Mise en cause des soldats français par l’ambassadeur malien : Christian Cambon l’accuse de propager une « fake news »

Mise en cause des soldats français par l’ambassadeur malien : Christian Cambon l’accuse de propager une « fake news »

En réaction aux propos tenus hier par l’ambassadeur du Mali en France au Sénat, critiquant les « débordements » de l’armée française, et plus particulièrement ceux des soldats de la Légion étrangère à Bamako, le président de la commission des Affaires étrangères, Christian Cambon, dénonce une « fake news » et demande une « clarification » du gouvernement malien.
Public Sénat

Par Alice Bardo

Temps de lecture :

4 min

Publié le

Mis à jour le

Les condamnations sont unanimes. Au lendemain de l’audition de l’ambassadeur du Mali en France devant la commission des Affaires étrangères du Sénat, le ministère des Armées comme le président de la commission, Christian Cambon (LR) dénoncent de « fausses accusations » contre l’armée française et l’« indécence » de ses propos.

« L’opinion française est choquée »

Pour rappel, hier, Toumani Djimé Diallo a réagi aux manifestations anti-françaises qui se multiplient dans son pays. « L’opinion française est choquée », avait prévenu le président de la commission, qui déplore au passage une « forme de complaisance politique de certains des Etats du Sahel à l'égard de ces mouvements ». Un discours anti-Français qu’il condamne d’autant plus compte tenu des « 800 millions d’euros payés par les contribuables français » pour financer l’opération Barkhane, menée par l’armée militaire française au Sahel pour lutter contre les djihadistes. Sans compter le lourd bilan humain : 41 soldats y ont laissé leur vie.

« Dans les Pigalle de Bamako, vous les y trouvez tatoués sur tout le corps »

Si Toumani Djimé Diallo a commencé par assurer de l’absence de tout « sentiment anti-français », il a admis « un ressenti, à un moment, au sein de la population, contre la présence militaire française », avant d’ajouter sans mâcher ses mots, assumant « ne pas avoir l’habitude la langue de bois » :

 « Dans les forces françaises, il y a des officiers, l’armée normale, mais aussi la Légion étrangère, et c'est là le problème. Dans les Pigalle de Bamako, vous les y trouvez tatoués sur tout le corps, en train de rendre une image qui n'est pas celle que nous connaissons de l’armée (…) Ça fait peur, ça intrigue, et ça questionne. »

Des « débordements » qui, « lorsque la population les réalise (…) posent problème », ajoute l’ambassadeur. D’autant qu’« avec tant d’hommes, on s'attendait à une lutte moins coûteuse en vies humaines, donnant plus de résultats ».

« Il n’y a aucun soldat de la Légion étrangère à Bamako »

« Des propos violents », a réagi ce jeudi Christian Cambon pour publicsenat.fr, encore « stupéfait » par les propos de l’ambassadeur. Plus encore : il s’agirait d’une « fake news ». Le sénateur est catégorique : « Il n’y a aucun soldat de la Légion étrangère à Bamako. »

« Pour des raisons évidentes de sécurité, ils ne quittent pas leurs campements, situés à des centaines de kilomètres de la capitale. Ils n’ont pas de permission », explique-t-il. Le président de la commission des Affaires étrangères attend une clarification » du gouvernement malien afin de savoir « qui anime ce genre de fake news ».

« C’est très grave cette affaire ! »

« C’est très grave cette affaire ! » s’inquiète le sénateur, qui craint un « retournement de l’opinion publique » contre des forces armées françaises.

Une affaire qui intervient alors que le sommet de Pau, le 6ème sommet du G5 Sahel organisé le 13 janvier dernier, avait suscité de l’espoir de toutes part. Un sommet lors duquel la France et les pays du G5 Sahel (Niger, Tchad, Mauritanie, Burkina Faso, Mali) ont décidé de renforcer leur coopération militaire, les moyens et les capacités militaires de chacun des pays de l’alliance, notamment celles de la France, avec 600 soldats supplémentaires dans le cadre de l’opération Barkhane. « 600 parmi lesquels des soldats appartenant à la Légion étrangère », s’était inquiété hier l’ambassadeur du Mali. « Il aurait fallu qu’il tourne sept fois sa langue dans sa bouche avant de parler », déplore Christian Cambon. Toumani Djimé Diallo a été convoqué par le Quai d’Orsay.

Dans la même thématique

Paris: Illustrations Assemblee nationale
6min

Politique

Faire une trêve politique pendant les JO : « C’est le cache-sexe du blocage politique de l’Assemblée » 

Gérard Larcher a demandé une « trêve politique » pendant les Jeux olympiques et paralympiques. Alors qu’aucun groupe politique ne dispose de majorité absolue à l’Assemblée nationale et que le président de la République n’a toujours pas nommé de Premier ministre, l’idée ne fait pas l’unanimité chez les présidents de groupes du Sénat, même si une trêve de fait risque bien de s’imposer.

Le

Defile militaire du 14 juillet – 14 TH July military parade during French national day
5min

Politique

Ministres démissionnaires et députés : la séparation des pouvoirs va-t-elle être malmenée ?

La démission du gouvernement Attal va être acceptée par le chef de l’Etat sûrement demain, juste avant l’ouverture de la XVIIe législature jeudi, à l’Assemblée nationale où siégeront des membres du gouvernement élus ou réélus députés. Mais alors que la gauche peine à s’accorder pour proposer le nom d’un candidat à Matignon, le gouvernement démissionnaire est parti pour durer quelques semaines, au risque de mordre sur le principe de la séparation des pouvoirs.

Le

Paris: Melenchon, Chikirou and Bompard arriving at the National Assembly
2min

Politique

La France Insoumise «  suspend » les négociations du NFP pour Matignon, accusant le PS de « blocage »

Dans un communiqué de ce lundi après-midi, la France Insoumise annonce se retirer des négociations. La gauche ne parvient pas à s’accorder sur le nom d’un candidat du Nouveau Front Populaire à envoyer à Matignon. Les Insoumis se refusent à une reprise des discussions tant qu’une candidature unique pour la présidence de l’Assemblée n’a pas été décidée. Très critique envers le Parti Socialiste, le communiqué l’accuse de « mettre un veto à toute candidature issue du Nouveau Front Populaire, dans le seul but d’imposer la sienne ».

Le