Municipales à Metz : François Grosdidier juge « fantaisistes » les accusations de liste invalide

Municipales à Metz : François Grosdidier juge « fantaisistes » les accusations de liste invalide

Le sénateur LR de Moselle, candidat aux municipales à Metz, a été visé par une lettre anonyme, mettant en cause la validité de sa liste. S’il a bien obtenu un récépissé de la part de la préfecture, de futures actions auprès du tribunal administratif ne sont pas exclues.
Public Sénat

Temps de lecture :

4 min

Publié le

L’épisode est rocambolesque. Jeudi, quelques minutes après la clôture du dépôt des dépôts des listes en préfecture, les élus de Metz réunis en conseil municipal ont reçu un courrier anonyme torpillant la liste « Utile pour Metz » du sénateur LR François Grosdidier. Le corbeau, explique en quatre pages, pourquoi la liste de l’ancien maire de Woippy est « fondamentalement irrégulière ». L’alarme incendie se déclenche dans l’Hôtel de ville, et le contenu de la lettre alimente les discussions des conseillers à l’extérieur, rapporte le Républicain lorrain.

L’expéditeur anonyme considère que deux personnes de la liste ne peuvent être éligibles, Jean-Marie Nicolas (17e position) et Blaise Taffner (23e position), car ces derniers sont juges consulaires dans le ressort de la ville de Metz. Or, selon l’article L231 du Code électoral, poursuit la missive, « les magistrats des tribunaux judiciaires » « ne peuvent être élus conseillers municipaux dans les communes situées dans le ressort où ils exercent ou ont exercé leurs fonctions depuis moins de six mois ». Dans une liste comportant les 55 noms requis, le moyen de faire tomber la liste était tout trouvé.

« Ce n’est pas un sujet », balaye la tête de liste LR

La démonstration de la lettre anonyme s’appuie notamment sur les spécificités de l’Alsace-Moselle. Dans ces trois départements, il n’existe pas de tribunal de commerce. Les affaires sont portées devant une chambre commerciale du tribunal judiciaire (l’ex-tribunal de grande instance) et les audiences ont lieu en présence de deux juges consulaires (non professionnels) et d’un magistrat du corps judicaire (professionnel). Pour François Grosdidier, cette « interprétation juridique », faite dans la lettre, est « fantaisiste » : « Ce n’est pas un sujet » car, estime-t-il, les magistrats consulaires sont bénévoles.

Le candidat de la droite assure qu’il a bien pris de soin de vérifier auprès de spécialistes la validité des deux noms litigieux. « J’ai des analyses d’avocats, de juristes ! » François Grosdidier n’est pas inquiet. Hier, en réunion publique, au moment où le mystérieux corbeau allumait la mèche, le candidat de la liste « Utile pour Metz » a souligné que les deux juges consulaires, une fois élus, n’auraient qu’à démissionner de leur mandat de juge, car le Code de commerce ne fait mention que de situations d’incompatibilité (et non d’éligibilité).

La préfecture a bien validé la liste de François Grosdidier

Dans un communiqué de presse publié ce vendredi matin, la préfecture du département indique avoir validé l’ensemble des dix listes qui ont été déposées, « après les contrôles prévus par le Code électoral ». Une vérification qui implique notamment la vérification de la conformité des listes vis à vis de l’article L 231. Les dix listes, y compris celle conduite par François Grosdidier, ont toutes donné lieu à la délivrance d’un récépissé.

Le représentant de l’État en Moselle ajoute néanmoins, dans la même communication, que la délivrance du récépissé « ne fait pas obstacle à ce que l'éligibilité d’un candidat puisse être contestée devant le juge de l'élection par tout électeur et tout éligible ».

Emmanuel Lebeau, candidat divers droite à la tête de la liste « Passionnément Metz », a annoncé qu’en cas de validation de la liste par la préfecture, il saisirait le tribunal administratif en référé, selon nos confrères du Républicain lorrain. La requête de ce conseiller municipal d’opposition ne se sera pas tranchée tout de suite. La préfecture rappelle, à juste titre, que la réclamation doit intervenir dans les cinq jours qui suivent le scrutin et que le contrôle des inéligibilités (suivant l’article L231) ne s’opère qu’une fois l’élection passée.

En 2014, lors du précédent scrutin à Metz, le juge consulaire Jean-Marie Nicolas (en fonction depuis 2007) figurait déjà sur une liste : celle de la liste d’union de la droite, conduite par Marie-Joe Zimmermann. La liste en question n’avait pas été invalidée. Mais c’était avant l’entrée en application de la loi du 18 novembre 2016 (modernisation de la justice du XXIe siècle), qui avait instauré cette incompatibilité.

Dans la même thématique

Paris: Illustrations Assemblee nationale
6min

Politique

Faire une trêve politique pendant les JO : « C’est le cache-sexe du blocage politique de l’Assemblée » 

Gérard Larcher a demandé une « trêve politique » pendant les Jeux olympiques et paralympiques. Alors qu’aucun groupe politique ne dispose de majorité absolue à l’Assemblée nationale et que le président de la République n’a toujours pas nommé de Premier ministre, l’idée ne fait pas l’unanimité chez les présidents de groupes du Sénat, même si une trêve de fait risque bien de s’imposer.

Le

Defile militaire du 14 juillet – 14 TH July military parade during French national day
5min

Politique

Ministres démissionnaires et députés : la séparation des pouvoirs va-t-elle être malmenée ?

La démission du gouvernement Attal va être acceptée par le chef de l’Etat sûrement demain, juste avant l’ouverture de la XVIIe législature jeudi, à l’Assemblée nationale où siégeront des membres du gouvernement élus ou réélus députés. Mais alors que la gauche peine à s’accorder pour proposer le nom d’un candidat à Matignon, le gouvernement démissionnaire est parti pour durer quelques semaines, au risque de mordre sur le principe de la séparation des pouvoirs.

Le

Paris: Melenchon, Chikirou and Bompard arriving at the National Assembly
2min

Politique

La France Insoumise «  suspend » les négociations du NFP pour Matignon, accusant le PS de « blocage »

Dans un communiqué de ce lundi après-midi, la France Insoumise annonce se retirer des négociations. La gauche ne parvient pas à s’accorder sur le nom d’un candidat du Nouveau Front Populaire à envoyer à Matignon. Les Insoumis se refusent à une reprise des discussions tant qu’une candidature unique pour la présidence de l’Assemblée n’a pas été décidée. Très critique envers le Parti Socialiste, le communiqué l’accuse de « mettre un veto à toute candidature issue du Nouveau Front Populaire, dans le seul but d’imposer la sienne ».

Le