Nicole Belloubet, juriste de haut vol et garde des Sceaux “inattendue”

Nicole Belloubet, juriste de haut vol et garde des Sceaux “inattendue”

Brillante juriste, "Sage" appréciée de ses pairs, mais aussi ancienne élue PS et haute fonctionnaire ayant revendiqué une certaine liberté de...
Public Sénat

Par Aurélia END

Temps de lecture :

4 min

Publié le

Brillante juriste, "Sage" appréciée de ses pairs, mais aussi ancienne élue PS et haute fonctionnaire ayant revendiqué une certaine liberté de parole, Nicole Belloubet hérite avec la Justice d'un ministère difficile, de manière "inattendue" comme elle l'a dit elle-même.

Jeudi, lors de la passation de pouvoirs Place Vendôme, cette femme de 62 ans a écouté son prédécesseur François Bayrou égrener, dans une longue allocution, les chantiers qui l'attendent: défendre au Parlement une loi sur la moralisation publique, gérer la surpopulation carcérale, batailler pour le budget, concilier libertés publiques et sécurité face à la menace terroriste...

Prenant la parole après le leader centriste parti du gouvernement sous la pression de l'enquête visant le MoDem, Nicole Belloubet remarque d'emblée que son titre de garde des Sceaux, littéralement celui ou celle qui "scelle" les textes de loi, s'inscrit dans le "temps long de notre République". Pus tard, elle note dans un sourire: "C'est très émouvant et très inattendu."

"Hier matin, je ne pensais pas que je me retrouverais ici aujourd'hui", ajoute celle dont le nom n'avait pas circulé avant l'annonce officielle du nouveau gouvernement.

Évoquant en 2013 sa nomination au Conseil constitutionnel, elle avait confié au journal Libération: "Il n'y avait pas de logique à ce que je devienne membre (...). Il y avait juste les conditions. Les circonstances ont fait le reste." Et ajouté: "Ce que la vie me donne, je le prends et je m'interroge après."

Ce qui lui est cette fois "donné", ce sont les clés d'un ministère qui a changé quatre fois de patron ou patronne depuis 2012, et d'une institution, la justice, dont l'ancien ministre Jean-Jacques Urvoas a pu dire qu'elle était en voie de "clochardisation".

- L'"illumination" Jaurès -

Assurer le financement de tribunaux débordés et de prisons surpeuplées sera un défi majeur de celle qui avait démissionné en 2005 de son poste de rectrice de l'académie de Toulouse en déplorant publiquement... un manque de moyens donnés par le gouvernement de droite.

Nicole Belloubet (C), nouvelle ministre de la Justice, le 22 juin 2017 à Paris au palais de l'Élysée
Nicole Belloubet (C), nouvelle ministre de la Justice, le 22 juin 2017 à Paris au palais de l'Élysée
AFP

Nommée rectrice en 1997, d'abord à Limoges, Nicole Belloubet a alors 42 ans, ce qui en fait l'une des plus jeunes personnes jamais nommées à ce type de poste.

Cette nomination parachève un parcours académique brillant: en 1992, elle finissait deuxième de l'agrégation de droit public.

Nicole Belloubet, qui a dit à France Bleu Toulouse que "certaines femmes consacrent toute leur vie au travail mais au prix d'une volonté, d'une énergie supérieures à celles des hommes", a au long de sa carrière porté une attention particulière aux sujets concernant les femmes.

Mère de trois enfants et veuve d'un professeur de droit, elle a piloté un comité interministériel "pour la promotion de l'égalité des sexes dans le système éducatif", et rédigé un rapport sur la "lutte contre les violences sexistes et sexuelles dans les établissements scolaires".

La juriste, née à Paris mais dont les racines familiales sont aveyronnaises, et dont la vie est intimement rattachée à la ville de Toulouse, a raconté dans des entretiens sa passion pour l'opéra mais aussi son goût de la conduite automobile sportive.

Auteur d'une thèse sur les "pouvoirs et relation hiérarchique dans l'administration française", cette juriste de haut vol à la longue chevelure blonde et à la silhouette élancée n'apprécierait certainement pas d'être réduite à une "vamp", comme elle a pu être décrite dans un article de presse locale.

La nouvelle ministre, qui dit avoir eu une "illumination" en lisant Jean Jaurès, a aussi derrière elle un parcours d'élue locale socialiste, à la mairie de Toulouse et au conseil régional de Midi-Pyrénées.

Il est plutôt d'usage en France de finir une carrière politique au Conseil constitutionnel, et les démissions y sont très rares. Ainsi de Georges Pompidou lorsqu'il a été nommé chef du gouvernement en 1962.

Nicole Belloubet prend elle aussi ce chemin inverse en quittant les "Sages". Dans l'institution de la rue Montpensier, elle laisse le souvenir d'une "bonne camarade", qui "aime la vie". Et qui laissait transparaître son envie de retrouver "l'action" politique.

Dans la même thématique

Paris: Lucie Castets
7min

Politique

« Exigeante », « politique », « âpre négociatrice » : le profil de Lucie Castets par les sénateurs qui l’ont côtoyée

Cette haute fonctionnaire de 37 ans, issue de la société civile et très marquée à gauche, a été choisie par le Nouveau Front populaire comme candidate au poste de Première ministre. Au Sénat, plusieurs élus ont été amenés à travailler avec elle à la mairie de Paris. Ils saluent ses aptitudes, et l’appellent désormais à engager une « bataille de l’opinion » pour pousser Emmanuel Macron à la nommer à Matignon.

Le

Paris Olympics
6min

Politique

Candidature du NFP à Matignon : Emmanuel Macron « botte en touche en disant qu’on va d’abord s’occuper des JO »

Mardi 23 juillet, Emmanuel Macron a donné sa première longue interview télévisée depuis la dissolution et les législatives. L’occasion pour le président de la République de livrer son analyse du scrutin, de temporiser et de refuser net la candidate du Nouveau Front populaire pour Matignon. Analyse de cette prestation avec l’expert en communication Philippe Moreau-Chevrolet.

Le

Emmanuel Macron interview sur France TV
4min

Politique

Emmanuel Macron est-il contraint de nommer Lucie Castets Première ministre ?

Hier, le Nouveau Front populaire s’est accordé sur le nom de Lucie Castets comme candidate au poste de Première ministre. Emmanuel Macron a balayé cette candidature considérant que cela n’était « pas le sujet ». Ce matin, Lucie Castets a demandé au Président de la République « de prendre ses responsabilités et de la nommer Première ministre ». Si constitutionnellement rien ne le contraint à nommer un Premier ministre, la décision du chef de l’Etat réside dans le choix « qui lui semble le plus à même de résister à une motion de censure », selon Bastien François, professeur de sciences politiques à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Le