Municipales au Havre: Bardella (RN) lance un appel aux électeurs LR déçus par Philippe

Municipales au Havre: Bardella (RN) lance un appel aux électeurs LR déçus par Philippe

Le vice-président du Rassemblement national Jordan Bardella a lancé samedi un appel aux électeurs Les Républicains du Havre ...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Le vice-président du Rassemblement national Jordan Bardella a lancé samedi un appel aux électeurs Les Républicains du Havre "orphelins" après le ralliement d'Edouard Philippe, élu maire en 2014, à Emmanuel Macron, à trois semaines du scrutin municipal.

Les électeurs LR sont "orphelins d'un candidat à l'élection présidentielle, orphelins d'une idéologie, orphelins d'un mouvement politique qui est devenu aujourd'hui un syndicat d'élus, dont une grande partie des cadres, à commencer par M. Philippe, se sont mis +En marche+", a estimé M. Bardella, lors d'une conférence de presse de soutien au candidat RN local Frédéric Groussard.

"Or il y a toute une partie des électeurs LR qui ne veulent pas aller vers la macronie, sont attachés comme nous au retour de l'autorité dans les quartiers, à l'école, à la paix fiscale, à la lutte contre l'insécurité", a poursuivi le député européen.

"A ceux-là nous voulons dire: +venez travailler à nos côtés, venez nous rejoindre, nous vous tendons la main+", a-t-il insisté, raillant une droite "morte d'avoir parlé pendant des années comme le Rassemblement national et d'avoir dirigé comme des socialistes au pouvoir".

La liste RN conduite par M. Bardella était arrivée en tête au Havre aux élections européennes de mai 2019, avec 22,55% des suffrages, devant celle de la majorité menée par Nathalie Loiseau (21,5%). Lors des municipales de 2014, le candidat RN avait obtenu 13,4% des voix alors que M. Philippe avait été élu dès le 1er tour (52%).

Mais cette fois, "très clairement Edouard Philippe subira un vote sanction", a asséné M. Groussard, "sûr que des abstentionnistes iront voter pour ne pas voter Edouard Philippe".

"Le fait d'avoir Edouard Philippe en face de moi m'apportera des voix", a-t-il martelé.

Le vote sanction s'exercera "non pas seulement contre le (maire) sortant mais aussi contre la politique du gouvernement, incarnée par Edouard Philippe qui est l'avocat de la brutalité sociale (...) et de la guerre du tous contre tous", a encore abondé M. Bardella.

Dans la même thématique

Paris: Lucie Castets
7min

Politique

« Exigeante », « politique », « âpre négociatrice » : le profil de Lucie Castets par les sénateurs qui l’ont côtoyée

Cette haute fonctionnaire de 37 ans, issue de la société civile et très marquée à gauche, a été choisie par le Nouveau Front populaire comme candidate au poste de Première ministre. Au Sénat, plusieurs élus ont été amenés à travailler avec elle à la mairie de Paris. Ils saluent ses aptitudes, et l’appellent désormais à engager une « bataille de l’opinion » pour pousser Emmanuel Macron à la nommer à Matignon.

Le

Paris Olympics
6min

Politique

Candidature du NFP à Matignon : Emmanuel Macron « botte en touche en disant qu’on va d’abord s’occuper des JO »

Mardi 23 juillet, Emmanuel Macron a donné sa première longue interview télévisée depuis la dissolution et les législatives. L’occasion pour le président de la République de livrer son analyse du scrutin, de temporiser et de refuser net la candidate du Nouveau Front populaire pour Matignon. Analyse de cette prestation avec l’expert en communication Philippe Moreau-Chevrolet.

Le

Emmanuel Macron interview sur France TV
4min

Politique

Emmanuel Macron est-il contraint de nommer Lucie Castets Première ministre ?

Hier, le Nouveau Front populaire s’est accordé sur le nom de Lucie Castets comme candidate au poste de Première ministre. Emmanuel Macron a balayé cette candidature considérant que cela n’était « pas le sujet ». Ce matin, Lucie Castets a demandé au Président de la République « de prendre ses responsabilités et de la nommer Première ministre ». Si constitutionnellement rien ne le contraint à nommer un Premier ministre, la décision du chef de l’Etat réside dans le choix « qui lui semble le plus à même de résister à une motion de censure », selon Bastien François, professeur de sciences politiques à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Le