« Nous n’avons jamais été en rupture » de masques : un « mensonge » d’Emmanuel Macron, selon Bruno Retailleau

« Nous n’avons jamais été en rupture » de masques : un « mensonge » d’Emmanuel Macron, selon Bruno Retailleau

Le président du groupe LR au Sénat estime qu’à « l’impréparation » sur le front sanitaire, le président de la République ajoute une seconde « faute » : un « déni vis-à-vis de la vérité ». Le chef de l’État avait reconnu des « tensions » sur les masques, mais avait réfuté toute pénurie.
Public Sénat

Par Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Les récentes déclarations d’Emmanuel Macron sur la gestion des masques ont été très mal accueillies par Bruno Retailleau. Sur notre antenne, après les questions au gouvernement, le président du groupe LR au Sénat, a d’abord déploré, en choisissant avec prudence ses mots, « quelque chose qui ressemble à une conception un peu hasardeuse du rapport avec la vérité ». Avant d’être relancé, et d’affirmer : « C’est un mensonge, oui ». Ce 18 mai, dans un documentaire diffusé sur BFM TV, Emmanuel Macron avait indiqué, au sujet des masques : « Il y a eu une doctrine restrictive pour ne jamais être en rupture, que le gouvernement a prise et qui je pense était la bonne. Il y a eu ensuite un approvisionnement renforcé et une production renforcée, et nous n’avons jamais été en rupture. »

« Il a tort. Ce qu’il a dit est faux, je l’affirme. Il n’aurait pas dû le dire. Il est président de la République et il devrait avoir un rapport à la vérité plus transparent vis-à-vis des Français », a réagi le sénateur de la Vendée, rappelant que la défiance des Français envers leur gouvernement était à un des niveaux les plus élevés en Europe. « Quand on mène un combat, on doit inspirer la confiance », a-t-il insisté.

« Les Français ont bien vu qu’il y avait cette imprévoyance »

Lundi, Emmanuel Macron a reconnu « qu’il y a eu des manques, qu’il y a eu des tensions ». Tout en demandant d’avoir « collectivement l’honnêteté de dire que, au début du mois de mars, personne ne parlait des masques parce que nous n’aurions jamais pensé être obligés de restreindre en quelque sorte la distribution de ceux-ci pour les soignants ».

Par ces mots, Bruno Retailleau y voit une seconde « faute ». « Il y a eu une première, l’impréparation, l’imprévoyance. Pas assez de masques : tous les Français le savent. Lorsqu’il dit que personne ne parlait des masques, notamment au mois de mars, c’est faux. Le personnel soignant en hôpital, dans les Ehpad, les médecins généralistes, tout le monde en parlait. Les Français ont bien vu qu’il y avait cette imprévoyance. À cette première faute d’impréparation, il en ajoute une seconde : qui est le déni vis-à-vis de la vérité. »

Dans la même thématique

« Nous n’avons jamais été en rupture » de masques : un « mensonge » d’Emmanuel Macron, selon Bruno Retailleau
3min

Politique

Drapeau palestinien à l’Assemblée : « Reconnaître un Etat palestinien, aujourd’hui, ce serait légitimer le Hamas », estime Jordan Bardella

Invité ce mercredi 29 mai de Public Sénat, Jordan Bardella, tête de liste RN pour les élections européennes, a dénoncé les positions de LFI sur le conflit à Gaza et leur attitude dans le débat public. Le président du RN estime que la reconnaissance d’un Etat palestinien n’est plus d’actualité depuis les attaques du 7 octobre.

Le

« Nous n’avons jamais été en rupture » de masques : un « mensonge » d’Emmanuel Macron, selon Bruno Retailleau
8min

Politique

Encadrement des cabinets de conseil : le Sénat « revient à l’esprit de la commission d’enquête » en deuxième lecture

Les sénateurs ont adopté à l’unanimité en deuxième lecture la proposition de loi, née en 2022 des préconisations de leur commission d’enquête sur l’influence des cabinets de conseil dans les politiques publiques. Ils ont rétabli plusieurs « ambitions » du texte initial, contre l’avis du gouvernement, tout en acceptant certaines rédactions de compromis avec les députés.

Le

Paris: Candidates for the upcoming European elections taking part in a debate hosted by BFMTV
5min

Politique

Immigration, économie, institutions : que propose le Rassemblement national dans son programme pour les élections européennes ?

Largement en tête des sondages, le parti de Jordan Bardella ne prône plus officiellement une sortie de l’Union européenne, pierre angulaire du programme présidentiel de Marine Le Pen jusqu’en 2017. Mais, avec un slogan plus consensuel, la feuille de route du Rassemblement national s’oppose toujours à bon nombre des compétences de Bruxelles, au nom de la souveraineté nationale.

Le