Municipales/Duel des ministres à Biarritz: Lemoyne dit s’être impliqué le premier

Municipales/Duel des ministres à Biarritz: Lemoyne dit s’être impliqué le premier

Le secrétaire d’État au Tourisme et au Commerce extérieur Jean-Baptiste Lemoyne, qui se présente aux municipales à Biarritz sur...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Le secrétaire d’État au Tourisme et au Commerce extérieur Jean-Baptiste Lemoyne, qui se présente aux municipales à Biarritz sur la liste du maire sortant, a mis en avant vendredi l'antériorité de son implication dans la campagne, face à son collègue au gouvernement Didier Guillaume, qui a officialisé sa candidature samedi dernier.

Le Premier ministre Edouard Philippe a déclaré mercredi qu'il n'était "pas envisageable que deux membres du gouvernement puissent être candidats l'un contre l'autre durablement", en réaction à l'annonce par le ministre de l'Agriculture qu'il présentait une liste à Biarritz (Pyrénées-Atlantiques) opposée au maire sortant Michel Veunac (MoDem).

Aux micros de plusieurs médias locaux alors qu'il inaugurait la permanence de M. Veunac, Jean-Baptiste Lemoyne a invoqué vendredi "la chronologie" pour justifier implicitement son bon droit.

"Les choses sont claires, prenez la chronologie. Depuis le 3 décembre, avec de nombreux Biarrots, nous sommes en campagne derrière Michel Veunac (...) qui est le maire sortant de la majorité présidentielle", a-t-il dit.

"Espérons que le bon sens l'emporte... Moi depuis le début, j'ai agi en transparence et j'ai agi dans un esprit de responsabilité", a-t-il insisté, selon une vidéo diffusée notamment sur le site du journal Sud Ouest.

Au micro de France Bleu Pays Basque, le maire sortant a quant à lui accusé le ministre de l'Agriculture de n'avoir "aucune attache particulière" à Biarritz et de procéder sur sa ville à une "OPA inamicale".

Dans la même thématique

France Macron
10min

Politique

Européennes : comment l’accord entre l’UDI et Renaissance se « deale » au plus haut niveau

Ce sera officiel lors d’un conseil national de l’UDI, le 23 mars, mais le principe a été acté au plus au niveau. Le parti centriste va faire liste commune avec Renaissance pour les élections européennes. Emmanuel Macron a reçu en début d’année le sénateur Hervé Marseille, patron de l’UDI, pour conclure l’accord. Reste à définir les places sur la liste. Pour l’UDI, le nom de l’ex-sénatrice Valérie Létard est cité…

Le