le nouveau président de la République vient de prendre le commandement de toute la classe politique traditionnelle de notre pays", a résumé le leader de La France insoumise, estimant que "le Parti socialiste a été déjà absorbé puisque ses élus et ses candidats par dizaines ont demandé l'investiture de M. Macron et nombre d'entre eux attendent d'être élus pour le rejoindre".

Quant aux électeurs du Front national, ils sont selon lui "abandonnés, leurs chefs ont tous déserté".

Pour M. Mélenchon, "dorénavant, en face de M. Macron et pour le bien de notre démocratie, ne reste qu'une force cohérente, unie autour d'un programme de gouvernement, +l'Avenir en commun+, c'est La France insoumise dont je suis le porte-parole".

"Cet attelage hasardeux qui vient d'être constitué ne fonctionnera qu'au prix d'un césarisme et d'une autorité de la monarchie présidentielle toujours plus grande", a-t-il poursuivi, demandant que "chacun (des) bulletins de vote soit comme un balai pour les dégager tous" aux élections législatives.

Toute la garde rapprochée de l'ancien candidat a également immédiatement réagi sur Twitter. Eric Coquerel, coresponsable du Parti de gauche, a notamment déclaré que la nomination de M. Philippe "confirme que Emmanuel Macron est bien de droite et de droite", paraphrasant une phrase de François Mitterrand sur le centre en politique.

Dans la même thématique

Paris: Lucie Castets
7min

Politique

« Exigeante », « politique », « âpre négociatrice » : le profil de Lucie Castets par les sénateurs qui l’ont côtoyée

Cette haute fonctionnaire de 37 ans, issue de la société civile et très marquée à gauche, a été choisie par le Nouveau Front populaire comme candidate au poste de Première ministre. Au Sénat, plusieurs élus ont été amenés à travailler avec elle à la mairie de Paris. Ils saluent ses aptitudes, et l’appellent désormais à engager une « bataille de l’opinion » pour pousser Emmanuel Macron à la nommer à Matignon.

Le

Paris Olympics
6min

Politique

Candidature du NFP à Matignon : Emmanuel Macron « botte en touche en disant qu’on va d’abord s’occuper des JO »

Mardi 23 juillet, Emmanuel Macron a donné sa première longue interview télévisée depuis la dissolution et les législatives. L’occasion pour le président de la République de livrer son analyse du scrutin, de temporiser et de refuser net la candidate du Nouveau Front populaire pour Matignon. Analyse de cette prestation avec l’expert en communication Philippe Moreau-Chevrolet.

Le

Emmanuel Macron interview sur France TV
4min

Politique

Emmanuel Macron est-il contraint de nommer Lucie Castets Première ministre ?

Hier, le Nouveau Front populaire s’est accordé sur le nom de Lucie Castets comme candidate au poste de Première ministre. Emmanuel Macron a balayé cette candidature considérant que cela n’était « pas le sujet ». Ce matin, Lucie Castets a demandé au Président de la République « de prendre ses responsabilités et de la nommer Première ministre ». Si constitutionnellement rien ne le contraint à nommer un Premier ministre, la décision du chef de l’Etat réside dans le choix « qui lui semble le plus à même de résister à une motion de censure », selon Bastien François, professeur de sciences politiques à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Le