Nicolas Bay : « Macron est emblématique du système jusqu’à la caricature »

Nicolas Bay : « Macron est emblématique du système jusqu’à la caricature »

Le secrétaire général du Front national a également accusé « l’instrumentalisation de la justice » en pleine campagne électorale, alors que la cheffe de cabinet de Marine Le Pen a été mise en examen dans l’affaire des emplois fictifs du FN au Parlement européen.
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Invité de Territoires d’Infos sur Public Sénat et Sud Radio, le secrétaire général du Front national, Nicolas Bay, dit ne pas s’inquiéter de l’alliance entre Emmanuel Macron et François Bayrou, alors que le leader du mouvement « en marche ! » remonte dans les sondages.

« François Bayrou et Emmanuel Macron sont en phase sur le fond, c'est-à-dire qu’ils acceptent l’idée de suppression de la Nation, et nous, c’est ce que nous refusons. Progressivement s’installent dans cette campagne présidentielle, au-delà des péripéties politiciennes, des jeux d’alliance et du nombrilisme de chaque famille politique le vrai débat de fond qui peut amener Marine le Pen à gagner en mai prochain ».  Il dénonce « la vieille politique politicienne, avec François Bayrou qui se rallie sans conditions, sans doute pour obtenir des circonscriptions législatives ».

Selon lui, Emmanuel Macron est « emblématique du système jusqu’à la caricature ».

« C’est quand même le banquier ministre du Parti socialiste. Il est le principal comptable du bilan de François Hollande et de ce quinquennat ».

Alors que cette alliance se fonde sur la mise en place d’une loi sur la transparence de la vie publique, Nicolas Bay s’interroge sur la probité d’Emmanuel Macron.

« Je ne suis pas sûr qu’il soit irréprochable » explique-t-il. « Quand on voit les affaires du PS, Cahuzac, Guérini, etc… Je ne suis pas sûr que Macron soit le mieux placé pour donner des leçons ».

Alors que le FN est empêtré dans les affaires de ses assistants parlementaires européens avec une mise en examen de la cheffe de cabinet de Marine Le Pen, Nicolas Bay accuse « l’instrumentalisation de la justice » en pleine campagne électorale. « L’affaire évoquée date de deux ans, et nous maintenons que les accusations portées contre nous sont infondées. (…) On assiste à une perquisition médiatique. Le but est de déposséder les Français des enjeux présidentiels. L’institution judiciaire peut être manipulée, instrumentalisée par le pouvoir politique. Je vous rappelle que le parquet national financier obéit au gouvernement ».

 

Dans la même thématique

PARIS: MEDEF, Audition des principales tetes de liste aux prochaines elections europeennes
10min

Politique

Européennes 2024 : les « planètes » sont-elles alignées pour permettre à Raphaël Glucksmann de « doubler » Valérie Hayer ?

Alors que les sondages montrent de plus en plus la liste PS/Place Publique de Raphaël Glucksmann au coude-à-coude avec celle de la majorité présidentielle de Valérie Hayer, la question d’un croisement des courbes n’a jamais semblé aussi brûlante. Si l’optimisme reste de mise dans le camp Macron, « on peut se réveiller le 9 juin avec une énorme surprise », alertent certains. Du côté du PS, « on fait tout pour » reléguer les macronistes à la troisième place.

Le

New Caledonia: Emmanuel Macron visit
6min

Politique

Nouvelle-Calédonie : « Parler aujourd’hui de l’organisation d’un nouveau référendum est totalement prématuré », selon Georges Naturel, sénateur de Nouvelle-Calédonie

Alors que le Président de la République a atterri, il y a seulement quelques heures sur le sol calédonien, Public Sénat a pu contacter Georges Naturel, sénateur LR de Nouvelle Calédonie, se trouvant sur place. S’il regrette que cette visite intervienne « si tard », il salue la « bonne » intention pour restaurer un climat d’apaisement sur le « caillou ». Entretien.

Le