Municipales: déménager la Gare de l’Est, “totalement irréaliste”, juge Pécresse

Municipales: déménager la Gare de l’Est, “totalement irréaliste”, juge Pécresse

La présidente de la région Ile-de-France Valérie Pécresse a jugé lundi "totalement irréaliste" la proposition du candidat LREM...
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

La présidente de la région Ile-de-France Valérie Pécresse a jugé lundi "totalement irréaliste" la proposition du candidat LREM aux municipales à Paris Benjamin Griveaux de déménager la Gare de l'Est.

"Ce projet n'est ni nécessaire, ni souhaitable", a réagi sur LCI Mme Pécresse, par ailleurs présidente d'Ile-de-France Mobilités.

Côté coût, le chiffre de 1,5 milliard d'euros avancé par le candidat est "totalement fantaisiste", a-t-elle souligné, l'estimant plutôt à "au moins une dizaine de milliards".

Cela induirait en outre "une période de travaux ingérable", pendant "20 ans", avec la coupure de "la circulation sur les rails de la Gare de l'Est pendant des années", a-t-elle ajouté en ironisant sur "le moratoire sur les travaux dans Paris" que M. Griveaux défend aussi.

Mais "c'est surtout une preuve de mépris donnée à tous les Seine-et-Marnais, les habitants de l'Est de l'Ile-de-France", qui doivent continuer à pouvoir "arriver dans Paris" centre.

Si l'idée de créer "un poumon vert" dans Paris est "un but respectable", et si M. Griveaux "a 10 milliards d'euros à investir", mieux vaut selon Mme Pécresse "couvrir une partie du périphérique, couvrir les voies ferrées dans Paris et planter des espaces verts" dessus.

L'idée d'un déménagement a été critiquée aussi par des élus LREM de l'est de la France, dont Alain Fontanel, premier adjoint au maire de Strasbourg, pour qui c'est "une vraie schnaps idée", un "non-sens sur le fond comme sur la méthode".

Fabienne Keller, députée européenne Renew et vice-présidente d'Agir, a dénoncé "une très mauvaise idée". "Une liaison efficace entre Strasbourg, capitale européenne, et Paris est primordiale!", a-t-elle tweeté lundi.

Le candidat EELV à la mairie de Paris David Belliard a de son côté dénoncé "un projet pharaonique", "trop cher", qui "ne répond pas à l'urgence climatique".

"C'est un projet d'un autre temps", a-t-il estimé sur Public Sénat, en appelant à "revenir à une ville à taille humaine". Il a évoqué son propre projet de remettre au jour la rivière Bièvre enterrée sous les rues de Paris, un projet réalisable "pendant ce mandat" et pour "50 millions d'euros".

SUD-Rail dans un communiqué a qualifié d'"inepties" l'idée de M. Griveaux de déménager la Gare de l'Est, qui "dessert un dense réseau ferroviaire". L'évolution des transports "ne consiste pas à éloigner des centres-villes les gares et les lignes ferroviaires mais bien à les y ancrer", ajoute SUD-Rail. Avec ce projet, M. Griveaux "montre qu'il ne connaît rien aux réseaux ferrés et plus généralement aux transports en commun, pas plus qu'à l'aménagement du territoire ou aux nécessités écologiques", tacle le syndicat.

M. Griveaux a proposé dimanche de déménager la Gare de l'Est aux portes de la capitale ou en banlieue, par exemple Porte de la Villette, libérant ainsi 30 hectares pour créer un " Central Park parisien".

Quelques heures plus tôt, le candidat LREM dissident Cédric Villani avait fait auprès de l'AFP sa propre proposition : déplacer le trafic des Eurostar et Thalys, qui desservent notamment Londres et Bruxelles, de la Gare du Nord à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis).

Dans la même thématique

Rentree scolaire Ecole Primaire Maternelle Saint-Philippe a Nice
7min

Politique

Législatives anticipées : que proposent les trois blocs sur l’éducation ?

Après le pouvoir d’achat, la sécurité et l’immigration, l’éducation divise les différents candidats aux élections législatives. Si le programme gouvernemental sur l’école est bien connu, les deux autres blocs politiques en lice pour les élections législatives prônent des mesures radicalement opposées.

Le

Paris : Auditions au MEDEF
6min

Politique

Législatives : ces sénateurs tentés par la ligne Ciotti/Bardella

Depuis l’alliance annoncée entre Éric Ciotti et Jordan Bardella aux élections législatives, les sénateurs du groupe LR du Sénat font officiellement bloc derrière la ligne d’autonomie définie par le bureau politique du parti. Mais dans cette campagne éclair, certains expriment leurs divergences. Après les 7 juillet, elles pourraient bien s’accentuer.

Le

Législatives 2024 : douze points chauds à surveiller
10min

Politique

Législatives 2024 : douze points chauds à surveiller

Sortants menacés ou en position inconfortable, circonscriptions ayant valeur de symbole, duels médiatiques : Public Sénat a sélectionné douze circonscriptions à travers le territoire, qui pourraient faire parler d’elles les 30 juin et 7 juillet.

Le