Mort d’Yvan Colonna : « Il faudra que l’Etat s’explique, le silence de Monsieur Dupond-Moretti devient assourdissant », estime Patrick Kanner

Mort d’Yvan Colonna : « Il faudra que l’Etat s’explique, le silence de Monsieur Dupond-Moretti devient assourdissant », estime Patrick Kanner

Après la mort de l’indépendantiste corse Yvan Colonna, des suites de sa très violente agression en prison début mars, le président du groupe socialiste au Sénat, Patrick Kanner, pointe les défaillances de l’Etat et de l’administration. Au micro de notre matinale, il appelle l’exécutif à « être très prudent » sur le dossier corse.
Romain David

Temps de lecture :

4 min

Publié le

Mis à jour le

Yvan Colonna est décédé lundi soir des suites de son agression à la prison d’Arles, le 2 mars dernier, par un autre détenu. Le militant indépendantiste corse, plongé dans le coma depuis cet évènement, était condamné à la perpétuité pour l’assassinat du préfet Claude Erignac en 1998. « La famille d’Yvan Colonna confirme son décès ce soir à l’hôpital de Marseille. Elle demande que son deuil soit respecté et ne fera aucun commentaire », a précisé à l’AFP son avocat Patrice Spinosi. « Il faut garder le respect pour Yvan Colonna, qui payait sa dette à la nation, et qui a été assassiné dans un lieu qui devait être sous l’autorité publique », a réagi mardi matin, au micro de « Bonjour chez vous » sur Public Sénat, le sénateur Patrick Kanner, chef de file des élus socialistes au sein de la Haute Assemblée.

« Je suis inquiet »

« Il faudra que l’Etat s’explique, le silence de Monsieur Dupond-Moretti devient assourdissant dans ce dossier, quels que soient les éventuels conflits d’intérêts historiques [le garde des Sceaux ayant été l’avocat d’Yvan Colonna, ndlr] », relève Patrick Kanner. « Je souhaite que les choses soient clarifiées dans les meilleurs délais », poursuit-il. « Il y a eu une faute de l’administration pénitentiaire, il faut que l’on explique le pourquoi du comment et que les sanctions tombent. »

L’ancien ministre des Sports de François Hollande ne cache pas sa crainte de voir une nouvelle vague de violences s’emparer de l’île de Beauté après ce décès. « J’invite chacun à garder son calme, mais je suis inquiet. On a vu les séquences précédentes. Aujourd’hui, c’est le temps du deuil, il faut le respecter, notamment pour la famille, les amis, les proches d’Yvan Colonna », explique Patrick Kanner. Les politiques doivent avoir le même message : des messages d’apaisement et de calme. Il faut aussi que les forces de l’ordre soient à la hauteur de leur responsabilité. Il y aura probablement des provocations. Essayons d’en sortir par le haut. »

Sur Europe 1, le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal a appelé justement « au calme et au dialogue » en Corse, assurant que « toute la lumière sera faite » sur l’agression dont Yvan Colonna a été victime en prison.

L’exécutif « navigue à vue »

Le socialiste regrette la méthodologie adoptée par l’exécutif tente d’apaiser les tensions. « Je regrette que l’on parle déjà d’autonomie – il faudra voir d’ailleurs ce qu’on y met derrière - avant même de faire le bilan de l’évolution statutaire de la Corse », pointe-t-il, en référence à une phrase du ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin. « Là, on y va très fort et très vite », s’alarme Patrick Kanner. « La collectivité de Corse a été modifiée. Il y a eu la loi NOTRe en 2015, un changement de statut en 2018. On est quatre ans plus tard, on ne fait même pas encore le bilan de ce qu’il s’est passé et on balance ça comme ça », déplore-t-il. « Pour moi, c’est de la navigation à vue. Sur un sujet aussi sensible que celui de la Corse, il faut être très prudent. »

Une commission d’enquête parlementaire sur les prisons ?

Interrogé sur la possible mise en place d’une commission d’enquête parlementaire sur la surveillance des prisons, Patrick Kanner indique qu’« il la souhaite ». « On pourrait imaginer, au Sénat ou à l’Assemblée, que la commission des lois s’érige en commission d’enquête pour faire ce travail de fond », souffle-t-il. Un sujet que les sénateurs socialistes devraient aborder durant leur réunion de groupe, ce mardi en fin de matinée.

Dans la même thématique

Mort d’Yvan Colonna : « Il faudra que l’Etat s’explique, le silence de Monsieur Dupond-Moretti devient assourdissant », estime Patrick Kanner
4min

Politique

Dissolution : « Le quinquennat d’Emmanuel Macron s’est terminé le 9 juin », affirme Patrick Kanner

Invité de la matinale de Public Sénat, Patrick Kanner, président du groupe socialiste au Sénat s’est exprimé sur les enjeux de la campagne pour les législatives. L’élu du Nord n’a pas épargné le président de la République, considérant que « sa parole n’existe plus ». Le socialiste s’inquiète également des conséquences de la dissolution.

Le

Raphael Glucksmann public meeting in Blanquefort
3min

Politique

Sondage : Raphaël Glucksmann devient la personnalité de gauche la plus populaire, Jean-Luc Mélenchon s'écroule

Le dernier relevé du baromètre politique d’Odoxa, réalisé par Mascaret pour Public Sénat et la presse quotidienne régionale, fait état d’un fort regain de popularité pour les personnalités du Nouveau Front Populaire de Raphaël Glucksmann à Fabien Roussel, à l’exception notable de Jean-Luc Mélenchon dont la cote de popularité s’effondre.

Le

FRA – RN – LEGISLATIVES – CONF DE PRESSE BARDELLA
5min

Politique

Le « barrage républicain » contre le RN s'effrite, la gauche principale repoussoir, selon notre baromètre Odoxa

Le dernier relevé du baromètre politique Odoxa, réalisé par Mascaret pour Public Sénat et la presse quotidienne régionale, fait apparaître un renversement historique du « barrage républicain ». Le Rassemblement national ne fait plus figure de repoussoir, et c’est contre le RN qu’un barrage serait le moins susceptible de se former. A l’inverse, le Nouveau Front Populaire semble être la force politique la plus exposée au barrage.

Le

France Vaccines Africa
3min

Politique

Sondage : la popularité d’Emmanuel Macron s’effondre à 27% d’opinions favorables 

A moins d’une semaine du premier tour des élections législatives anticipées, le pari de la « grande clarification » politique, voulue par Emmanuel Macron à travers la dissolution de l’Assemblée nationale, semble tourner à la déconvenue pour le chef de l’Etat. Le dernier relevé du baromètre politique d’Odoxa, réalisé par Mascaret pour Public Sénat et la presse quotidienne régionale, égratigne la stratégie d’Emmanuel Macron dont la popularité continue de reculer.

Le