Merkel et Macron assument leurs “confrontations” avant les Européennes

Merkel et Macron assument leurs “confrontations” avant les Européennes

Angela Merkel et Emmanuel Macron ont dit mercredi assumer leurs divergences et leurs "confrontations", à une dizaine de jours d...
Public Sénat

Temps de lecture :

4 min

Publié le

Mis à jour le

Angela Merkel et Emmanuel Macron ont dit mercredi assumer leurs divergences et leurs "confrontations", à une dizaine de jours d'élections européennes à haut risque.

La chancelière conservatrice allemande, qui quittera le pouvoir au plus tard en 2021, a ainsi admis avoir des "confrontations" avec le président français, le quatrième avec lequel elle doit travailler depuis son arrivée à la chancellerie en 2005.

"Bien sûr, nous avons des confrontations", a-t-elle déclaré, ajoutant qu'"il y a des différences de mentalité" entre elle et le président français et des "différences dans (leur) compréhension des rôles", dans une interview publiée par plusieurs quotidiens européens dont le Süddeutsche Zeitung (Allemagne) et Le Monde (France).

Mais elle a nié toute détérioration des relations.

Interrogé lors d'une conférence de presse à Paris, M. Macron a répondu assumer la "confrontation féconde" avec sa partenaire allemande, avec l'objectif de "bâtir un compromis".

"Nous devons accepter des désaccords momentanés, de ne pas totalement être d'accord sur tout, pour construire un compromis avec l'Allemagne pour pouvoir avancer", a fait valoir le président français.

- De nombreux désaccords -

Les divergences se sont effectivement multipliées ces derniers mois, du gel de ventes d'armes à l'Arabie Saoudite décidé par l'Allemagne après l'assassinat du journaliste saoudien Jamal Khashoggi, au devenir de l'Union européenne, en passant par le Brexit et les reports accordés au Royaume-Uni.

Le président français avait concédé fin avril avoir des désaccords avec l'Allemagne sur un certain nombre de sujets, et revendiqué la nécessité d'affirmer aussi "des positions françaises".

Mais la chancelière souligne dans cette interview les "énormes progrès" réalisés grâce au couple franco-allemand, notamment en matière de défense.

"Nous avons décidé de développer un avion de combat et un char ensemble. (...) C'est un signe de confiance que de compter davantage les uns sur les autres en matière de politique de défense", fait valoir Mme Merkel.

Les deux dirigeants, qui soutiennent des camps différents aux européennes, ont avaient également signé en janvier le traité d'Aix-la-Chapelle sur la coopération et l'intégration franco-allemandes, 53 ans après le traité de l'Elysée conclu par le Général de Gaulle et Konrad Adenauer.

- 'Temporalités différentes' -

Les relations se sont-elles détériorées ces derniers mois? "Non, pas du tout", assure Mme Merkel. Mais, admet-elle, les deux dirigeants ont eu des "temporalités différentes".

La chancelière souligne ainsi que lors du discours sur la Sorbonne de M. Macron, consacré en septembre 2017 à la relance de l'Europe, elle venait tout juste de passer le cap des élections au Bundestag et négociait une nouvelle coalition.

Des reproches lui avaient été adressés, y compris dans son propre camp conservateur, de ne pas avoir saisi les propositions de M. Macron.

Mme Merkel met aussi l'accent sur les différences politiques entre les deux pays: "Je suis la chancelière d'un gouvernement de coalition et je suis beaucoup plus dépendante du Parlement que le président français, qui n'a pas du tout le droit d'entrer à l'Assemblée nationale", au nom de la séparation des pouvoirs exécutif et législatif.

Mme Merkel ne partage pas non plus l'analyse de M. Macron selon laquelle "jamais l'Europe n'a été en aussi grand danger".

"Il m'est difficile de comparer la situation actuelle de l'Europe avec les dangers des décennies précédentes, parce que je n'étais pas là à l'époque et que je suis désormais impliquée de manière active", objecte Angela Merkel.

M. Macron lui aussi est "impliqué" mais "il ne l'est pas depuis si longtemps", observe-t-elle. "D'une certaine façon, il apporte encore un peu de perspective de l'extérieur. C'est bien de voir notre Europe sous des angles différents", selon elle.

Nathalie Loiseau, tête de liste du parti présidentiel La République en marche (LREM) aux Européennes, a décrit de son côté "un rythme qui est celui de l'Allemagne (...) qui est celui d'une chancelière qui a déjà annoncé que c'était son dernier mandat". "C'est un rythme plus lent, qui n'est peut-être pas suffisant pour répondre aux défis d'aujourd'hui", a ajouté l'ex-ministre sur BFM-TV.

Dans la même thématique

Des agriculteurs bloquent le peage de l’autoroute A43 a Saint-Quentin Fallavier en direction de Lyon et Grenoble – Farmers block the toll of the A43 motorway in Saint-Quentin Fallavier towards Lyon and Grenoble
4min

Politique

Sondage : 91% des Français soutiennent le mouvement des agriculteurs

Selon un sondage Odoxa – Backbone Consulting pour le Figaro, les personnes interrogées soutiennent très largement la mobilisation des agriculteurs. Pire encore, le soutien au mouvement n’a jamais été aussi haut avec 91% des Français (en hausse de 2 points) déclarant approuver le mouvement lancé il y a près de 3 mois.

Le

Merkel et Macron assument leurs “confrontations” avant les Européennes
3min

Politique

Passe d’armes entre le Premier Ministre et le RN sur l’agriculture : « Le Rassemblement National dit tout et son contraire » tacle Gabriel Attal

Au cours de sa conférence de presse et quelques heures après avoir proposé un débat à Marine le Pen sur l’agriculture dans le journal Le Figaro, le Premier Ministre est revenu sur la passe d'armes qui l'oppose à la présidente du groupe RN à l’Assemblée. Critiquant les « changements de pied incessants » du RN, le Premier Ministre a taclé l'ex-finaliste à l’élection présidentielle, l'accusant de ne pas être « très à l'aise sur ces questions » et d'avoir « peur que cela se voit ».

Le

Merkel et Macron assument leurs “confrontations” avant les Européennes
4min

Politique

Européennes : « Arrêtons cette campagne unique contre le RN », enjoint Arnaud Robinet (Horizons)

Invité de Public Sénat, le maire de Reims Arnaud Robinet, s’agace de l’absence de liste et de programme du côté de la majorité, à moins de quatre mois des élections européennes. Il reproche à l’exécutif de se focaliser sur la lutte contre le Rassemblement national, au détriment du débat d’idées, ce qui « n'est plus audible pour nos concitoyens ».

Le

Paris: Eric Ciotti Salon de l Agriculture 2023
12min

Politique

Européennes : pourquoi les LR ne soutiennent par Ursula Von der Leyen, pourtant issue du même groupe politique ?

François-Xavier Bellamy, tête de liste LR pour les européennes, a annoncé que les LR « ne soutiendront pas » Ursula von der Leyen, candidate à sa réélection à la présidence de la Commission européenne. Si elle vient comme eux de la droite européenne, les LR lui reprochent son bilan sur les questions agricoles et écologiques. Reste que les eurodéputés LR ont aussi soutenu certaines de ses propositions. Le RN pointe la situation.

Le