Montebourg décrit à Paris une gauche “en train de renaître”

Montebourg décrit à Paris une gauche “en train de renaître”

Arnaud Montebourg s'est fait le chantre mercredi du "retour de la gauche" qu'on disait "disparue", évacuant le quinquennat...
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Arnaud Montebourg s'est fait le chantre mercredi du "retour de la gauche" qu'on disait "disparue", évacuant le quinquennat Hollande et défendant l'appartenance à ce camp de la "valeur travail" face à un Benoît Hamon qui a fait d'un revenu universel sa proposition phare.

Au gymnase Jean Jaurès à Paris, plein à craquer, de plus de 2.000 personnes, le candidat à la primaire organisée par le PS a retrouvé des accents de la primaire de 2011, semblant y croire pour le premier tour de dimanche.

"Les commentateurs expliquent que la gauche aurait disparu, engloutie comme l'Atlantide", a observé M. Montebourg, qui n'avait presque plus de voix après une heure de discours. "Oui, la gauche est en train de renaître, elle se relance", a-t-il poursuivi, évoquant "une nouvelle page de l'histoire de France".

"Le drapeau du discours du Bourget, tombé à terre, dans la poussière. Il est temps de le relever ensemble!", s'est-il exclamé.

"Je suis fier des ouvriers de Florange, ils sont notre cap, notre sens, notre direction, notre signification. La gauche est de retour!", a conclu l'ancien ministre de l'Economie qui s'était ouvertement opposé au Premier ministre Jean-Marc Ayrault sur l'avenir des hauts founeaux de l'aciérie Arcelor Mittal fin 2012.

Présent dans la salle, Guy Bedos avait rendu en introduction un hommage appuyé à la "ténacité" d'Atnaud Montebourg sur ce dossier.

Ciblant tour à tour ses adversaires de la droite, François Fillon, et du Front national, Marine Le Pen, le candidat n'a pas épargné Manuel Valls mais a réservé ses piques les plus acerbes à Benoît Hamon qui tenait simultanément un meeting à l'autre bout de Paris.

"Notre sens profond, dans l'histoire de la gauche, ça a toujours été de défendre la société du travail et de défendre le travail tout court", a-t-il estimé, regrettant qu'un "président de droite" ait "prétendu que la valeur travail était une valeur de droite".

"Mais pour ma part, j'ai toujours pensé qu'elle était de gauche: la valeur travail est dans l'ADN des luttes sociales, elle est dans l'ADN des conquêtes politiques", a-t-il énuméré.

"Ces propositions que je formule ne sont pas expérimentales pour 2022, ce sont des propositions immédiatement opérationnelles pour dans quatre mois", a-t-il repris, dans une allusion à peine déguisée au programme de Benoît Hamon qui veut commencer à instaurer dans le cours du quinquennat un revenu universel pour tous.

"C'est une politique construite et une politique qui n'a aucune raison d'échouer si nous en respectons l'état d'esprit", a-t-il promis.

Dans la même thématique

Paris: Illustrations Assemblee nationale
4min

Politique

Législatives 2024 : les moments clés de la semaine

La XVIIe législature s’ouvre cette semaine. Les députés vont élire le prochain président ou présidente de l’Assemblée nationale mais également les postes du Bureau. La démission du gouvernement Attal devra être acceptée par le chef de l’Etat avant l’ouverture de la session parlementaire, pour que les 18 ministres élus ou réélus députés puissent participer au vote. Public Sénat détaille pour vous le calendrier de ces prochains jours à l’Assemblée.

Le