Municipales à Marseille: Saïd Ahamada candidat à l’investiture LREM

Municipales à Marseille: Saïd Ahamada candidat à l’investiture LREM

Le député des quartiers Nord Saïd Ahamada a annoncé samedi dans la Provence sa candidature à l'investiture LREM pour l'élection...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Le député des quartiers Nord Saïd Ahamada a annoncé samedi dans la Provence sa candidature à l'investiture LREM pour l'élection municipale à Marseille, une première candidature pour son parti.

Le quadragénaire, impliqué dans la lutte contre les inégalités et les pollutions, assure avoir "le profil" pour "aller au-delà de notre électorat en amenant des gens de tous horizons, notamment des quartiers populaires".

Ce fils d'immigré qui a grandi dans une cité sensible, Felix-Pyat (3e), fustige la majorité actuelle de Jean-Claude Gaudin (LR), fortement critiquée pour sa gestion du drame de la rue d'Aubagne: "on ne peut plus faire de la politique depuis un hôtel de ville, un peu au dessus des réalités".

Dans l'interview accordée à La Provence, le député met en avant "un projet écologique associant les citoyens" pour une des villes les plus polluées de France. "On fera tout pour que les industries se tournent résolument vers l'écologie et fassent de Marseille une référence".

Pour succéder à Jean-Claude Gaudin, qui ne briguera pas de cinquième mandat, un élu de la majorité, le sénateur LR Bruno Gilles, a déjà affiché sa volonté d'être "candidat jusqu'au bout" en mai. Stéphane Ravier, lui aussi sénateur, a également annoncé sa candidature pour le Rassemblement national.

A LREM, outre Saïd Ahamada, les noms des universitaires Yvon Berland et Jean-Philippe Agresti circulent aussi pour l'élection de 2020. Aux élections européennes, LREM a totalisé 20% des voix à Marseille, contre 26% pour le RN.

Saïd Ahamada, 46 ans et père de deux enfants, est né à Saint-Denis de la Réunion d'une mère française et d'un père comorien, avant de rejoindre Marseille.

En politique, ce haut fonctionnaire s'est d'abord engagé chez les Verts, avant de rejoindre un temps le Modem, puis la liste de Samia Ghali (PS) pour les municipales de 2014. En 2017, il est élu député LREM de la 7ème circonscription des Bouches-du-Rhône, qui englobe une grande partie des quartiers Nord.

M. Ahamada est l'un des huit porte-parole du groupe LREM à l'Assemblée nationale, et membre de la commission des Finances, de l'économie générale et du contrôle budgétaire. Il a porté plusieurs amendements relatifs à la pollution du transport maritime.

Dans la même thématique

Le President de la republique visite le salon international de l’agriculture
5min

Politique

Salon de l’agriculture : le grand débat, « un échec historique pour la communication de l’Élysée »

Face au tollé provoqué par l’invitation des Soulèvements de la Terre à un grand débat avec les acteurs du monde agricole, l’exécutif rétropédale et plaide une « erreur ». La FNSEA, rejointe par d’autres organisations conviées, refuse une telle rencontre. À la veille de l’ouverture du Salon de l’agriculture, le « coup politique » tenté par Emmanuel Macron semble avoir du plomb de l’aile.

Le

Paris: Macron visiting the 59th edition of the International Agriculture Fair
9min

Politique

Le Salon de l’agriculture, du « Casse-toi, pauv' con » à l’œuf jeté sur Macron, une terre fertile en prises de bec

Temps fort de la vie politique, le Salon international de l’agriculture est aussi un terrain favorable aux accrochages, avec des élus et responsables politiques à portée d’engueulade. Le tout sous l’objectif des caméras. Dans un contexte de remobilisation du monde agricole, la 60e édition du « SIA » s’annonce sous haute tension. Retour sur les incidents et autres bousculades qui ont marqué ses allés ces dernières années.

Le

Municipales à Marseille: Saïd Ahamada candidat à l’investiture LREM
4min

Politique

Salon de l’agriculture : « Il y a un niveau de tension supérieur à celui qu’il y avait au moment des blocages », prévient Arnaud Rousseau

Invité de l’émission Extra Local, le patron de la FNSEA confirme qu’il ne participera pas au grand débat souhaité par l’Élysée en ouverture du Salon de l’agriculture. Point de blocage : l’invitation des Soulèvements de la Terre à la table des discussions. Pour Arnaud Rousseau, « ce n’est pas la manière de sortir de cette crise de manière constructive ».

Le