Michel Mercier : « La situation exige qu’on maintienne l’état d’urgence »

Michel Mercier : « La situation exige qu’on maintienne l’état d’urgence »

Alors que le projet de loi sur la prolongation de l’état d’urgence est examiné jeudi 15 décembre au Sénat, son rapporteur, Michel Mercier, a souhaité rappeler au micro de Public Sénat, pourquoi « la situation exige qu’on maintienne l’Etat d’urgence ».
Public Sénat

Par Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Après que les députés ont adopté, cette semaine, le projet de loi permettant d’étendre  l’état d’urgence jusqu’au 15 juillet prochain, c’est au tour des sénateurs de voter. Michel Mercier, ancien garde des Sceaux et rapporteur au Sénat du projet de loi sur la prolongation de l’état d’urgence,  est catégorique : « La situation exige qu’on maintienne l’état d’urgence. Aujourd’hui, la menace d’attentats est à un niveau extrêmement élevé (…) seize ont été déjoués dans les mois qui précédent ce vote. On n’a jamais eu un chiffre aussi important. Après, il y a les attentats qui, malheureusement, réussissent.  (…) Donc on a une vraie menace qui est présente partout. »

Pour expliquer l’efficacité de cet état d’urgence, l’ancien garde des Sceaux met en avant trois de ses mesures : « l’assignation à résidence, la perquisition et les contrôles d’identité ». « Ce sont les trois vraies mesures. Les autres sont utilisées très modérément. (…) Donc le choix aujourd’hui est simple : ou on les met en œuvre dans le cas de l’état d’urgence, avec le contrôle parlementaire qui suit l’état d’urgence. Ou bien on les met dans le droit commun » ajoute-t-il.

Le sénateur centriste du Rhône est confiant quant à l’issue de ce vote : « Je pense qu’il y aura une large majorité du Sénat pour prolonger l’état d’urgence ». Et pour répondre à la question de la sortie de cet état d’urgence, Michel Mercier juge qu’ « il va y avoir, avec le phénomène électoral, sept mois ». « On aura le temps de réfléchir à la sortie cette fois-ci » conclut-il.

Dans la même thématique

Paris: Lucie Castets
7min

Politique

« Exigeante », « politique », « âpre négociatrice » : le profil de Lucie Castets par les sénateurs qui l’ont côtoyée

Cette haute fonctionnaire de 37 ans, issue de la société civile et très marquée à gauche, a été choisie par le Nouveau Front populaire comme candidate au poste de Première ministre. Au Sénat, plusieurs élus ont été amenés à travailler avec elle à la mairie de Paris. Ils saluent ses aptitudes, et l’appellent désormais à engager une « bataille de l’opinion » pour pousser Emmanuel Macron à la nommer à Matignon.

Le

Paris Olympics
6min

Politique

Candidature du NFP à Matignon : Emmanuel Macron « botte en touche en disant qu’on va d’abord s’occuper des JO »

Mardi 23 juillet, Emmanuel Macron a donné sa première longue interview télévisée depuis la dissolution et les législatives. L’occasion pour le président de la République de livrer son analyse du scrutin, de temporiser et de refuser net la candidate du Nouveau Front populaire pour Matignon. Analyse de cette prestation avec l’expert en communication Philippe Moreau-Chevrolet.

Le

Emmanuel Macron interview sur France TV
4min

Politique

Emmanuel Macron est-il contraint de nommer Lucie Castets Première ministre ?

Hier, le Nouveau Front populaire s’est accordé sur le nom de Lucie Castets comme candidate au poste de Première ministre. Emmanuel Macron a balayé cette candidature considérant que cela n’était « pas le sujet ». Ce matin, Lucie Castets a demandé au Président de la République « de prendre ses responsabilités et de la nommer Première ministre ». Si constitutionnellement rien ne le contraint à nommer un Premier ministre, la décision du chef de l’Etat réside dans le choix « qui lui semble le plus à même de résister à une motion de censure », selon Bastien François, professeur de sciences politiques à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Le