Muselier (LR): Fillon “a perdu son crédit”

Muselier (LR): Fillon “a perdu son crédit”

Renaud Muselier, député (LR) européen et président délégué de la région Provence-Alpes-Côte-d'Azur, estime que François Fillon "a...
Public Sénat

Temps de lecture :

1 min

Publié le

Mis à jour le

Renaud Muselier, député (LR) européen et président délégué de la région Provence-Alpes-Côte-d'Azur, estime que François Fillon "a perdu son crédit".

"François Fillon a sûrement respecté les lois et je suis certain qu'il ne sera pas condamné. Mais il a abusé du système et d'un point de vue moral, les Français ne pourront pas l'accepter. Il a perdu son crédit. Il doit se rendre à l'évidence" a-t-il déclaré vendredi à La Provence.

"Je ne vais pas tirer sur l'ambulance. Mais il ne va pas tenir le supplice chinois pendant 15 jours. Personne ne peut tenir la distance." "L'urgence est de trouver une solution pour sortir de là très vite. Je fais confiance à Bernard Accoyer", conclut M. Muselier.

Dans la même thématique

Muselier (LR): Fillon “a perdu son crédit”
7min

Politique

Européennes : « La tentation d’un pacte brun, à la fois sur l’écologie et les idéologies, nous menace », alerte l’écologiste David Cormand

Dans la dernière ligne droite de la campagne des européennes, trois candidats, chacun à la seconde place de leur liste, sont venus sur le plateau d’Extra Local : Céline Imart pour la liste LR, David Cormand pour la liste des Ecologistes et Guillaume Peltier pour Reconquête. Ils se sont exprimés notamment sur l’immigration, la future présidence de la Commission européenne ou le nucléaire.

Le

French Prime Minister Gabriel Attal visit in Valence
7min

Politique

Délinquance des mineurs : après l’avoir supprimée, le gouvernement veut réintroduire la comparution immédiate

Un peu plus d’un mois après ses annonces destinées à « renouer avec les adolescents et juguler la violence », Gabriel Attal a esquissé des nouvelles pistes sur la justice pénale des mineurs qu’il souhaite voir intégrer dans un projet de loi d’ici la fin de l’année, notamment la possibilité d’être jugé à partir de 16 ans en comparution immédiate. Une procédure qui avait été supprimée lors de la réforme de la justice pénale des mineurs en 2021.

Le