Musée Pinault: la Mairie de Paris débourse 86 millions d’euros pour la Bourse de commerce

Musée Pinault: la Mairie de Paris débourse 86 millions d’euros pour la Bourse de commerce

La Mairie de Paris a déboursé 86 millions d'euros pour racheter la Bourse de commerce, qui avait été cédée à la CCI de la...
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

La Mairie de Paris a déboursé 86 millions d'euros pour racheter la Bourse de commerce, qui avait été cédée à la CCI de la capitale et qui doit accueillir le musée d'Art contemporain de François Pinault, a-t-on appris mercredi auprès de la mairie, confirmant une information du Canard Enchaîné.

Dans son édition de mercredi, l'hebdomadaire satirique révèle que le lieu culturel qui accueillera la collection d'art du milliardaire François Pinault à l'automne 2018, deux ans avant les élections municipales, a "déjà coûté au moins 63 millions de trop à la Mairie de Paris".

Bâtiment historique en rotonde, la Bourse du Commerce, attribuée à la chambre de commerce et d'industrie de Paris (CCI) en 1949, a été rachetée par la Mairie de Paris pour la somme totale de 86 millions d'euros.

Or, selon le Canard, la ville n'aurait dû s'acquitter que de "15 centimes d'euros" pour racheter l'immeuble: "le prix de la Bourse a été fixé, en fait... dès 1949. Alors propriétaire de cette merveille architecturale, la ville décide de la céder à la CCI. Le préfet de Paris en signe la vente pour un franc symbolique".

Mais, précise-t-il, "une condition particulière est ajoutée au contrat": "la transaction peut être annulée si l'immeuble ne sert plus à l'usage principal de services publics dépendant de la chambre de commerce".

Faux, rétorque sur ce point la mairie, en affirmant à l'AFP que le bail de 1949 interdisait à la CCI de vendre le bâtiment à des tiers mais que, dans le cas d'une revente à la ville de Paris, "la CCI était en droit de valoriser le bien".

"Il y a eu une négociation sur le prix. Mais il est donc faux de dire que Paris pouvait acheter au même prix que celui de 1949", se défendent les services de la maire PS de la capitale, Anne Hidalgo.

Par ailleurs, toujours selon la mairie, le montage a été "validé" par France Domaine ainsi que par le Conseil du patrimoine. "Le prix n'était pas anormal", dit-elle.

Autre point soulevé par le Canard, le montant de l'indemnisation versée à la CCI pour ses investissements dans l'immeuble: l'hebdomadaire évoque la somme de 23 millions d'euros. Or, selon lui, un audit de la préfecture d'Ile de France, évaluait ces investissements à 4.3 millions d’euros.

"Les 23 millions constituent une indemnité de reconstitution de service public, pas une indemnisation des investissements réalisés. Cela n'a rien d'inédit", argue la mairie.

Enfin, l'article du Canard rapporte que "la facture de 86 millions d'euros a été remboursée par la cession pour 86 millions d'euros de deux immeubles municipaux à la CCI".

L'information est confirmée par la mairie pour qui, "c'était un échange foncier, donc l'achat s'équilibre financièrement par les autres ventes".

Dans la même thématique

Deplacement du Premier Ministre a Viry-Chatillon
7min

Politique

Violence des mineurs : le détail des propositions de Gabriel Attal pour un « sursaut d’autorité »

En visite officielle à Viry-Châtillon ce jeudi 18 avril, le Premier ministre a énuméré plusieurs annonces pour « renouer avec les adolescents et juguler la violence ». Le chef du gouvernement a ainsi ouvert 8 semaines de « travail collectif » sur ces questions afin de réfléchir à des sanctions pour les parents, l’excuse de minorité ou l’addiction aux écrans.

Le

Turin – Marifiori Automotive Park 2003, Italy – 10 Apr 2024
6min

Politique

Au Sénat, la rémunération de 36,5 millions d’euros de Carlos Tavares fait grincer des dents. La gauche veut légiférer.

Les actionnaires de Stellantis ont validé mardi 16 avril une rémunération annuelle à hauteur de 36,5 millions d’euros pour le directeur général de l’entreprise Carlos Tavares. Si les sénateurs de tous bords s’émeuvent d’un montant démesuré, la gauche souhaite légiférer pour limiter les écarts de salaires dans l’entreprise.

Le

Operation Wuambushu a Mayotte : Demolition en cours d’un vaste bidonville – Operation Wuambushu in Mayotte: Ongoing demolition of a vast slum
8min

Politique

« Mayotte place nette » : « La première opération était de la communication et la deuxième sera de la communication », dénonce le sénateur Saïd Omar Oili

Le gouvernement a annoncé ce mardi 16 avril le lancement du dispositif « Mayotte place nette », un an après le maigre bilan de l’opération baptisée « Wuambushu ». Saïd Omar Oili, sénateur de Mayotte, regrette le manque de communication du gouvernement avec les élus du département et met en doute l’efficacité de ce « Wuambushu 2 ».

Le