Mélenchon, Le Pen, Ruffin… le retour des tribuns à l’Assemblée

Mélenchon, Le Pen, Ruffin… le retour des tribuns à l’Assemblée

Loin d'une Assemblée unicolore et terne, comme le prédisaient ou le redoutaient certains, le Palais-Bourbon devrait être un lieu d'échanges...
Public Sénat

Par Charlotte HILL

Temps de lecture :

4 min

Publié le

Loin d'une Assemblée unicolore et terne, comme le prédisaient ou le redoutaient certains, le Palais-Bourbon devrait être un lieu d'échanges animés, avec l'élection de tribuns comme Jean-Luc Mélenchon ou encore Marine Le Pen.

Dès dimanche soir, le porte-parole de La République en marche, Benjamin Griveaux, a qualifié de "bonne nouvelle" l'existence d'une "opposition" face aux 350 élus REM et alliés MoDem.

Numériquement, elle sera d'abord incarnée par la droite (131 sièges), mais une partie des élus LR et UDI envisagent de soutenir au coup par coup la majorité. Les voix les plus fortes risquent donc de venir plutôt de LFI et du FN.

Or leurs chefs de files, jamais députés mais jusqu'alors eurodéputés, sont tous deux des bretteurs qui comptent peser, Mme Le Pen avec 7 autres députés, M. Mélenchon avec 16, ce qui lui permettra d'avoir un groupe d'emblée et donc davantage de temps de parole. Le leader de LFI s'est posé au soir du second tour en rassembleur de "ceux qui veulent entrer dans la lutte", Marine Le Pen dépeignant le FN comme "seule force de résistance à la dilution de la France".

Parmi les voix fortes à leurs côtés, pour LFI, celles de François Ruffin, réalisateur du documentaire césarisé "Merci patron!", des porte-parole Alexis Corbière et Eric Coquerel ou de la féministe Clémentine Autain. Côté FN, Gilbert Collard et Louis Aliot.

Le socialiste Julien Dray a souhaité lundi "bien du plaisir au futur président de l'Assemblée".

François Ruffin, le réalisateur de
François Ruffin, le réalisateur de "Merci patron !", le soir de son élection au second tour des législatives à Flixecourt dans la Somme, le 18 juin 2017
AFP

"Parce que quand vous avez M. Ruffin, Mme Autain, M. Mélenchon, M. Coquerel, d'un côté - et je ne vais pas faire d'assimilation-, de l'autre côté une opposition emmenée par Marine Le Pen plus la droite, et que vous avez un groupe de parlementaires qui ne sont pas expérimentés et qui ne sont pas forcément des +ténors du barreau+, ça ne va pas être simple", a-t-il lancé.

- Des tribuns 2.0 -

Combien de députés REM "feront le poids" face à certaines "grandes gueules" FN et LFI?, s'interroge l'historien François Durpaire.

Rappelant que "dans notre imaginaire collectif, les grands tribuns, c'est la IIIe République", avec des figures comme Jules Ferry, Georges Clemenceau, Jean Jaurès ou Léon Blum, il observe que, dans la période récente, la rhétorique était "moins présente, moins forte".

Evoquant auprès de l'AFP un retour de tribuns "2.0", ce consultant pour plusieurs chaînes télévisées juge que le "temps médiatique" va "démultiplier" leur parole. Une élue REM inconnue va ainsi "moins intéresser BFMTV que Jean-Luc Mélenchon", dont l'intervention sera vue "dix fois".

Marine Le Pen, le 18 juin 2017 à Hénin-Beaumont
Marine Le Pen, le 18 juin 2017 à Hénin-Beaumont
AFP

Pour l'historien, ils seront donc "300 et quelque d'un côté et quelques dizaines de l'autre", mais "en puissance de parole, le différentiel numérique sera peut-être compensé".

La sémiologue Mariette Darrigrand observe aussi que ce sont "des tribuns médiatiques", ce qui "manquait". Ces élus "nourris par la pensée idéologique", sont "diamétralement opposés à Macron, qui a quand même de l'idéologie, mais qui parle plutôt au nom de l'empirisme", "deux manières de faire de la politique", remarque-t-elle.

Selon Luc Rouban, chercheur au CNRS (Cevipof), la situation de ces "tribuns" est "un peu dictée par le décalage entre la présidentielle et les législatives": ainsi M. Mélenchon et Mme Le Pen "deviennent des porte-parole d'une contestation sociale qui a été très forte à la présidentielle", phénomène auquel s'ajoute une abstention record.

"C'est le retour des imprécateurs", dit-il. "Mais le problème, c'est qu'institutionnellement, ils n'auront pas beaucoup de pouvoir", observe le chercheur.

"Est-ce que dans l'opinion, leur parole comptera vraiment, ou est-ce qu'il y aura une forme d'apathie chez les classes populaires et de patience chez les classes supérieures?", s'interroge-t-il, ajoutant qu'il ne faudrait pas que la victoire de REM cache le "potentiel explosif" de la contestation.

Dans la même thématique

Paris: Lucie Castets
7min

Politique

« Exigeante », « politique », « âpre négociatrice » : le profil de Lucie Castets par les sénateurs qui l’ont côtoyée

Cette haute fonctionnaire de 37 ans, issue de la société civile et très marquée à gauche, a été choisie par le Nouveau Front populaire comme candidate au poste de Première ministre. Au Sénat, plusieurs élus ont été amenés à travailler avec elle à la mairie de Paris. Ils saluent ses aptitudes, et l’appellent désormais à engager une « bataille de l’opinion » pour pousser Emmanuel Macron à la nommer à Matignon.

Le

Paris Olympics
6min

Politique

Candidature du NFP à Matignon : Emmanuel Macron « botte en touche en disant qu’on va d’abord s’occuper des JO »

Mardi 23 juillet, Emmanuel Macron a donné sa première longue interview télévisée depuis la dissolution et les législatives. L’occasion pour le président de la République de livrer son analyse du scrutin, de temporiser et de refuser net la candidate du Nouveau Front populaire pour Matignon. Analyse de cette prestation avec l’expert en communication Philippe Moreau-Chevrolet.

Le

Emmanuel Macron interview sur France TV
4min

Politique

Emmanuel Macron est-il contraint de nommer Lucie Castets Première ministre ?

Hier, le Nouveau Front populaire s’est accordé sur le nom de Lucie Castets comme candidate au poste de Première ministre. Emmanuel Macron a balayé cette candidature considérant que cela n’était « pas le sujet ». Ce matin, Lucie Castets a demandé au Président de la République « de prendre ses responsabilités et de la nommer Première ministre ». Si constitutionnellement rien ne le contraint à nommer un Premier ministre, la décision du chef de l’Etat réside dans le choix « qui lui semble le plus à même de résister à une motion de censure », selon Bastien François, professeur de sciences politiques à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Le