Nicolas Hulot s’occupera de la mer, Jacques Mézard de la pêche

Nicolas Hulot s’occupera de la mer, Jacques Mézard de la pêche

Le ministre de la Transition écologique et solidaire, Nicolas Hulot, a la politique de la mer dans ses attributions tandis que son collègue de l...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Le ministre de la Transition écologique et solidaire, Nicolas Hulot, a la politique de la mer dans ses attributions tandis que son collègue de l'Agriculture Jacques Mézard supervisera la politique de la pêche, selon des décrets publiés jeudi au Journal Officiel.

Le ministre Hulot "prépare et met en œuvre la politique du gouvernement" dans les domaines du développement durable, de l'environnement, des technologies vertes, de la transition énergétique et de l'énergie, du climat, de la prévention des risques naturels et technologiques, de la sécurité industrielle, des transports et de leurs infrastructures, de l'équipement et de la mer, indique le décret relatif à ses attributions.

Le ministre de l'Agriculture Jacques Mézard, arrivant à l'Élysée pour participer à un Conseil des ministres, le 24 mai 2017
Le ministre de l'Agriculture Jacques Mézard, arrivant à l'Élysée pour participer à un Conseil des ministres, le 24 mai 2017
AFP

"Au titre de la mer, il exerce notamment les attributions relatives aux transports maritimes et à la marine marchande, à la plaisance et aux activités nautiques, aux ports, au littoral et au domaine public maritime, à la sécurité, à la navigation, à la formation et aux gens de mer", précise le décret. Ce sera également au ministre d'Etat de veiller "au développement durable en mer et sur le littoral".

Concernant la pêche, c'est en revanche le ministre de l'Agriculture et de l'Alimentation qui en aura la charge.

Jacques Mézard aura à définir et mettre en œuvre "la politique en matière de pêches maritimes, de produits de la mer et d'aquaculture, notamment en ce qui concerne la réglementation et le contrôle de ces activités et le financement des entreprises de la pêche et de l'aquaculture", précise le décret.

Les acteurs du monde maritime regroupés au sein du Cluster maritime français (CMF) avaient fait part la semaine dernière de leur "déception" en faisant remarquer que les mots "mer" et "pêche" avaient disparu des attributions ministérielles.

Alain Cadec (LR), président de la commission pêche du Parlement européen avait également déploré l'absence d'un ministre ou secrétaire d'Etat en charge des questions maritimes et de la pêche.

Le gouvernement de Bernard Cazeneuve comptait un secrétaire d'Etat en charge des Transports, de la Mer et de la Pêche, dépendant du ministère de l'Ecologie de Ségolène Royal.

Dans la même thématique

Elections Legislatives panneaux d affichage a Nice
10min

Politique

Législatives : comment les politiques se positionnent face à l’hypothèse d’un second tour contre l’extrême-droite ?

Face à l’avance considérable du Rassemblement national et de ses alliés dans les sondages, de nombreux hommes et femmes politiques se sont prononcés sur l’hypothèse de duels ou de triangulaires impliquant le parti d’extrême-droite. Côté majorité, on se dirigerait vers une stratégie « ni RN, ni LFI », mais rien n'est tranché.

Le

Diminuer la part française au budget de l’Union, la promesse incertaine du Rassemblement national
8min

Politique

Diminuer la part française au budget de l’Union, la promesse incertaine du Rassemblement national

Le programme de Jordan Bardella intègre dans son programme le rabais de la contribution française à l’Union, qu’il compte obtenir auprès de ses partenaires. Problème : le budget pluriannuel européen vient à peine d’être renégocié, ne laissant aucune fenêtre de tir crédible avant deux bonnes années. Sans compter que les tractations budgétaires sont les plus sensibles qui soient entre les Vingt-Sept.

Le

Matignon Reunion des premiers ministres francais et estonien
5min

Politique

Législatives 2024 : à quoi pourrait ressembler un gouvernement technique ?

Ce serait une première en France. Un scénario inédit sous la Vème république. En cas d’absence de majorité absolue à l’issue des élections législatives anticipées, Emmanuel Macron pourrait nommer un gouvernement technique composés de hauts fonctionnaires et d’experts, afin d’éviter un immobilisme total à la tête du pays.

Le