Municipales à Paris: LFI présente ses 17 binômes têtes de listes

Municipales à Paris: LFI présente ses 17 binômes têtes de listes

La conseillère France insoumise de Paris et candidate à l'Hôtel de ville Danielle Simonnet a présenté samedi ses 17 "binômes...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

La conseillère France insoumise de Paris et candidate à l'Hôtel de ville Danielle Simonnet a présenté samedi ses 17 "binômes têtes de listes" de sa liste citoyenne "Décidons Paris" pour les municipales de mars.

Outre l'ex-footballeur Vikash Dhorasoo (XVIIIe arrondissement), on retrouve comme têtes d'affiche Lamya Essemlali (XIVe), présidente de Sea Shepherd France et vice-présidente du parti antispéciste REV, Frédéric Vial (XVe), membre du collectif Non aux JO 2024 à Paris, ou encore Natalia Rebollo Quero (VIIIe), militante du parti espagnol de gauche radicale Podemos.

"Nos têtes de listes sont à la majorité des femmes" et "s'engagent pour remettre la démocratie et l'auto-organisation au coeur de l'organisation politique et au service de la lutte face à l'urgence sociale et climatique", indique dans un communiqué la liste de Danielle Simonnet, créditée de 5% des voix selon un récent sondage pour le JDD.

"Décidons Paris" prône le "refus de la police municipale", milite pour "la baisse des loyers", "la réquisition des logements vides", "l'extension des espaces verts en pleine terre" et "un autre rapport au vivant clairement attaché à la défense de la condition animale et la remunicipalisation des services publics".

Opposée à la tenue des Jeux olympiques de 2024 à Paris, la liste "Décidons Paris" avait reçu début janvier le soutien de Révolution écologique pour le vivant (REV), parti écologiste et antispéciste fondé par le journaliste et essayiste Aymeric Caron.

Mais, elle a subi ce jeudi le départ de la Gauche républicaine et socialiste, des Radicaux de gauche et du MRC qui reprochent à Danielle Simonnet de "mettre dans le même sac" la maire PS sortante Anne Hidalgo, la droite et les candidats macronistes.

Dans la même thématique

Le President de la republique visite le salon international de l’agriculture
5min

Politique

Salon de l’agriculture : le grand débat, « un échec historique pour la communication de l’Élysée »

Face au tollé provoqué par l’invitation des Soulèvements de la Terre à un grand débat avec les acteurs du monde agricole, l’exécutif rétropédale et plaide une « erreur ». La FNSEA, rejointe par d’autres organisations conviées, refuse une telle rencontre. À la veille de l’ouverture du Salon de l’agriculture, le « coup politique » tenté par Emmanuel Macron semble avoir du plomb de l’aile.

Le

Paris: Macron visiting the 59th edition of the International Agriculture Fair
9min

Politique

Le Salon de l’agriculture, du « Casse-toi, pauv' con » à l’œuf jeté sur Macron, une terre fertile en prises de bec

Temps fort de la vie politique, le Salon international de l’agriculture est aussi un terrain favorable aux accrochages, avec des élus et responsables politiques à portée d’engueulade. Le tout sous l’objectif des caméras. Dans un contexte de remobilisation du monde agricole, la 60e édition du « SIA » s’annonce sous haute tension. Retour sur les incidents et autres bousculades qui ont marqué ses allés ces dernières années.

Le

Municipales à Paris: LFI présente ses 17 binômes têtes de listes
4min

Politique

Salon de l’agriculture : « Il y a un niveau de tension supérieur à celui qu’il y avait au moment des blocages », prévient Arnaud Rousseau

Invité de l’émission Extra Local, le patron de la FNSEA confirme qu’il ne participera pas au grand débat souhaité par l’Élysée en ouverture du Salon de l’agriculture. Point de blocage : l’invitation des Soulèvements de la Terre à la table des discussions. Pour Arnaud Rousseau, « ce n’est pas la manière de sortir de cette crise de manière constructive ».

Le