Municipales à Paris: Hidalgo loin devant, et Dati (2e) devance les “marcheurs”

Municipales à Paris: Hidalgo loin devant, et Dati (2e) devance les “marcheurs”

Anne Hidalgo peut envisager sa réélection en mars à Paris, tandis que Rachida Dati (LR) confirme son début de campagne réussi, au détriment des candidats LREM officiel (Benjamin Griveaux) ou dissident (Cédric Villani), selon un nouveau sondage Ifop-Fiducial pour le Journal du Dimanche et Sud Radio.
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

Anne Hidalgo peut envisager sa réélection en mars à Paris, tandis que Rachida Dati (LR) confirme son début de campagne réussi, au détriment des candidats LREM officiel (Benjamin Griveaux) ou dissident (Cédric Villani), selon un nouveau sondage Ifop-Fiducial pour le Journal du Dimanche et Sud Radio.

Au premier tour des municipales, la liste "Paris en commun" de Mme Hidalgo, maire PS sortante, obtiendrait 25% des voix devant la liste "Engagés pour changer Paris" de Mme Dati, ancienne Garde des Sceaux de Nicolas Sarkozy (19%).

Mme Dati a commenté le sondage au Grand Jury RTL-Le Figaro-LCI en considérant qu'il faisait d'elle "le vote utile" face à la maire sortante.

Les députés LREM Benjamin Griveaux (15%) et Cédric Villani (13%), qui ont besoin de capter une partie du vote de centre-droit, paient face à elle la division de leur camp. La capitale avait pourtant accordé massivement ses suffrages à Emmanuel Macron à la présidentielle de 2017 et a encore attribué près de 33% des voix à la liste LREM aux élections européennes.

"On se met dans une situation où le fait d'avoir deux candidats favorise la réélection d'Anne Hidalgo", a déploré sur BFMTV la porte-parole du gouvernement Sibeth Ndiaye.

"Il faut regarder le candidat qui est le mieux placé", a-t-elle ajouté : "De toute évidence, c'est Benjamin Griveaux, et je souhaite très vivement que Cédric Villani puisse se ranger derrière lui".

Entre les deux "marcheurs" s'intercale l'écologiste David Belliard (14%), soumis à rude concurrence dans un paysage municipal où tous les candidats s'évertuent à verdir leur programme.

Mme Hidalgo, qui apparaissait en difficulté il y a un an, après notamment le fiasco de Vélib', creuse son avantage sur ses concurrents.

Dans le précédent sondage publié par Ifop courant décembre, elle était déjà en tête avec 22,5% des intentions de vote. Benjamin Griveaux (17%) et Rachida Dati (17%) étaient au coude à coude devant Cédric Villani (14%) et David Belliard (12,5%).

L'enquête Ifop pour le JDD et Sud Radio est publiée après la ralliement à M. Griveaux du candidat de centre-droit Pierre-Yves Bournazel. Les sondeurs ont toutefois testé l'hypothèse du maintien de ce dernier.

Dans ce cas, les sondés accordent toujours 25% des intentions de vote à Anne Hidalgo, mais Rachida Dati n'obtient plus que 17%, devant Benjamin Griveaux (16%), David Belliard (14%) et Cédric Villani (12%).

La liste LFI de Danielle Simonnet et la liste RN de Serge Ferdebusch obtiendraient chacune 5% dans tous les cas de figure.

Au second tour, une liste d'union hypothétique entre les listes Hidalgo et Belliard l'emporterait très largement (41%), devant celle de Rachida Dati (22%) suivie de Benjamin Griveaux (20%) et Cédric Villani (17%).

Le premier secrétaire du PS, Olivier Faure, s'est montré confiant dimanche sur les chances d'une "alliance de second tour" avec les écologistes parisiens.

"J’ai écouté Yannick Jadot, qui lui-même dit qu'il n'est pas question de faire alliance, ni avec le Front national, ça va de soi, ni avec les Républicains, ni avec la République en marche, je vous laisse faire la soustraction, ce qu'il reste et avec qui il est prêt à travailler", a-t-il expliqué sur Radio J.

Et M. Faure d'anticiper un possible ralliement de Cédric Villani, dont il a rappelé qu'il avait été en 2014 un soutien d'Anne Hidalgo: "Je pense qu’à un moment donné, il fera ce pas-là, ce pas vers la gauche, c'est pas si facile.”

Enquête réalisée en ligne du 13 au 17 janvier auprès de 1.102 personnes de 18 ans et plus, selon la méthode des quotas. Marge d'erreur de 1,4 à 3,1 points.

Dans la même thématique

Le President de la republique visite le salon international de l’agriculture
5min

Politique

Salon de l’agriculture : le grand débat, « un échec historique pour la communication de l’Élysée »

Face au tollé provoqué par l’invitation des Soulèvements de la Terre à un grand débat avec les acteurs du monde agricole, l’exécutif rétropédale et plaide une « erreur ». La FNSEA, rejointe par d’autres organisations conviées, refuse une telle rencontre. À la veille de l’ouverture du Salon de l’agriculture, le « coup politique » tenté par Emmanuel Macron semble avoir du plomb de l’aile.

Le

Paris: Macron visiting the 59th edition of the International Agriculture Fair
9min

Politique

Le Salon de l’agriculture, du « Casse-toi, pauv' con » à l’œuf jeté sur Macron, une terre fertile en prises de bec

Temps fort de la vie politique, le Salon international de l’agriculture est aussi un terrain favorable aux accrochages, avec des élus et responsables politiques à portée d’engueulade. Le tout sous l’objectif des caméras. Dans un contexte de remobilisation du monde agricole, la 60e édition du « SIA » s’annonce sous haute tension. Retour sur les incidents et autres bousculades qui ont marqué ses allés ces dernières années.

Le

Municipales à Paris: Hidalgo loin devant, et Dati (2e) devance les “marcheurs”
4min

Politique

Salon de l’agriculture : « Il y a un niveau de tension supérieur à celui qu’il y avait au moment des blocages », prévient Arnaud Rousseau

Invité de l’émission Extra Local, le patron de la FNSEA confirme qu’il ne participera pas au grand débat souhaité par l’Élysée en ouverture du Salon de l’agriculture. Point de blocage : l’invitation des Soulèvements de la Terre à la table des discussions. Pour Arnaud Rousseau, « ce n’est pas la manière de sortir de cette crise de manière constructive ».

Le