Mutuelles de Bretagne: “la vérité fait son chemin”, selon l’avocat de Ferrand

Mutuelles de Bretagne: “la vérité fait son chemin”, selon l’avocat de Ferrand

Le placement sous le statut intermédiaire de témoin assisté de la compagne de Richard Ferrand dans l'affaire des Mutuelles de Bretagne est "une...
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

Le placement sous le statut intermédiaire de témoin assisté de la compagne de Richard Ferrand dans l'affaire des Mutuelles de Bretagne est "une bonne nouvelle" et montre que "la vérité fait son chemin", a déclaré vendredi à l'AFP Me Paul-Albert Iweins, avocat du président de l'Assemblée.

Le fait que Sandrine Doucen n'ait pas été, elle, mise en examen jeudi à l'issue de son audition par les juges lillois en charge de l'enquête constitue "une bonne nouvelle", a estimé Me Iweins, l'un des deux avocats, avec Philippe Bazire, de M. Ferrand.

"La vérité fait son chemin. Les commentateurs qui avaient cru pouvoir s'aligner sur la version d'Anticor", l'association anticorruption qui a déposé plainte avec constitution de partie civile dans cette affaire, "feraient bien d'être prudents", a-t-il ajouté.

L'entourage du président de l'Assemblée nationale avait lui aussi estimé jeudi que la non-mise en examen de Mme Doucen était "de nature rassurante pour la suite de l'instruction".

Sandrine Doucen a été placée jeudi soir sous le statut intermédiaire de témoin assisté pour "complicité de prise illégale d'intérêts et recel" dans l'affaire des Mutuelles de Bretagne, au lendemain de la mise en examen de M. Ferrand pour prise illégale d'intérêts dans cette même affaire.

Cette mise en examen est liée au fait que les Mutuelles de Bretagne, qu'il dirigeait alors, avaient décidé en 2011 de louer des locaux commerciaux appartenant à sa compagne.

Ce fidèle de la première heure d'Emmanuel Macron avait aussitôt réagi auprès de l'AFP dans la nuit de mercredi à jeudi en se disant "déterminé à poursuivre (sa) mission".

Le président de l'Assemblée nationale Richard Ferrand et sa compagne Sandrine Doucen le 15 octobre 2018 à Paris
Le président de l'Assemblée nationale Richard Ferrand et sa compagne Sandrine Doucen le 15 octobre 2018 à Paris
POOL/AFP/Archives

L'affaire des Mutuelles de Bretagne avait conduit M. Ferrand à quitter le gouvernement en juin 2017. A peine nommé ministre de la Cohésion des territoires, il avait été épinglé par Le Canard enchaîné qui avait révélé l'affaire.

Le procureur de Brest avait ouvert une enquête préliminaire en juin 2017, classée sans suite en octobre. Il avait invoqué la prescription s'agissant d'un éventuel délit de prise illégale d'intérêts et jugé que les infractions d'abus de confiance et d'escroquerie n'étaient "pas constituées".

L'association anticorruption Anticor avait alors déposé une seconde plainte avec constitution de partie civile. L'information judiciaire, ouverte à Paris, avait été dépaysée à Lille en juillet 2018, un magistrat parisien lié à Anticor étant à l'origine de la procédure judiciaire.

Dans la même thématique

Paris: Jordan Bardella  debate with France’s Prime Minister Gabriel Attal
9min

Politique

Ecologie : un séminaire du gouvernement pour « montrer que l’engagement n’a pas diminué »… à dix jours des européennes

Le premier ministre Gabriel Attal a rassemblé ses ministres pour « faire le bilan » de l’action de l’exécutif en matière d’environnement, avant des annonces attendues en juin sur le plan d’adaptation au réchauffement. De quoi faire une piqûre de rappel aux électeurs macronistes déçus, juste avant les européennes. Matignon plaide le « hasard de calendrier ».

Le

Mutuelles de Bretagne: “la vérité fait son chemin”, selon l’avocat de Ferrand
3min

Politique

Européennes : « Aujourd’hui, l’Europe est surtout guidée par des critères financiers », tance Pierre Larrouturou

38 listes pour 38 différentes visions de l’Europe. Alors que pour la majorité des listes, la campagne se fait en catimini, Public Sénat a décidé de vous permettre d’y voir plus clair, en vous présentant le programme de ces « petites » listes. Aujourd’hui, p arole à Pierre Larrouturou, tête de liste de « Changer l’Europe », qui défend « une Europe qui s’intéresse au bien-être, qui fait baisser les loyers, et qui améliore la vie quotidienne des gens ».

Le