Montebourg: Trump a “dans le viseur la destruction” de l’UE

Montebourg: Trump a “dans le viseur la destruction” de l’UE

Arnaud Montebourg, candidat à la primaire organisée par le PS, a mis en garde lundi contre "la destruction de l'Union européenne"...
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

Arnaud Montebourg, candidat à la primaire organisée par le PS, a mis en garde lundi contre "la destruction de l'Union européenne" souhaitée selon lui par Donald Trump, regrettant comme son soutien Aurélie Filippetti le manque de protection économique aux frontières de l'UE.

"Nous allons devoir prendre des mesures visant à construire des blocs très offensifs au sein de l'Union si nous voulons la sauver", a déclaré l'ancien ministre de l’Économie sur France Inter, "sinon nous allons donner raison à M. Trump qui a dans le viseur la destruction de l'Union européenne", a-t-il mis en garde.

Prenant l'exemple du marché de l'acier, M. Montebourg a estimé que l'Union européenne n'était pas "à la hauteur" sur la question des droits de douane.

"Le dumping de l'acier chinois a provoqué de la part des Américains des droits de douane de 522%. L'Europe, la France, l'Allemagne l'Italie, les pays producteurs d'acier sont menacés", a-t-il expliqué.

"Est-ce que l'Europe est à la hauteur? je dis non", a-t-il fustigé. "Elle a pris des droits de douane, vous savez de combien? 23 à 60%, il manque un zéro. C'est 520% du côté américain", a-t-il poursuivi.

"Il faut une taxe aux frontières européennes pour protéger les industries et les emplois. On est en train en Europe de couler, de tuer les emplois parce qu'on n'est pas capables d’avoir une politique exigeante et volontariste", a estimé de son côté la députée PS Aurélie Filippetti, soutien d'Arnaud Montebourg, sur Radio Classique.

"Il faut faire une alliance avec les pays du Sud, l'Italie, l'Espagne, le Portugal. L'Allemagne fait de la consolidation budgétaire (...) sur le dos de ses partenaires européens. (...) On doit défendre nos intérêts ensemble et non pas les uns contre les autres", a-t-elle critiqué.

"Il faut créer un Parlement de la zone euro (...) qui décide en matière de politique économique et budgétaire", a encore ajouté l'ancienne ministre.

Sur le plan national, M. Montebourg a mis en garde le prochain pensionnaire de l'Elysée contre une "crise sidérurgique".

"Est-ce que l'on sait que M. Mittal est allé voir M. Macron il y a quelques mois, et M. Valls, pour leur dire: +si vous n'y remédiez pas par des taxes anti-dumping sur l'acier chinois je continuerai à fermer mes installations en France+", a-t-il dénoncé.

"C'est Fos et Dunkerque, des milliers d'emplois (...) qui sont maintenant dans le collimateur. Ca fait 10 ans que ça dure", a-t-il déploré.

"Gandrange ça a fermé, c'était Sarkozy, Florange ça a fermé, c'était Hollande, et voici que pour le prochain président nous allons avoir une nouvelle crise sidérurgique", a-t-il conclu.

Dans la même thématique

Paris : Question time to the Prime Minister Gabriel Attal
6min

Politique

100 jours à Matignon : « La stratégie Attal n’a pas tenu toutes ses promesses », analyse Benjamin Morel

Le Premier ministre marquera jeudi le passage de ces cent premiers jours au poste de chef du gouvernement. Si Gabriel Attal devait donner un nouveau souffle au deuxième quinquennat d’Emmanuel Macron, sa stratégie n’est néanmoins pas payante car il « veut en faire trop sans s’investir fortement sur un sujet », selon Benjamin Morel, maître de conférences en droit public.

Le

ILLUSTRATION : Carte Electorale
4min

Politique

Elections européennes 2024 : comment se déroule le scrutin ?

Tous les citoyens des pays de l’Union Européenne ne votent pas au même moment. Du 6 au 9 juin, ils se rendront aux urnes pour élire 720 députés au Parlement européen. Public Sénat vous explique tout sur ce scrutin, essentiel pour l’avenir de l’Europe.

Le

Belgium Europe Migration
7min

Politique

Parlement européen : quels sont les grands textes adoptés depuis 2019 ?

Entre le Covid et la guerre en Ukraine, la mandature 2019-2024 a dû subir et réagir à de grands bouleversements. Pacte vert, plan de relance, sanctions à l’égard de la Russie ou encore soutien à l’Ukraine… A l’aube du renouvellement du Parlement européen, retour sur les grands dossiers adoptés ces 5 dernières années au Parlement européen.

Le