Mennucci veut que Mélenchon soutienne tous les socialistes “fidèles à leur parti”

Mennucci veut que Mélenchon soutienne tous les socialistes “fidèles à leur parti”

Le député PS Patrick Mennucci a appelé mardi le leader de la France insoumise Jean-Luc Mélenchon, qui l'a éliminé dans sa...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Le député PS Patrick Mennucci a appelé mardi le leader de la France insoumise Jean-Luc Mélenchon, qui l'a éliminé dans sa circonscription marseillaise, à soutenir les candidats socialistes "fidèles à leur parti" engagés au second tour des législatives, condition de son soutien local.

"Si Jean-Luc Mélenchon ne se prononce pas clairement pour le soutien des socialistes qui ont été fidèles à leur parti, fidèles à leur candidat (à la présidentielle, Benoît Hamon, ndlr), et qui n'ont pas fait d'arrangement avec la République en Marche, il n'y aura pas de consigne de vote dans cette circonscription", a déclaré Patrick Mennucci, lors d'une conférence de presse à Marseille.

Le leader de la France insoumise (FI) est appelé à "soutenir les candidats socialistes (...) comme Najat Vallaud-Belkacem (6e circonscription du Rhône), Boris Vallaud (dans la 3e circonscription des Landes) et quelques autres", a-t-il détaillé, invitant "Jean-Luc Mélenchon à sortir de son sectarisme".

En déplacement à Paris, le chef de file de la FI a apporté mardi son soutien aux "quatre" députés PS encore en lice qui avaient signé la motion de censure contre la loi travail. Cette décision a été critiquée par Patrick Mennucci, qui estime que M. Mélenchon "n'a pas le droit de trier entre les socialistes qui ont signé la motion de censure contre la loi travail et les autres".

"Jean-Luc Mélenchon doit se prononcer, la balle est dans son camp", a prévenu Patrick Mennucci. A défaut, "il n'y aura pas de consigne de vote dans notre circonscription, chacun fera ce qu'il veut", a-t-il ajouté.

Concernant Corinne Versini (République en Marche), opposée au second tour à M. Mélenchon dans cette circonscription, Patrick Mennucci a déclaré que si elle voulait "convaincre quelques-uns de nos électeurs, nous lui conseillons de se prononcer contre une hausse de la CSG et le recours à des ordonnances pour le code du travail", assurant que "très peu de militants socialistes souhait(ai)ent voter pour En Marche".

Les militants et sympathisants socialistes se sont réunis mardi soir pendant deux heures pour décider de leur vote au second tour, après l'échec de leur candidat dimanche, arrivé troisième derrière Jean-Luc Mélenchon (34,3%) et Corinne Versini (22,7%), avec 12,4% des voix.

Dans la même thématique

Paris: Illustrations Assemblee nationale
6min

Politique

Faire une trêve politique pendant les JO : « C’est le cache-sexe du blocage politique de l’Assemblée » 

Gérard Larcher a demandé une « trêve politique » pendant les Jeux olympiques et paralympiques. Alors qu’aucun groupe politique ne dispose de majorité absolue à l’Assemblée nationale et que le président de la République n’a toujours pas nommé de Premier ministre, l’idée ne fait pas l’unanimité chez les présidents de groupes du Sénat, même si une trêve de fait risque bien de s’imposer.

Le

Defile militaire du 14 juillet – 14 TH July military parade during French national day
5min

Politique

Ministres démissionnaires et députés : la séparation des pouvoirs va-t-elle être malmenée ?

La démission du gouvernement Attal va être acceptée par le chef de l’Etat sûrement demain, juste avant l’ouverture de la XVIIe législature jeudi, à l’Assemblée nationale où siégeront des membres du gouvernement élus ou réélus députés. Mais alors que la gauche peine à s’accorder pour proposer le nom d’un candidat à Matignon, le gouvernement démissionnaire est parti pour durer quelques semaines, au risque de mordre sur le principe de la séparation des pouvoirs.

Le

Paris: Melenchon, Chikirou and Bompard arriving at the National Assembly
2min

Politique

La France Insoumise «  suspend » les négociations du NFP pour Matignon, accusant le PS de « blocage »

Dans un communiqué de ce lundi après-midi, la France Insoumise annonce se retirer des négociations. La gauche ne parvient pas à s’accorder sur le nom d’un candidat du Nouveau Front Populaire à envoyer à Matignon. Les Insoumis se refusent à une reprise des discussions tant qu’une candidature unique pour la présidence de l’Assemblée n’a pas été décidée. Très critique envers le Parti Socialiste, le communiqué l’accuse de « mettre un veto à toute candidature issue du Nouveau Front Populaire, dans le seul but d’imposer la sienne ».

Le