Notre-Dame-des-Landes : une décision « difficile à accepter » pour Roger Karoutchi

Notre-Dame-des-Landes : une décision « difficile à accepter » pour Roger Karoutchi

Roger Karoutchi a réagi sur Public Sénat à la décision du gouvernement d’abandonner le projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes. Pour le sénateur des Hauts-de-Seine, c’est une décision « difficile à accepter ».
Public Sénat

Par Alice Bardo

Temps de lecture :

1 min

Publié le

Mis à jour le

« C’est une décision contraire aux engagements du candidat Macron, à 179 décisions de justice et au référendum (…) », a regretté Roger Karoutchi, au micro de Tâm Tran-Huy, sur Public Sénat.

Quelques heures plus tôt, Édouard Philippe a annoncé que le projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes était abandonné, et a justifié cette décision, entre autres, par le manque d’adhésion d’une très large part de la population. « Si on cherchait l’unanimité pour réaliser des grands projets, on n’en ferait aucun », rétorque le sénateur LR des Hauts-de-Seine. Celui-ci voit en cette décision un « renoncement » de l’exécutif, qui, selon lui, a « cédé à certains écologistes et à de violents zadistes ».

Un revirement au sommet de l’État qui tend à « discréditer encore plus la parole publique », selon Roger Karoutchi. Et d’ajouter : « Le gouvernement ne doit pas essayer de nous faire croire qu’il fait preuve d’autorité. »

Dans la même thématique

Deplacement du Premier Ministre a Viry-Chatillon
7min

Politique

Violence des mineurs : le détail des propositions de Gabriel Attal pour un « sursaut d’autorité »

En visite officielle à Viry-Châtillon ce jeudi 18 avril, le Premier ministre a énuméré plusieurs annonces pour « renouer avec les adolescents et juguler la violence ». Le chef du gouvernement a ainsi ouvert 8 semaines de « travail collectif » sur ces questions afin de réfléchir à des sanctions pour les parents, l’excuse de minorité ou l’addiction aux écrans.

Le

Turin – Marifiori Automotive Park 2003, Italy – 10 Apr 2024
6min

Politique

Au Sénat, la rémunération de 36,5 millions d’euros de Carlos Tavares fait grincer des dents. La gauche veut légiférer.

Les actionnaires de Stellantis ont validé mardi 16 avril une rémunération annuelle à hauteur de 36,5 millions d’euros pour le directeur général de l’entreprise Carlos Tavares. Si les sénateurs de tous bords s’émeuvent d’un montant démesuré, la gauche souhaite légiférer pour limiter les écarts de salaires dans l’entreprise.

Le