« Nos très chers émirs » : Le Guen accuse l’un des auteurs d’être le porte-parole de Bachar al-Assad

« Nos très chers émirs » : Le Guen accuse l’un des auteurs d’être le porte-parole de Bachar al-Assad

Le nouveau secrétaire d’Etat à la Francophonie, Jean-Marie Le Guen, mis en cause dans le livre des journalistes Georges Malbrunot et Christian Chesnot, accuse « l’un des journalistes » « d’être le porte-parole de Bachar al-Assad ».
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

Dans leur dernier livre, « Nos très chers émirs », les journalistes Georges Malbrunot et Christian Chesnot  rapportent, qu’en 2014 Jean-Marie Le Guen, alors ministre des Relations avec le Parlement, aurait fait pression sur le nouvel ambassadeur du Qatar pour obtenir une rémunération en échange de quoi il « bloquerait » par l’intermédiaire d’une agence de communication, toute question de députés et sénateurs de son camp, hostiles à Doha.

Cet après-midi lors des questions d’actualité de l’Assemblée nationale, le député LR du Rhône, Georges Fenech s’interroge, tout d’abord, sur le nouveau portefeuille ministériel de Jean-Marie Le Guen, celui de Secrétaire d’Etat au Développement et à la Francophonie. «  De ce fait, vous allez devenir, entre autre, l’interlocuteur privilégié des pétromonarchies du Golf ».  Rappelant ensuite les soupçons qui planent au dessus de Jean-Marie Le Guen, il affirme « que si ces faits étaient avérés, ils constitueraient un grave système de corruption étatique ». Enfin, Georges Fenech, tient à préciser qu’il est « attaché à la présomption d’innocence », que « sa question ne se veut pas accusatrice » mais que « l’opposition et tous les Français exigent de connaitre  votre réponse sur cette mise en cause de la plus haute gravité ».

Très contrarié par le rappel de ces accusations, « où on est l’opposition pour en être à ce point ? » s’emporte Jean-Marie Le Guen. Il indique avoir porté plainte contre les auteurs du livre, ce que les intéressés démentent depuis hier.

« Je crois savoir que le statut de l’Assemblée nationale où la liberté de parole est totale, tel que je n’ai pas la possibilité de porter plainte à votre égard. Je le regrette beaucoup. Mais à d’autres moments, si vous avez l’occasion de vous exprimer, je porterais plainte également contre ceux qui peuvent avoir ce type de paroles » prévient le Secrétaire d’Etat. Pour sa défense, Jean-Marie Le Guen explique aussi qu’un certain nombre de responsables politiques de droite sont également mis en en cause dans le livre de Chesnot et Malbrunot. Enfin, il accuse carrément un des journalistes « par ailleurs bien connu »  « comme étant un des porte-paroles de Bachar al-Assad dans notre pays ».

Dans la même thématique

Elections Legislatives panneaux d affichage a Nice
10min

Politique

Législatives : comment les politiques se positionnent face à l’hypothèse d’un second tour contre l’extrême-droite ?

Face à l’avance considérable du Rassemblement national et de ses alliés dans les sondages, de nombreux hommes et femmes politiques se sont prononcés sur l’hypothèse de duels ou de triangulaires impliquant le parti d’extrême-droite. Dernière information en date, un séminaire gouvernemental se dirigerait vers une stratégie « ni RN, ni LFI », en cas d’affrontement entre les candidats de ces deux partis au second tour.

Le

Diminuer la part française au budget de l’Union, la promesse incertaine du Rassemblement national
8min

Politique

Diminuer la part française au budget de l’Union, la promesse incertaine du Rassemblement national

Le programme de Jordan Bardella intègre dans son programme le rabais de la contribution française à l’Union, qu’il compte obtenir auprès de ses partenaires. Problème : le budget pluriannuel européen vient à peine d’être renégocié, ne laissant aucune fenêtre de tir crédible avant deux bonnes années. Sans compter que les tractations budgétaires sont les plus sensibles qui soient entre les Vingt-Sept.

Le

Matignon Reunion des premiers ministres francais et estonien
5min

Politique

Législatives 2024 : à quoi pourrait ressembler un gouvernement technique ?

Ce serait une première en France. Un scénario inédit sous la Vème république. En cas d’absence de majorité absolue à l’issue des élections législatives anticipées, Emmanuel Macron pourrait nommer un gouvernement technique composés de hauts fonctionnaires et d’experts, afin d’éviter un immobilisme total à la tête du pays.

Le