Musulmans de gauche, cathos de droite : un préjugé ?

Musulmans de gauche, cathos de droite : un préjugé ?

Lors de la dernière élection présidentielle de 2017, les catholiques ont voté pour François Fillon et les musulmans pour Jean-Luc Mélenchon. Les musulmans sont-ils de gauche et les cathos de droite ? Est-ce si simple ? La réponse dans le quatrième épisode de notre podcast « Je vote, tu votes, nous votons ».
Public Sénat

Par Tam Tran Huy

Temps de lecture :

4 min

Publié le

Mis à jour le

Quelle est l’influence de la religion sur le vote des Français ? Est-ce que l’on peut faire un lien entre une appartenance religieuse et une couleur politique ? C’est ce que semblent montrer les dernières élections présidentielles. Par exemple, en 2012 et en 2017, les catholiques ont penché à droite et les musulmans à gauche… Est-ce que c’est une constante ? Pourquoi certains partis politiques séduisent certaines confessions et pas d’autres ?

Pour répondre à toutes ces questions, Tâm Tran Huy s’entretient avec Claude Dargent, professeur de sociologie à l'Université Paris 8 et chercheur associé au Centre de recherches politiques de Sciences-Po-Cevipof. Il est spécialiste de la sociologie du vote, de la sociologie des religions et du lien entre ces deux domaines.

Dans cet épisode de « Je vote, tu votes, nous votons », nous trouvons dans l’Histoire les origines de ces correspondances entre religion et vote. Les catholiques étaient, lors de la Révolution française, très attachés à la monarchie, ce qui explique aujourd’hui leur tendance au vote conservateur. Du côté des musulmans, ce lien est beaucoup plus récent : il remonte à la fin du 20e siècle, époque où les enfants d’immigrés du Maghreb ont renoué avec l’Islam, en réponse aux discriminations dont ils faisaient l’objet. Paradoxe ultime, on comprend dans cet épisode que dans notre pays laïc, qui sépare toujours l’Eglise de l’Etat, la religion est le premier facteur explicatif du vote.

Références de l'épisode

Je vote, tu votes, nous votons – le podcast

Chaque semaine, pendant toute la campagne électorale, le podcast de Public Sénat et du Cevipof-Sciences Po explore un pan du vote des Français. Tâm Tran Huy dialogue avec un chercheur le comportement électoral de nos concitoyens. Comment chacun choisit son candidat ? En fonction de son milieu social, de son parcours de vie, de ses émotions ? Est-ce que les jeunes votent comme leurs parents ? Les gens qui achètent une voiture électrique mettent-ils tous un bulletin vert dans l'urne ? Etc.

Parce qu’une élection présidentielle, ce ne sont pas que des candidats ambitieux et des petites phrases assassines, mais qu’elle concerne surtout des millions d’électrices et d’électeurs, nous avons souhaité décrypter avec vous leurs comportements dans les urnes.

Podcast, mode d’emploi

Pour écouter notre podcast, vous pouvez le faire directement dans le player ci-dessus, en cliquant sur la flèche.

Vous pouvez également le trouver facilement sur toutes les plateformes de podcast :



Et surtout, abonnez-vous pour ne manquer aucun épisode !
Et envoyez-nous vos commentaires à bonjour@publicsenat.fr

Dans la même thématique

Paris: Designation Bureau Assemblee Nationale
8min

Politique

Avec 11 groupes politiques, l’Assemblée nationale plus émiettée que jamais

Les députés élus ou réélus ont choisi le groupe politique auquel ils se rattachent. Avec onze groupes parlementaires déclarés, cette XVIIème législature établit un nouveau record de la Vème République. Symbole de la recomposition politique encore en cours après la dissolution. Revue d’effectifs par ordre décroissant.

Le

Musulmans de gauche, cathos de droite : un préjugé ?
7min

Politique

Avec leur « pacte législatif d'urgence », les LR refusent « le blocage du pays » mais posent aussi leurs lignes rouges

Les Républicains ont présenté ce lundi une série de réformes, très marquées à droite, et qui seraient soutenues par leurs élus si elles venaient à être reprises par le prochain gouvernement. Il n’est toujours pas question, en revanche, pour Laurent Wauquiez et Bruno Retailleau, les deux chefs de file de la droite parlementaire, de participer à une quelconque coalition.

Le

FRA : Hotel de MATIGNON
7min

Politique

Nouveau Front populaire : des parlementaires ne voient pas d’issue avant la fin de l’été

La gauche est toujours dans l’impasse, deux semaines après le résultat des législatives. Les quatre principaux partis du Nouveau Front populaire ne sont toujours pas parvenus à se mettre d’accord autour d’un nom partagé de tous pour Matignon. Plusieurs parlementaires estiment ces divisions contreproductives, en l’absence d’appel de l’Élysée.

Le