New Caledonia: Emmanuel Macron visit

 Nouvelle Calédonie : Emmanuel Macron ne veut pas que la réforme passe « en force » et se donne « quelques semaines » pour négocier

Depuis Nouméa, le chef de l’Etat a pris la parole ce jeudi. Emmanuel Macron souhaite « l’arrêt des hostilités », « la fin de l’Etat d’urgence » et « la reprise du dialogue en vue d’un accord global »
Caroline Deschamps

Temps de lecture :

1 min

Publié le

Mis à jour le

Dans le contexte des violences meurtrières qui secouent la Nouvelle-Calédonie depuis le 13 mai, Emmanuel Macron ne souhaite pas que la réforme du corps électoral passe « en force » et annonce se donner « quelques semaines afin de permettre l’apaisement et la reprise du dialogue en vue d’un accord global », qui « sera soumis au vote des Calédoniens ».

Dans un souci d’apaisement, « le dialogue politique doit reprendre immédiatement » avec la mise en place sur l’archipel d’une « mission de médiation et de travail » affirme Emmanuel Macron. Le chef de l’Etat donne rendez-vous pour un point d’étape dans un mois.

Avant cela, Emmanuel Macron demande à l’ensemble des forces politiques calédoniennes qu’elles « appellent au calme et à la levée des barrages dans les heurs qui viennent pour lever l’Etat d’urgence ».

Face aux « dommages colossaux », le chef de l’Etat a par ailleurs promis une « aide d’urgence et un fonds de solidarité ». Il appelle de ses vœux à « une gouvernance de la reconstruction publique » et à la mise en place « d’une stratégie économique sur l’avenir du nickel » et sur les enjeux de diversification.

Pour aller plus loin

Dans la même thématique

 Nouvelle Calédonie : Emmanuel Macron ne veut pas que la réforme passe « en force » et se donne « quelques semaines » pour négocier
4min

Politique

Lettre d’Emmanuel Macron : « Je crois que les Français ne sont pas dupes et qu’ils savent que c’est un tour de passe-passe », juge Fabrice Leggeri (RN)

A quelques jours du premier tour des élections législatives, Fabrice Leggeri, porte-parole du RN a détaillé plusieurs éléments du programme du parti de Jordan Bardella. Ce dernier qualifie la lettre d’Emmanuel Macron de « tour de passe-passe » et envisage la démission d’Emmanuel Macron si les élections ne permettent pas de dégager une majorité absolue.

Le

Paris : Deux policiers blesses par balle comissariat 13 eme arrondissment
4min

Politique

Sécurité : que proposent les grands blocs politiques pour les élections législatives ?

Ce lundi 14 juin, la campagne pour les élections législatives s’est ouverte, et les programmes des principales forces politiques ont été dévoilés. La sécurité est au cœur du débat et suscite une attention toute particulière au sein de l’opinion publique. Petit aperçu des différentes propositions et promesses sur ce sujet clivant entre les partis.

Le