Municipales à Lille : la sécurité au cœur des débats

Municipales à Lille : la sécurité au cœur des débats

À moins d’un mois des municipales, les cinq principaux candidats à la mairie de Lille ont confronté leurs propositions en matière de sécurité. Un sujet jugé prioritaire par les Lillois.
Public Sénat

Par Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

La sécurité est la première préoccupation des Lillois selon un sondage commandé par La voix du Nord. Un thème qui a fortement divisé les candidats à la mairie de Lille lors de notre débat en partenariat avec La voix du nord, l’arène de Sciences Po Lille et Wéo TV. La vidéo-surveillance et l’armement de la police municipale étaient au cœur du débat.  

Si la cité lilloise s’est dotée de caméras de vidéo-surveillance, le dispositif ne convainc ni l’écologiste Stéphane Baly ni le candidat Insoumis Julien Poix qui a ciblé Martine Aubry sur le sujet : « Je ne crois pas à la solution de la vidéo-surveillance (…) Je regrette que Mme Aubry ait baissé les bras sur cette question ». L’actuelle maire de Lille a assumé l’installation des 5047 caméras à Lille tout en sermonnant ses contradicteurs. « S’il y a bien un sujet qui ne mérite pas, et qui ne peut pas donner lieu à de l’amateurisme ou de la démagogie, c’est bien la sécurité », a-t-elle lancé.

« Ce n’est pas à la police municipale d’être armée et de faire les cowboys »

Violette Spillebout, candidate investie par LREM, est, elle aussi, favorable à la vidéo-surveillance tout comme le candidat LR, Marc-Philippe Daubresse. Ce sont également les deux seuls à se prononcer pour l’armement de la police municipale. « Je suis un pragmatique, je me suis posé la question d’armer les policiers municipaux mais la délinquance a fortement changé de nature, les trafics de drogue sont pris en main par des mafias ce qui n’était pas le cas il y a une dizaine d’années », justifie Marc-Philippe Daubresse.

Une proposition sévèrement critiquée par le candidat de la France insoumise : « La police nationale, sa mission c’est d’assurer la sécurité. Ce n’est pas à la police municipale d’être armée et de faire les cowboys. Lille, ce n’est pas Gotham city. Chacun sa mission ».  Des positions irréconciliables qui seront tranchées par les Lillois dans les urnes les 15 et 23 mars prochains.

 

Dans la même thématique

Paris: Illustrations Assemblee nationale
6min

Politique

Faire une trêve politique pendant les JO : « C’est le cache-sexe du blocage politique de l’Assemblée » 

Gérard Larcher a demandé une « trêve politique » pendant les Jeux olympiques et paralympiques. Alors qu’aucun groupe politique ne dispose de majorité absolue à l’Assemblée nationale et que le président de la République n’a toujours pas nommé de Premier ministre, l’idée ne fait pas l’unanimité chez les présidents de groupes du Sénat, même si une trêve de fait risque bien de s’imposer.

Le

Defile militaire du 14 juillet – 14 TH July military parade during French national day
5min

Politique

Ministres démissionnaires et députés : la séparation des pouvoirs va-t-elle être malmenée ?

La démission du gouvernement Attal va être acceptée par le chef de l’Etat sûrement demain, juste avant l’ouverture de la XVIIe législature jeudi, à l’Assemblée nationale où siégeront des membres du gouvernement élus ou réélus députés. Mais alors que la gauche peine à s’accorder pour proposer le nom d’un candidat à Matignon, le gouvernement démissionnaire est parti pour durer quelques semaines, au risque de mordre sur le principe de la séparation des pouvoirs.

Le

Paris: Melenchon, Chikirou and Bompard arriving at the National Assembly
2min

Politique

La France Insoumise «  suspend » les négociations du NFP pour Matignon, accusant le PS de « blocage »

Dans un communiqué de ce lundi après-midi, la France Insoumise annonce se retirer des négociations. La gauche ne parvient pas à s’accorder sur le nom d’un candidat du Nouveau Front Populaire à envoyer à Matignon. Les Insoumis se refusent à une reprise des discussions tant qu’une candidature unique pour la présidence de l’Assemblée n’a pas été décidée. Très critique envers le Parti Socialiste, le communiqué l’accuse de « mettre un veto à toute candidature issue du Nouveau Front Populaire, dans le seul but d’imposer la sienne ».

Le