NDDL : « Il y a un problème Nicolas Hulot » pour Marc-Philippe Daubresse

NDDL : « Il y a un problème Nicolas Hulot » pour Marc-Philippe Daubresse

Le rapport réalisé par trois médiateurs sur Notre-Dame-des Landes est remis à l’exécutif ce mercredi. Pour le sénateur du Nord (LR), ce projet aurait dû être poursuivi depuis longtemps et la présence de Nicolas Hulot au gouvernement n’est pas étrangère aux précautions du président.
Public Sénat

Par Héléna Berkaoui

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Catégorique, le sénateur du Nord estime qu’il « faut évacuer la ZAD (zone à défendre) » au plus vite. Les opposants à l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes militent, eux, pour que ce projet ne voie jamais le jour. Un dossier épineux. Ce mercredi, trois médiateurs doivent remettre un rapport « impartial et neutre » à l’exécutif pour orienter une décision très attendue. L’exécutif devra donc trancher : démanteler la ZAD et mener à bien ce projet ou renoncer à la construction de l’aéroport. Emmanuel Macron a promis une « décision définitive » au plus tard en janvier.

Invité de Territoires d'Infos, Marc-Philippe Daubresse (LR) s’impatiente. « « Il y a eu X décisions de justice, il y a eu un référendum » et Emmanuel Macron « a dit fermement dans sa campagne qu’il réglerait le problème de Notre-Dame-des-Landes, qu’il évacuerait  la ZAD » s’agace-t-il. Le sénateur du Nord concède que l’évacuation de la ZAD, si le projet devait être poursuivi, ne serait « pas sans péril » mais que « la République ne peut pas accepter qu’il ait une zone de non-droit. »

Les précautions du président de la République sur ce dossier ne sont pas étrangères à la présence de Nicolas Hulot, selon le sénateur. « Si le président de la République ne suit pas ces nombreuses décisions de justice et le référendum (…) on comprend bien qu’il y a un problème Nicolas Hulot » en conclut-il. Opposants et partisans considèrent que Notre-Dame-des-Landes est « un symbole. » Selon le sénateur du Nord, Notre-Dame-des-Landes pourrait devenir le « symbole que sur le territoire de la République il y a une zone de droit. »

Voir l'intégralité de l'interview : 

Invité : - Territoires d'infos (13/12/2017)
29:39

Dans la même thématique

Brussels Special European Council – Renew Europe
10min

Politique

Européennes 2024 : avec son discours de la Sorbonne 2, Emmanuel Macron « entre en campagne », à la rescousse de la liste Hayer

Emmanuel Macron tient jeudi à la Sorbonne un discours sur l’Europe. Si c’est le chef de l’Etat qui s’exprime officiellement pour « donner une vision », il s’agit aussi de pousser son camp, alors que la liste de la majorité patine dans les sondages. Mais il n’y a « pas un chevalier blanc qui va porter la campagne. Ce n’est pas Valérie Hayer toute seule et ce ne sera même pas Emmanuel Macron tout seul », prévient la porte-parole de la liste, Nathalie Loiseau, qui défend l’idée d’« un collectif ».

Le

Jordan Bardella visite Poste-Frontiere de Menton
5min

Politique

Elections européennes : la tentation des seniors pour le vote RN, symbole de « l’épanouissement du processus de normalisation » du parti, selon Pascal Perrineau

Alors que la liste menée par Jordan Bardella (31.5%) devance de plus de 14 points la liste Renaissance, menée par Valérie Hayer (17%), selon le dernier sondage IFOP-Fiducial pour LCI, le Figaro et Sud-Radio, le parti de Marine Le Pen, mise désormais sur l’électorat âgé, traditionnellement très mobilisé pour les élections intermédiaires. Désormais deuxième force politique chez les plus de 65 ans (le RN conquiert 24% de cet électorat, 7 points de moins que Renaissance), la stratégie semble porter ses fruits. Décryptage avec le politologue Pascal Perrineau, professeur émérite à Sciences Po Paris et récent auteur de l’ouvrage Le Goût de la politique : Un observateur passionné de la Ve République, aux éditions Odile Jacob.

Le

Mairie de Paris, Jeux Olympiques 2024
4min

Politique

JO 2024 : les agents de sécurité privée vont-ils faire défaut ?

A trois mois des Jeux Olympiques, des incertitudes planent sur le nombre d’agents de sécurité privée mobilisés. Le préfet de police de Paris, Laurent Nunez indique « ne pas être inquiet pour l’instant ». Du côté des professionnels du secteur, on évalue un manque de 8 000 agents sur 40 000 nécessaires.

Le