Municipales: carte et analyses, tous les résultats

Municipales: carte et analyses, tous les résultats

Le second tour des élections municipales a lieu ce dimanche 28 juin dans les 4855 communes concernées. Suivez les résultats en direct grâce à notre carte interactive et nos analyses et décryptages
Public Sénat

Temps de lecture :

20 min

Publié le

Mis à jour le

Cliquez sur la carte pour découvrir tous les résultats des élections municipales. Vous pouvez utiliser le moteur de recherche pour trouver une commune ou naviguer dans la carte.

Suivez notre direct en dessous de la carte. Et notre édition spéciale sur les chaînes parlementaires de 22 heures à minuit.

En direct

00h45: Michèle Rubirola en tête à Marseille (Printemps marseillais, coalition de gauche) : « Le scrutin ne nous livre pas un verdict clair »

23h50 : Johanna Rolland garde Nantes

Johanna ROLLAND (Union de la gauche) : 59.67 %

Laurence GARNIER (Union de la droite) : 27.61 %

Valérie OPPELT (Union du centre) : 12.71 %

23h40 : Le communiste Abdel Sadi l'emporte à Bobigny

Abdel SADI (PC) : 55.27 %
Christian BARTHOLMÉ (UDI) : 44.72 %

23h30 : François Rebsamen est réélu à Dijon

François REBSAMEN (Union de la gauche) : 43.51 % 
Emmanuel BICHOT (DVD) : 34.84 % 
Stéphanie MODDE (EELV) : 21.63 % 

23h07 : Thibaut Coiffier, de l'institut Ipsos, souligne l'échec du pari local de LREM. Taux d’abstention record, vague verte, restes de l’ancien monde… Retrouvez les principaux enseignements du scrutin en cliquant ici.

23h06 : Yannick Jadot : « J’espère qu’Emmanuel Macron va voir la lumière verte »

« C’est une excellente nouvelle », réagit Yannick Jadot à la large victoire écologiste à l’issue du second tour des élections municipales. « Y compris dans des villes où la droite et La République en marche avaient fait alliance contre l’écologie, comme Bordeaux, Strasbourg, contre vents et marées les écologistes ont gagné en rassemblant autour d’eux », réagit l’eurodéputé. L’ancien candidat d’Europe Ecologie-Les Verts appelle le chef de l’Etat à tirer les enseignements du scrutin. « Je souhaite qu’Emmanuel Macron entende le message, cela fait trois ans qu’il nous promet d’agir sur l’écologie, soutient Yannick Jadot. J’espère qu’il va recevoir le message cinq sur cinq et qu’il va voir la lumière verte ».

23h03: Gérard Larcher : « À nous de comprendre le message qui nous est adressé ce soir »

Dans un communiqué, le Président du Sénat réagit sur les résultats de ce second tour des élections municipales, marqués par une forte abstention (59 %) et une vague verte dans plusieurs grandes villes.

« Ce soir, encore une fois, c’est la France de l’abstention qui l’emporte. Ce constat doit tous nous interpeller. La crise sanitaire ne peut expliquer à elle seule, une si faible participation. Le mal est plus profond et plus ancien. Crise après crise, notre pays se fracture, la défiance s’installe. Il nous appartient de recréer la confiance. C’est en réalité la crise du manque de résultats que nous vivons. Les Français réclament moins de discours, moins de bureaucratie, plus de proximité. À nous de comprendre le message qui nous est adressé ce soir, au-delà même des enjeux municipaux » affirme Gérard Larcher.

Le président du Sénat estime que « les résultats dans les grandes agglomérations ne doivent pas masquer le vote des Français qui ont accordé leur confiance aux maires sortants dans une large majorité. L’échec pour la majorité présidentielle est évident. C’est l’échec d’une politique de centralisation du pouvoir, alors que les Français aspirent à plus de liberté, plus de décentralisation, plus de déconcentration. »  Gérard Larcher note que « cette élection a également montré à quel point la préoccupation écologique est devenue centrale, même si la préservation de l’environnement dépasse très largement les frontières des partis. »

« C’est de la commune, « petite république dans la grande »  que tout se construit. Les maires ont encore la confiance de nos compatriotes, ils ont une lourde responsabilité dans cette période difficile que traverse notre pays, je sais que la France peut compter sur eux. » conclut-il.

22h55 : A Nîmes, le LR Jean-Paul Fournier l'emporte

Jean-Paul FOURNIER (LLR) : 41.96 %
Vincent BOUGET (LDVG) : 26.47 %
Yvan LACHAUD (LDVC) : 18.62 %
Yoann GILLET (LRN) : 12.92 %

22h40 : A Orléans, Serge Grouard ravit la mairie à Olivier Carré

Serge GROUARD (LUD) : 40.29 %
Olivier CARRÉ (LREM) : 27.98 %
Jean-Philippe GRAND (LVEC) : 31.72 %

22h34 : Patrick de Carolis reste à la mairie d'Arles

Nicolas KOUKAS (LUG) : 42.77 %
Patrick DE CAROLIS (LDVC) : 57.22 %

arles-002.jpg

22h22 : La maire sortante Nathalie Appéré est rééelue à Rennes

Carole GANDON (LREM) : 17.49 %
Charles COMPAGNON (LDVD) : 17.15 %
Nathalie APPÉRÉ (LUG) : 65.35 %

rennes-001.jpg

22h20 : A Aix-en-Provence, Maryse Joissains-Masini reste à la mairie

Maryse JOISSAINS-MASINI (LUD) : 43.53 %
Anne-Laurence PETEL (LREM) : 32.12 %
Marc PENA (LUG) : 24.34 %

aix-en-provence-002.jpg

22h19 : A Moissac, Romain Lopez, le candidat RN, l'emporte largement

Romain LOPEZ (LRN) : 62,45%
Estelle HEMMAMI (LDVG) : 37,54%

22h10 : Anne Hidalgo : « Ce mandat local est la plus belle des responsabilités »
Largement réélue avec 48,7% des voix, selon notre estimation Ipsos/Sopra Steria pour France Télévisions, Radio France, Public Sénat et LCP-AN, Anne Hidalgo a revendiqué la victoire de l’alliance des gauches parisiennes. « Vous avez choisi l’espoir, le rassemblement, un Paris qui respire, plus agréable à vivre et qui ne laisse personne sur le bord du chemin », a déclaré Anne Hidalgo. La maire de Paris a tenu à saluer ses adversaires, Rachida Dati (LR) et Agnès Buzyn (LREM), qui ont respectivement obtenu 33,8% et 13,3% des suffrages. « Ce mandat local est la plus belle des responsabilités », a poursuivi Anne Hidlago, en détaillant rapidement ce que sera « le Paris de demain », avec plus de moyens donnés aux services publics, le respect de l’environnement comme boussole, et « un Paris de la différence qui combat toutes les discriminations ».

22h04: Martine Aubry, victorieuse sur le fil : « J’ai conscience de la nécessité de la transition écologique »

C’est une victoire à l’arrachée. La maire socialiste de Lille est réélue, avec seulement 227 voix d’avance sur son adversaire écologiste Stéphane Baly. Dans une courte allocution, Martine Aubry a tenu à souligner son « immense tristesse » devant le taux record d’abstention, et a tenu à rappeler la nécessité de « s’interroger pour retrouver la vraie politique et réapprendre à penser collectif ». La maire de Lille, élue pour la première fois en 2001, a fait part de son « immense bonheur ». « Il reste tant de choses à faire dans cette ville pour réduire les inégalités sociales, fondement de mon engagement, et pour aller encore plus loin dans la transition écologique. J’ai entendu le message sur la nécessité de cette transition écologique, et croyez-bien que nous œuvrerons en ce sens », a conclu Martine Aubry.

21h48 : Martine Aubry est élue à Lille, avec une avance de 227 voix devant son concurrent écologiste, Stéphane Baly.

21h38:  Montpellier : le candidat PS, Michaël Delafosse élu

Michaël Delafosse, à la tête d’une liste (PS-PCF-EELV) est sorti vainqueur de la triangulaire à Montpellier. Avec 48,9% des voix, il devance le maire sortant (Divers gauche) Philippe Saurel (33,1%) et Mohed Altrad (18%)

« Un jour, Michael Delafosse sera maire de Montpellier » aurait dit Georges Frêche, le maire socialiste de la ville pendant presque trente ans. Ce soir, c’est chose faite, à 42 ans, Michaël Delafosse est élu à la tête de la septième ville de France avec 48,9% des voix. Une large victoire pour celui qui était donné légèrement en tête dans les sondages.

Philippe Saurel maire sortant (DVG) avait été qualifié de « candidat de La République en marche » par  Michaël Delafosse lors d’un débat d’entre-deux-tours diffusé par Public Sénat, ne recueille que 31,1% des voix.

Le président du club de rugby Montpellier HR, Mohed Altrad rate son pari. Le leader des « 4 fantastiques » (du surnom de l'alliance hétéroclite qu'il a formé pour le second tour avec l'insoumise Alenka Doulain, l'humoriste Rémi Gaillard et l'écologiste Clothilde Ollier), ferme la marche avec 18% des voix.

montpellier-002.jpg

21h33:  Jean-Luc Mélenchon, le chef de file des Insoumis, s'est inquiété « d'une grève civique », « d'une forme d'insurrection froide contre toutes les institutions du pays » dimanche, au soir du second tour des élections municipales marqué par une très forte abstention.

« C'est donc un moment compliqué, dangereux, de la vie de la nation qui se présente devant nous », a-t-il estimé, alors que plus de six électeurs sur dix ont boudé les urnes.

21h32: Avec la victoire de Pierre Hurmic, la vague verte recouvre Bordeaux

La vague écologiste se poursuit à Bordeaux avec la victoire de Pierre Hurmic. Le candidat de l’alliance écologiste et socialiste prend la tête de la mairie avec 46,8% des suffrages, selon les estimations d’Ipsos Sopra Steria pour France Télévision/Radio France/Public Sénat/LCP. Il sort vainqueur d’une triangulaire qui l’opposait à Nicolas Florian, candidat de la majorité qui talonne l’écologiste avec 43,2% des votes, et Philippe Poutou, candidat du NPA qui avait réussi à se maintenir au second tour et remporte 10% des suffrages.

Une victoire symbolique pour Pierre Hurmic, qui reconquiert une mairie acquise à la droite depuis plus de soixante-treize ans, et fief historique de l’ancien premier ministre de Jacques Chirac, Alain Juppé. Le combat a toutefois été serré jusqu’au bout, les résultats du premier tour avaient donné l’écologiste et le maire sortant, Nicolas Florian dans un mouchoir de poche. Le ralliement de Thomas Cazenave (LREM) à Pierre Hurmic au détriment de Nicolas Florian a également pesé dans la balance de la victoire verte de ce second tour, malgré l’impossible entente avec Philippe Poutou, qui a privé le nouveau maire d’un vivier potentiel de voix à gauche.

bordeaux-001.jpg

21h29: L’écologiste Grégory Doucet l’emporte à Lyon

Vague verte partout en France. Selon notre estimation Ipsos/Sopra Steria pour France Télévisions, Radio France, Public Sénat et LCP-AN, Grégory Doucet (EELV-PS-PCF-LFI) l’emporte à Lyon avec 53,5% des voix. Yann Cucherat (LREM-LR) réalise 30,5%. La liste de Georges Képénékian (dissident de LREM) est à 16%.

Au premier tour, l’écologiste était arrivé en tête (28,4%), suivi d’Etienne Blanc, candidat LR, et de Yann Cucherat.

L’entre-deux tour a été marqué par un accord qui a fait du bruit. L’ancien ministre de l’Intérieur Gérard Collomb a réalisé une alliance avec LR. Il a accepté de se retirer de la course à la métropole de Lyon, au profit du sénateur LR François-Noël Buffet. En échange, le candidat LR à Lyon s’est retiré en faveur de Yann Cucherat. Un accord qui n’a pas pu empêcher la victoire de Grégory Doucet.

21h25 : A Lille, Martine Aubry revendique la victoire avec 227 voix d'avance

Les résultats sont très serrés entre la maire sortante et Stéphane Baly, qui était donné devant, dans les premières estimations à 20 heures. Les résultats définitifs ne sont pas encore disponibles.

21h24 : Strasbourg : les écologistes remportent nettement la triangulaire face au PS et LREM

C’est une première : les écologistes prennent la ville de Strasbourg. Avec le soutien d’Europe Écologie les Verts et du PCF, la liste menée par Jeanne Barseghian arrive largement en tête dans la capitale alsacienne. Le maire socialiste sortant, Roland Ries, ne se représentait pas. Mais la liste soutenue par le PS, menée par Catherine Trautmann, n’a pas su convaincre les électeurs, puisque comme au premier tour, elle arrive troisième avec 23,2 % (quatre points de plus qu’en Mars), selon les estimations d'Ipsos Sopra Steria pour France Télévision/Radio France/Public Sénat/LCP.
Devant elle, Alain Fontanel, candidat de LREM qui a fusionné avec Les Républicains au second tour, arrive en deuxième position avec 34,3%, huit points derrière Jeanne Barseghian et ses 42,5%, selon notre estimation.

strasbourg-001_1.jpg

21h23 : A Paris, Anne Hidalgo est confortablement réélue avec près de 50% des voix

La liste de la maire sortante socialiste, Anne Hidalgo, soutenue par les écologistes, remporte le second tour avec un score sans appel. Elue pour la première fois en 2014, elle a remporté 49,3% des voix, selon une estimation Ipsos pour France Télévisions, Radio France et les chaînes parlementaires. Un niveau proche de son score il y a six ans, où elle avait atteint 53,33 %.
Son adversaire Rachida Dati (Les Républicains) termine deuxième, comme anticipé, avec 32,7%. Le reflux est grand pour Agnès Buzyn, la candidate de la République en marche, qui totalise 13,7 %, au second tour, en-dessous des 17,26 % qu’elle avait obtenus au 1er tour, le 15 mars. Le parti présidentiel a échoué à s’implanter dans la capitale, là où Emmanuel Macron avait recueilli 34,83 % des suffrages sur son nom au premier tour de la présidentielle.
Anne Hidalgo doit prendre la parole à 21h30 devant le parvis de l’Hôtel de ville.

21h21 : A Poitiers, Alain Clayes est battu par Léonore Moncond'huy

Leonore MONCOND'HUY (LDVG) : 42.83 %
Alain CLAEYS (LSOC) : 35.60 %
Anthony BROTTIER (LREM ): 21.56 %

21h11 : Dans le 7è arrondissement de Marseille, David Galtier l'emporte (estimations d'Ipsos Sopra Steria pour France Télévision/Radio France/Public Sénat/LCP)

David GALTIER (LR) : 51,8%
Stéphane RAVIER (RN) : 48,2%

21h10 : Martine Vassal chute dans le 4è arrondissement de Marseille (estimations d'Ipsos Sopra Steria pour France Télévision/Radio France/Public Sénat/LCP)

Olivia FORTIN (PS-PCF-LFI-EELV) : 41.1%
Martine VASSAL (LR) : 38%
Bernard MARANDAT (RN) : 11.4%
Yvon BERLAND (LREM) : 9.5%

21h10 : Jean-Luc Moudenc est réélu à Toulouse (estimations d'Ipsos Sopra Steria pour France Télévision/Radio France/Public Sénat/LCP)

Jean-Luc MOUDENC (LR-LREM) : 51,6%
Antoine MAURICE (EELV-LFI-PS-PCF) : 48.4%

toulouse-003.jpg

21h07 : A Montpellier, Michaël Delafosse est élu (estimations d'Ipsos Sopra Steria pour France Télévision/Radio France/Public Sénat/LCP)

Michaël DELAFOSSE (PS-PCF-EELV) : 48.9%
Philippe SAUREL (DVG) : 33.1%
Mohed ALTRAD (DIV) : 18%

montpellier-001.jpg

21h05 : Autre surprise, Pierre Hurmic (EELV) est élu à Bordeaux, devant Nicolas Florian (estimations d'Ipsos Sopra Steria pour France Télévision/Radio France/Public Sénat/LCP)

Pierre HURMIC (EELV-PS-PCF) : 46,8%
Nicolas FLORIAN (LR-MoDem-LREM) : 43,2%
Philippe POUTOU (NPA-LFI) : 10%

bordeaux-001.jpg

21h00 : Anne Hidalgo est reconduite à Paris avec 49,3 % des voix (estimations d'Ipsos Sopra Steria pour France Télévision/Radio France/Public Sénat/LCP)

Listes A. HIDALGO (PS-PCF-EELV) : 49,3%
Listes R. DATI (LR) : 32,7%
Listes A. BUZYN (LREM-MoDem-UDI) : 13,7%
Autres listes : 4,3%

20h59 : Grégory Doucet est élu à Lyon (estimations d'Ipsos Sopra Steria pour France Télévision/Radio France/Public Sénat/LCP)

Listes G. DOUCET (EELV-PS-PCF-LFI) : 53.,5%
Listes Y. CUCHERAT (DVC-LR) : 30,5%
Listes G. KEPENEKIAN (LREM diss.- PRG) : 16%

20h56 : Résultats pour Strasbourg (estimations d'Ipsos Sopra Steria pour France Télévision/Radio France/Public Sénat/LCP)
Jeanne BARSEGHIAN (EELV-PCF) : 42,5%
Alain FONTANEL (LREM-MoDem-LR) : 34,3%
Catherine TRAUTMANN (PS) : 23,2%

strasbourg-001.jpg

20h52 : A Bastia, le maire sortant, Pierre Savelli est réélu

Selon les estimations, Ipsos pour France Télévisions, Radio France et les chaînes parlementaires, le maire sortant nationaliste, Pierre Savelli a été réélu à Bastia avec 50,6%. « Je suis très heureux, c’est la victoire de la jeunesse, une victoire qui fait sens après 6 années de travail Bastia réaffirme qu’elle veut rester dans cette trajectoire. C’est un message fort, un message de confiance », a affirmé Gilles Simeoni sur France Bleu, à l’annonce de la victoire à Bastia de Pierre Savelli.

Maire sortant nationaliste, Pierre Savelli devance, le candidat (Divers Gauche) Jean-Sébastien de Casalta (39,2%) et Julien Morganti (Divers Droite) (10,2%).

20h50 : Louis Aliot salue la « victoire du peuple de Perpignan »

Elu maire de la ville avec 53,1% des suffrages, l’élu frontiste a exprimé sa « grande fierté ». « Aujourd’hui, c’est d’abord la victoire du peuple de Perpignan. Nous allons enfin pouvoir travailler à Perpignan à une ville plus juste, plus sûre, plus prospère, à la démocratie et son approfondissement, à défendre les véritables valeurs de la République notamment dans les quartiers », a soutenu Louis Alliot. Pour le nouveau maire de Perpignan, la conquête de la ville s’inscrit dans une « logique de reconquête pour l’avenir de la France » qui débute pour le Rassemblement national.

20h47 : Résultats à Carpentras 
Serge ANDRIEU (Divers gauche) : 45.81 %
Bertrand DE LA CHESNAIS (Extrême-droite) : 39.17 % 
Claude MELQUIOR (LR) : 15 % 

20h46 : Résultats au Mans
Stéphane LE FOLL (PS) : 63,14 %
Marietta KARAMANLI (Divers gauche) : 36,85 %

20h45 : Emmanuel Macron a « marqué sa préoccupation pour le faible taux de participation aux élections municipales », qui n'est « pas une très bonne nouvelle », a indiqué l'Elysée à l'AFP, alors que l'abstention s'est élevée à environ 60% au second tour dimanche.

Le chef de l'Etat a par ailleurs appelé son Premier ministre Edouard Philippe pour le féliciter de sa « belle victoire » au Havre et prévoit de le voir « un petit moment en tête-à-tête »lundi matin, avant leur réunion avec les membres de la Convention citoyenne pour le climat, a précisé l'Elysée. L'organisation de cette convention sera la « réponse à la vague verte »  enregistrée dimanche, selon la présidence.

20h40 : Marine Le Pen salue une « victoire méritée » à Perpignan

« C’est une victoire méritée, un travail de longue haleine qui se termine sur une vraie et grande victoire, a réagi la présidente du Rassemblement national à la victoire de Louis Alliot à Perpignan avec 52,7% des voix. C’est un vrai déclic, car nous allons désormais pouvoir montrer que nous sommes capables de gérer des grandes collectivités » a ajouté Marine Le Pen, citant également les victoires de Ludovic Pajot à  Bruay-La-Buissière ou Romain Lopez à Moissac. Interrogée sur l’élection d’Edouard Philippe au Havre, Marine Le Pen a estimé qu’il s’agissait « de la seule véritable victoire d’En marche ». « Attendons de voir si le premier ministre souhaite rester premier ministre ou devenir maire, mais cela ne changera pas grand-chose à la politique menée par Emmanuel Macron », a conclu la présidente du Rassemblement national.

20h39 : LR conserve Limoges avec une très large avance

Émile Roger Lombertie (LR), qui avait ravi la capitale du Limousin aux socialistes en 2014, est reconduit. Selon le ministère de l’Intérieur, le maire sortant remporte 58,96% des suffrages, contre 41,03% pour son adversaire de gauche Thierry Miguel.

20h33: Pas-de-Calais: le RN l'emporte à Bruay-la-Buissière (Marine Le Pen à l'AFP)

20h24 : Christophe Castaner regrette une « faible participation » et confirme la date des sénatoriales

« La participation ne sera connue que plus tard, mais nous savons d’ores et déjà qu’elle sera faible, a réagi, ce dimanche, Christophe Castaner. Je le regrette comme ministre de l’Intérieur, mais aussi comme citoyen ». Après avoir salué le travail et l’implication des équipes municipales sortantes, pendant la période de pandémie, Christophe Castaner a confirmé que les élections sénatoriales auront bien lieu le 27 septembre. « Avec cette élection, c’est notre vie démocratique qui se poursuit. Les élections sénatoriales auront lieu comme prévu le 27 septembre. Un décret, à paraître dans les jours à venir, fixera au 10 juillet la date de l’élection des délégués par les conseils municipaux », a précisé le ministre de l’intérieur.

20h22 : Louis Aliot élu à Perpignan

Arrivé en tête au premier tour, le député Rassemblement national, Louis Aliot est sorti vainqueur de l’élection municipale à Perpignan. Avec 53,09% des voix, il bat le maire sortant LR, Jean-Marc PUJOL (LR) crédité de 46.9%. 
« C’est une victoire d’une équipe qui s’est montée autour d’un projet (…) Le premier message, c’est que le front dit républicain est tombé » s’est félicité Louis Aliot interrogé sur France 2 à 20H. Avec 121 000 habitants, Perpignan sera la plus grande ville dirigée par le RN.
Le maire sortant Jean-Marc Pujol avait bénéficié du soutien de la candidate EELV, Agnès Langevine, arrivée troisième au premier tour. Le candidat LREM, Romain Grau, arrivé quatrième, s’était lui désisté. Louis Aliot semble avoir bénéficié d’une hausse de la participation, 47,18%  contre 39,73 au premier tour.  En 2014, Louis Aliot avait été battu au second tour avec 45% des voix.

perpignan-001_1.jpg

 

20h20 : Christian Jacob, le président des Républicains déclare "On renoue avec la victoire", tandis qu'Olivier Faure, Premier secrétaire du Parti socialiste, salue un "immense élan qui se lève" en France.

20h17 : Edouard PHilippe :  « C’est un acte de confiance et une responsabilité exceptionnelle »

Réélu au Havre avec 58,8% des suffrages, le Premier ministre s’est brièvement exprimé, depuis la Normandie. Sans évoquer sa fonction de chef de gouvernement, Edouard Philippe a remercié les habitants du Havre ainsi que ses équipes de campagne, assurant que ses équipes poursuivraient le travail engagé au Havre dans la même direction. « Se trouver dans une situation où vos concitoyens vous chargent d’un tel rôle, c’est un acte de confiance et une responsabilité exceptionnelle, qu’il faut prendre au sérieux », a affirmé le Premier ministre qu’Emmanuel Macron a pris le temps de féliciter.

 

20h16 : Martine Aubry serait battue à Lille, selon les estimations d'Ipsos Sopra Steria pour France Télévision/Radio France/Public Sénat/LCP. Le candidat EELV l'emporte.
Stéphane BALY (EELV) : 40.0 %
Martine AUBRY (PS) : 39.5 %
Violette SPILLEBOUT (LREM-MoDem-UDI) : 20.5 %

20h09 : François Bayrou reconduit à Pau (estimation afp)

20h05 Nancy bascule à gauche, avec une nette victoire de Mathieu Klein

Alternance historique dans la première ville de Meurthe-et-Moselle, la liste du socialiste Mathieu Klein (également soutenu par le PCF et Europe Ecologie-Les Verts), l’actuel président du conseil départemental vient de remporter la mairie, avec près de 55,2% des voix, selon une estimation Ipsos pour France Télévisions, Radio France et les chaînes parlementaires. Le maire sortant (président du Mouvement radical), soutenu par La République en marche et le MoDem, perd avec 44,8 %. Ce changement de majorité est inédit depuis l’après-guerre dans la cité ducale, qui était détenue historiquement par le centre-droit.

nancy-001.jpg

 

20h03 : Edouard Philippe est élu au Havre avec 58,8% des voix (Harris Interactive).

20h00 : Voici nos premières estimations (estimations Ipsos Sopra Steria pour France Télévision/Radio France/Public Sénat/LCP) :

Besançon : la gauche en tête avec 43,9%  

Selon notre estimation Ipsos/Sopra Steria pour France Télévisions, Radio France et les chaînes parlementaires, la liste d’Anne Vignot, soutenue par EELV, le Parti socialiste et le PCF, devrait remporter la ville de Besançon avec 43,9% des suffrages. Après trois mandats, Jean-Louis Fousseret, maire sortant élu depuis 2001 sous l'étiquette du Parti socialiste mais ayant rejoint La République en marche en 2017, n’avait pas décidé de se représenter.

C’est finalement Eric Alauzet, député, qui a porté l’étiquette de LREM dans cette élection. Mais il termine à la troisième place avec 14,6%. La liste des Républicains, portée par Ludovic Fagaut, devrait elle arriver en seconde position, à moins de deux points d’Anne Vignot, puisque LR devrait obtenir 41,5% des voix.

Anne VIGNOT (EELV-PS-PCF) : 43.9 %
Ludovic FAGAUT (LR) : 41.5 %
Eric ALAUZET (LREM-MoDem) : 14.6 %

Perpignan
Louis ALIOT (RN) : 52.7 %
Jean-Marc PUJOL (LR) : 47.3 %

Nancy
Mathieu KLEIN (PS-PCF-EELV) : 55.2 %
Laurent HÉNART (Rad-LREM-MoDem) : 44.8%

Bastia
Pierre SAVELLI (NAT) : 50.6 %
Jean-Sébastien DE CASALTA (DVG) : 39.2 %
Julien MORGANTI (DVG) : 10.2%

19h32 : La participation au second tour des municipales dimanche a encore baissé par rapport au taux d'abstention historique enregistré au premier tour, marqué par l'épidémie de Covid-19, selon les premiers chiffres communiqués.

Dans la même thématique

Strasbourg : European Parliament session
6min

Politique

Européennes 2024 : que disent les derniers sondages sur les tendances ?

Jordan Bardella reste toujours loin devant, quand Valérie Hayer peine à contenir la dynamique de Raphaël Glucksmann. Le candidat PS/Place Publique talonne de plus en plus la liste de la majorité présidentielle. Manon Aubry pour LFI progresse un peu, quand François-Xavier Bellamy est plus ou moins stable.

Le