« Monsieur Gattaz fait des déclarations déplacées » tacle Bernard Accoyer

« Monsieur Gattaz fait des déclarations déplacées » tacle Bernard Accoyer

Le secrétaire général des Républicains n’a pas apprécié les critiques du patron du Medef sur la proposition de supprimer 500 000 postes de fonctionnaires.
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

Invité de Territoires d’Infos sur Public Sénat et Sud Radio, le secrétaire général du parti Les Républicains Bernard Accoyer s’en est pris à Pierre Gattaz. Lors de sa conférence de rentrée mardi matin, le président du Medef a reproché à François Fillon de vouloir « mettre le feu au pays » avec sa proposition de supprimer 500 000 postes de fonctionnaires en cinq ans.

« J’appelle monsieur Gattaz à lire le programme de François Fillon. Il ne l’a pas lu correctement et n’en a pas compris l’esprit » a attaqué Bernard Accoyer. « J’entends toujours monsieur Gattaz se plaindre de l’excès de dépenses publiques, et il critique le candidat qui veut la diminuer. Tout ceci est incompréhensible ».

« Monsieur Gattaz fait des déclarations qui me paraissent déplacées » a-t-il ajouté.

Dans le même temps, le patron du Medef a jugé « tout à fait intéressants » les propos tenus par Emmanuel Macron. L’ancien ministre de l’Economie qui n’a pas non plus été épargné par Bernard Accoyer. « Emmanuel Macron fait du marketing politique, voudrait faire oublier qu’il est l’héritier de la gauche, et le candidat de la gauche soutenu par Ségolène Royal. Jean-Marc Ayrault a presque franchi le pas, François Hollande, parait-il, s’interroge. C’est le candidat de la gauche et il a besoin de cette communication, de cette attitude démagogique ».

Tandis que certains élus UDI ont préféré rejoindre Emmanuel Macron, le parti centriste a fait part de son mécontentement quant à l’accord proposé par les Républicains pour les élections législatives. L’UDI souhaitait plus de 70 sièges au palais Bourbon, ils n’en ont obtenu qu’une cinquantaine. « Une négociation est toujours une négociation. On en demande beaucoup plus que la raison, et on atterrit sur un équilibre qui est accepté » relativise l’ancien président de l’Assemblée nationale.

Accoyer sur l'UDI: « On en demande beaucoup plus que la raison, et on atterrit sur un équilibre qui est accepté »
00:40

Bernard Accoyer a également réagi à l’investiture de Nathalie Kosciusko-Morizet dans la circonscription de François Fillon, qui a provoqué la colère de Rachida Dati, maire du 7e arrondissement. Cette dernière, furieuse, promet « la guerre » et de « pourrir la campagne » de François Fillon, à en croire le Canard enchaîné. « Ce sont des propos excessifs et injustifiés » a-t-il réagi. « Elle est députée européenne, son mandat est loin d’être terminé. Il est normal que les investitures concernent des personnes comme Nathalie Kosciusko-Morizet. C’est un choix politique ».

Bernard Accoyer réagit aux propos "excessifs" de Rachida Dati
00:51

Dans la même thématique

Deplacement du Premier Ministre a Viry-Chatillon
7min

Politique

Violence des mineurs : le détail des propositions de Gabriel Attal pour un « sursaut d’autorité »

En visite officielle à Viry-Châtillon ce jeudi 18 avril, le Premier ministre a énuméré plusieurs annonces pour « renouer avec les adolescents et juguler la violence ». Le chef du gouvernement a ainsi ouvert 8 semaines de « travail collectif » sur ces questions afin de réfléchir à des sanctions pour les parents, l’excuse de minorité ou l’addiction aux écrans.

Le

Turin – Marifiori Automotive Park 2003, Italy – 10 Apr 2024
6min

Politique

Au Sénat, la rémunération de 36,5 millions d’euros de Carlos Tavares fait grincer des dents. La gauche veut légiférer.

Les actionnaires de Stellantis ont validé mardi 16 avril une rémunération annuelle à hauteur de 36,5 millions d’euros pour le directeur général de l’entreprise Carlos Tavares. Si les sénateurs de tous bords s’émeuvent d’un montant démesuré, la gauche souhaite légiférer pour limiter les écarts de salaires dans l’entreprise.

Le