Michel Barnier : « Je suis heureux de retrouver les Français et mon pays »

Michel Barnier : « Je suis heureux de retrouver les Français et mon pays »

Il est l’homme qui a réussi à négocier l’accord du Brexit avec le tonitruant Boris Johnson. Aujourd’hui alors qu’il s’apprête à dévoiler les coulisses de la négociation de l’accord dans un livre à paraître au printemps, c’est un Michel Barnier bien décidé à jouer un rôle politique de premier plan en France qu’a rencontré Caroline de Camaret pour l’émission Ici l’Europe.
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Sa parole a longtemps été rare pour ne pas compromettre les chances d’un accord arraché à la dernière minute. Mais depuis la fin de la négociation de l’accord du Brexit, puis de celle sur les modalités d’échanges avec le Royaume-Uni, Michel Barnier se fait plus volontiers présent dans les médias nationaux.

« Je ne suis pas un « super technocrate bruxellois » je ne l’ai jamais été. Je suis un homme politique depuis très longtemps »

S’il a déjà annoncé sa volonté de revenir dans l’arène politique française, il admet que celle-ci a reçu un écho favorable : « J’ai simplement dit une chose qui a surpris, peut-être, crée une attente quelques espoirs. J’ai dit que je reste un homme politique », avant de balayer les critiques qui pourraient lui être adressées sur son appartenance à une élite bruxelloise coupée des réalités nationales : « Je ne suis pas un « super technocrate bruxellois » je ne l’ai jamais été. Je suis un homme politique depuis très longtemps, et tant que je garde la même capacité d’indignation ou d’enthousiasme, la même énergie, ce qui est le cas aujourd’hui. Je vais mettre cette énergie au service de mon pays en revenant plus quotidiennement en France. Je suis très heureux de retrouver les Français qui m’ont manqué, mon pays et d’utiliser mon énergie dans ce pays qui en a besoin […] Nous verrons bien, mais ce n’est pas le moment aventure individuelle aujourd’hui quand on voit ce qui se passe dans le pays avec cette crise franchement les Français attendent autre chose des hommes politiques c’est le temps du travail collectifs

Je suis très heureux de retrouver les Français qui m’ont manqué, mon pays et d’utiliser mon énergie dans ce pays qui en a besoin.

Interrogé sur un sondage qui le place à égalité avec Xavier Bertrand et même devant Valérie Pécresse il tempère : « Je suis heureux que l’action que j’ai pu mener depuis de beaucoup d’années à la fois comme président d’un département la Savoie, comme membre du gouvernement – ça a été mon honneur — comme commissaire européen, aujourd’hui comme négociateur que ce que j’ai pu faire et de la manière dont j’ai pu le faire : en regardant les gens dans les yeux, en étant sincère en étant vrai, en évitant les polémiques inutiles… moi je crois que la politique ça consiste à construire du progrès collectif, et non pas à entretenir des polémiques… Donc j’ai envie de continuer à construire du progrès pour mon pays et pour ce continent. Je suis heureux que dans ce sondage ce soit reconnu » avant d’ajouter « Ce pays a besoin de beaucoup d’énergie de toutes les énergies […] J’ai toujours essayé d’agir pour un projet, pour une certaine idée de mon pays plutôt que contre et je continuerai à avoir cette attitude-là ».

Retrouvez l’intégralité de l’entretien dans l’émission Ici l’Europe en replay

Dans la même thématique

Deplacement du Premier Ministre a Viry-Chatillon
7min

Politique

Violence des mineurs : le détail des propositions de Gabriel Attal pour un « sursaut d’autorité »

En visite officielle à Viry-Châtillon ce jeudi 18 avril, le Premier ministre a énuméré plusieurs annonces pour « renouer avec les adolescents et juguler la violence ». Le chef du gouvernement a ainsi ouvert 8 semaines de « travail collectif » sur ces questions afin de réfléchir à des sanctions pour les parents, l’excuse de minorité ou l’addiction aux écrans.

Le

Turin – Marifiori Automotive Park 2003, Italy – 10 Apr 2024
6min

Politique

Au Sénat, la rémunération de 36,5 millions d’euros de Carlos Tavares fait grincer des dents. La gauche veut légiférer.

Les actionnaires de Stellantis ont validé mardi 16 avril une rémunération annuelle à hauteur de 36,5 millions d’euros pour le directeur général de l’entreprise Carlos Tavares. Si les sénateurs de tous bords s’émeuvent d’un montant démesuré, la gauche souhaite légiférer pour limiter les écarts de salaires dans l’entreprise.

Le