Moralisation: quand une présidente REM de commission évoque un groupe “vautré”, “qui dort”

Moralisation: quand une présidente REM de commission évoque un groupe “vautré”, “qui dort”

La présidente de la commission des Lois de l'Assemblée, Yaël Braun-Pivet (REM), a critiqué mercredi l'attitude de certains...
Public Sénat

Temps de lecture :

1 min

Publié le

Mis à jour le

La présidente de la commission des Lois de l'Assemblée, Yaël Braun-Pivet (REM), a critiqué mercredi l'attitude de certains collègues sur le projet de loi de moralisation de la vie publique, évoquant un groupe "vautré" et "qui dort", alors qu'elle pensait son micro coupé.

"On a un groupe qui dort, qui sait pas monter au créneau, qui est vautré", a glissé la députée des Yvelines au vice-président de la commission, Stéphane Mazars (REM), à la fin de la réunion du matin consacrée à ce texte emblématique du début du quinquennat d'Emmanuel Macron.

"On a une responsable de texte qui est inexistante, c'est comme si elle était à Nouméa sur une chaise longue", a aussi déclaré cette avocate de profession au sujet de Paula Forteza, selon l'enregistrement vidéo en ligne sur le site internet de l'Assemblée.

"Naïma, elle fait ce qu'elle peut", a ajouté la présidente de commission à propos de Naïma Moutchou, cheffe de file des députés REM pour la commission.

reb/ic/frd/sd

Dans la même thématique

Migration Europe
6min

Politique

Pacte européen asile et migration : qu'ont voté les eurodéputés français ?

Soutenu par les sociaux-démocrates et la droite européenne, le pacte asile et migration a été adopté au Parlement européen. Mais, contrairement à leurs collègues des autres États membres, Raphaël Glucksmann et François-Xavier Bellamy – têtes de liste socialiste et Les Républicains – se sont opposés au texte.

Le

Paris: weekly session of questions to the government at the Senate
3min

Politique

RIP sur l’immigration : pour Bruno Retailleau, le Conseil constitutionnel « outrepasse son rôle »

Les Républicains s’en prennent une nouvelle fois au Conseil constitutionnel après avoir vu leur proposition de référendum d’initiative partagée (RIP) sur l’immigration invalidée par les Sages. « Un nouveau tournant » pour le patron de la droite sénatoriale qui avait déjà eu des mots assez durs à l’égard de la plus haute juridiction lors de la large censure de la loi immigration.

Le