Municipales à Paris: Benjamin Griveaux investi par La République en marche

Municipales à Paris: Benjamin Griveaux investi par La République en marche

L'ancien porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux a été investi mercredi tête de liste par La République en marche pour les municipales à...
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

L'ancien porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux a été investi mercredi tête de liste par La République en marche pour les municipales à Paris en mars, a annoncé le parti présidentiel.

Dans cette compétition interne tranchée par une commission nationale d'investiture (CNI), M. Griveaux, réputé grand favori, affrontaient deux autres députés, Hugues Renson et le mathématicien Cédric Villani qui a annoncé son échec peu avant les résultats officiels.

"Ce qui était annoncé de longue date est désormais acquis: il est clair que je n'obtiendrai pas d'investiture de l'appareil de LREM", avait déploré dans un tweet le médaillé Fields.

Les trois candidats avaient été entendus mardi par les commissaires de LREM.

"Lors de son audition, Benjamin Griveaux est celui qui a le plus convaincu", a indiqué la CNI dans un communiqué, en saluant "un diagnostic étoffé des attentes des Parisiens et Parisiennes, réalisé sur la base de rencontres et d'échanges avec plus de 1.000 personnes, conformément à l'ADN d'En marche et à ce que le mouvement attend de ses candidats".

"Il a ensuite détaillé sa méthode de co-construction de son projet pour Paris avec une vision ambitieuse incluant le Grand Paris. Il a montré à la CNI une compréhension et une grande maîtrise des sujets techniques et budgétaires relatifs à une ville de la taille de Paris. Son expérience passée d'élu local a aussi été décisive", a poursuivi cette commission composée de treize membres, dont l'ancien ministre socialiste Alain Richard et la députée Marie Guévenoux.

Le candidat à l'investiture LREM pour la mairie de Paris Cédric Villani le 9 juillet 2019 à Paris
Le candidat à l'investiture LREM pour la mairie de Paris Cédric Villani le 9 juillet 2019 à Paris
AFP

Ex-porte parole du gouvernement, Benjamin Griveaux, 41 ans, avait très tôt fait part de ses ambitions municipales et s'était assuré la fidélité de l'appareil LREM parisien autant que celle d'une partie du gouvernement et de bon nombre de députés macronistes.

Cet ancien Strauss-kahnien avait participé à la création d'En marche ! dès 2015, puis avait été élu député de la cinquième circonscription de Paris en 2017.

Dix ans plus tôt, c'est sous les couleurs du Parti socialiste qu'il avait acquis une première expérience d'élu, municipal et cantonal, sur ses terres natales de Saône-et-Loire.

"Benjamin Griveaux a prouvé sa capacité à rassembler aussi bien à l'intérieur qu'à l'extérieur du Mouvement", a encore considéré la CNI dans son communiqué, qui salue "son positionnement central, son approche pragmatique et ambitieuse de l'écologie et son projet pour Paris".

Dans la même thématique

Municipales à Paris: Benjamin Griveaux investi par La République en marche
5min

Politique

Européennes : « Le débat Attal-Bardella a permis de mettre à jour l’incurie du RN », selon Valérie Hayer

« Ce débat permet aux Français de s’impliquer et de prendre conscience davantage des enjeux », estime la tête de liste de la majorité présidentielle aux européennes, au lendemain du débat qui a opposé le premier ministre à la tête de liste RN. Si elle reconnaît avoir « peut-être moins de talent, entre guillemets, que lui, sur les plateaux télés », Valérie Hayer affirme que Jordan Bardella n’a « jamais bossé au Parlement européen, il ne sait même pas ce qu’est un amendement ».

Le

PARIS: MEDEF, Audition des principales tetes de liste aux prochaines elections europeennes
10min

Politique

Européennes 2024 : les « planètes » sont-elles alignées pour permettre à Raphaël Glucksmann de « doubler » Valérie Hayer ?

Alors que les sondages montrent de plus en plus la liste PS/Place Publique de Raphaël Glucksmann au coude-à-coude avec celle de la majorité présidentielle de Valérie Hayer, la question d’un croisement des courbes n’a jamais semblé aussi brûlante. Si l’optimisme reste de mise dans le camp Macron, « on peut se réveiller le 9 juin avec une énorme surprise », alertent certains. Du côté du PS, « on fait tout pour » reléguer les macronistes à la troisième place.

Le