« Nous ne prendrons pas part au vote » pour l’élection du président de la commission des finances, affirme Gilles Le Gendre

« Nous ne prendrons pas part au vote » pour l’élection du président de la commission des finances, affirme Gilles Le Gendre

Gilles Le Gendre, député LREM de la 2ème circonscription de Paris, était ce matin l’invité de Territoires d’Infos, sur Public Sénat et Sud Radio. Au lendemain d’une soirée mouvementée au Palais Bourbon, il assure que la présidence de la commission des finances reviendra à l’opposition.
Public Sénat

Par Alice Bardo

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Les députés devaient se prononcer ce mardi, à 15 heures, sur les nominations au bureau de l’Assemblée nationale. En jeu, six postes de vice-présidents, douze de secrétaires et trois de questeurs. Une simple formalité qui a finalement tourné au vinaigre.

Habituellement, deux postes de vice-présidents et un poste de questeur sont attribués à l’opposition. Mais les « constructifs » ont tenté de s’imposer par l’intermédiaire de Thierry Solère, qui a décidé de candidater au poste de questeur. Soutenu par la majorité présidentielle, il a été élu. Et le député a eu beau maintenir qu’il était dans l’opposition, personne n’y a cru. « Les droits de l’opposition n’ont jamais été autant piétinés », a lancé le président du groupe LR, Christian Jacob. À gauche, Olivier Faure dénonce « l’hégémonie » de La République en marche et un « contournement des règles démocratiques ».

Richard Ferrand, à la tête du groupe LREM, a toutefois promis que ses députés ne prendraient pas part au vote pour élire le président de la commission des finances, jeudi prochain. Un poste qui, selon la tradition, est également dévolu à l’opposition. « Elle sera respectée », confirme Gilles Le Gendre. « La commission des finances sera présidée par un membre de l’opposition et nous ne prendrons pas part au vote (…) Ce n’est pas à nous de choisir mais à l’opposition de se déterminer », renchérit le député de la 2ème circonscription de Paris.

Toutefois, il ne manque pas, au passage, d’égratigner la droite : « Elle est un peu en mode désordonnée, elle est extrêmement divisée, en train d‘exploser (…) Mais ça ne nous regarde pas, nous devons tracer notre route. »

Dans la même thématique

« Nous ne prendrons pas part au vote » pour l’élection du président de la commission des finances, affirme Gilles Le Gendre
4min

Politique

Nouveau Front populaire : députés et sénateurs réunis pour une démonstration de force

Les près de 130 parlementaires PS avaient rendez-vous au Sénat pour une réunion « opérationnelle », explique le président des sénateurs socialistes Patrick Kanner. Une rencontre qui permet aussi d’afficher le poids du parti au Parlement, à l’heure où les négociations patinent toujours pour Matignon, sur fond de désaccords avec La France insoumise.

Le

Strasbourg – Plenary Session of the European Parliament, Gallia – 17 Jul 2024
5min

Politique

Parlement européen : le cordon sanitaire contre l’extrême-droite résiste

Les votes étaient scrutés. Mardi 16 juillet les députés ont élu les 14 vice-présidents du Parlement européen. Des postes hautement symboliques. Mais même si l’extrême droite est en progression au Parlement européen, le cordon sanitaire semble avoir tenu : « Les Patriotes pour l’Europe », le nouveau groupe dirigé par Jordan Bardella et « L’Europe des nations souveraines » où siège l’AFD, l’extrême droite allemande, font chou blanc. A noter tout de même, le groupe ECR de la Première ministre Italienne Giorgia Meloni obtient deux postes.

Le

Gabriel ATTAL, French Minister of Education and Youth, was at the Gilbert DRU middle school in Lyon
10min

Politique

Derrière « le pacte d’action » que veut construire Gabriel Attal, un appel du pied de la macronie aux LR

Le Premier ministre souhaite ouvrir des discussions avec les groupes politiques « autour de projets et d'actions au service des Françaises et des Français ». Si à ce stade, un élargissement du courant présidentiel vers la gauche semble difficilement envisageable, la droite, en revanche, tenterait de négocier auprès des macronistes certains postes clés à l’Assemblée nationale.

Le