Municipales: “Aucune alliance” possible du PS avec LREM, assure Faure

Municipales: “Aucune alliance” possible du PS avec LREM, assure Faure

"Aucune alliance" ne sera possible entre des candidats socialistes et LREM lors des municipales, et ceux qui souhaitent soutenir...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

"Aucune alliance" ne sera possible entre des candidats socialistes et LREM lors des municipales, et ceux qui souhaitent soutenir un candidat de la majorité devront quitter le PS, a prévenu lundi le premier secrétaire Olivier Faure.

"Pour toutes celles et ceux qui se sont battus toute leur vie pour lutter contre les inégalités, les discriminations, les injustices, ceux-là ne peuvent pas rejoindre cette majorité et c'est la raison pour laquelle il n'y aura aucune alliance en France avec En Marche pour des candidats socialistes", a souligné M. Faure sur Europe 1.

Interrogé sur l'affaire du courrier signé du directeur de cabinet de Richard Ferrand, Jean-Marie Girier, se proposant de créer une "task-force (équipe dédiée, ndlr) pour +chasser+ les maires" PS, il a indiqué avoir écrit au président de l'Assemblée nationale "pour lui demander" quelles étaient les fonctions et missions exactes de son collaborateur.

Comment des socialistes pourraient-ils "rejoindre" la majorité, alors que "l'acte 2 du quinquennat" d'Emmanuel Macron consiste à vouloir "prélever 3,5 milliards sur les chômeurs, reprendre de l'argent supplémentaire sur les APL, fixer un âge pivot à 64 ans pour les retraites, (demander à) des gens déjà largement précaires (...) de choisir entre la décote ou la misère pendant des années avant de toucher la retraite à taux plein", a-t-il énuméré.

"S'il en est qui considèrent que cette politique-là est une politique qu'ils peuvent soutenir, alors ce que je leur dis c'est qu'il faut qu'ils partent à La République en marche, il faut qu'ils considèrent que leur place n'est plus chez les socialistes, n'est plus à gauche", a tranché Olivier Faure.

Interrogé par ailleurs sur le retour sur le devant de la scène de Bernard Cazeneuve, qui fait envisager à certains une candidature de l'ancien Premier ministre à la présidentielle de 2022, M. Faure a remarqué que "nous sommes encore à trois ans de l'élection présidentielle". "Pitié, de grâce, ne commençons pas, trois ans à l'avance, à faire l'élection présidentielle, quand nous avons tout le temps pour pouvoir avancer et rassembler les forces éparses de la gauche", a-t-il demandé.

Soulignant que M. Cazeneuve est "un ami personnel" et "un atout pour la gauche", il a estimé qu'"il faut allier l'expérience et la nouveauté". "Et vous ne me ferez pas dire quoi que ce soit de plus ou de moins", a-t-il conclu.

Dans la même thématique

Paris: Lucie Castets
7min

Politique

« Exigeante », « politique », « âpre négociatrice » : le profil de Lucie Castets par les sénateurs qui l’ont côtoyée

Cette haute fonctionnaire de 37 ans, issue de la société civile et très marquée à gauche, a été choisie par le Nouveau Front populaire comme candidate au poste de Première ministre. Au Sénat, plusieurs élus ont été amenés à travailler avec elle à la mairie de Paris. Ils saluent ses aptitudes, et l’appellent désormais à engager une « bataille de l’opinion » pour pousser Emmanuel Macron à la nommer à Matignon.

Le

Paris Olympics
6min

Politique

Candidature du NFP à Matignon : Emmanuel Macron « botte en touche en disant qu’on va d’abord s’occuper des JO »

Mardi 23 juillet, Emmanuel Macron a donné sa première longue interview télévisée depuis la dissolution et les législatives. L’occasion pour le président de la République de livrer son analyse du scrutin, de temporiser et de refuser net la candidate du Nouveau Front populaire pour Matignon. Analyse de cette prestation avec l’expert en communication Philippe Moreau-Chevrolet.

Le

Emmanuel Macron interview sur France TV
4min

Politique

Emmanuel Macron est-il contraint de nommer Lucie Castets Première ministre ?

Hier, le Nouveau Front populaire s’est accordé sur le nom de Lucie Castets comme candidate au poste de Première ministre. Emmanuel Macron a balayé cette candidature considérant que cela n’était « pas le sujet ». Ce matin, Lucie Castets a demandé au Président de la République « de prendre ses responsabilités et de la nommer Première ministre ». Si constitutionnellement rien ne le contraint à nommer un Premier ministre, la décision du chef de l’Etat réside dans le choix « qui lui semble le plus à même de résister à une motion de censure », selon Bastien François, professeur de sciences politiques à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Le