Nouvelle-Calédonie: la commission de contrôle du référendum nommée

Nouvelle-Calédonie: la commission de contrôle du référendum nommée

Les membres de la commission de contrôle du référendum du 4 novembre en Nouvelle-Calédonie, chargée de veiller à la régularité et...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Les membres de la commission de contrôle du référendum du 4 novembre en Nouvelle-Calédonie, chargée de veiller à la régularité et à la sincérité de la consultation, ont été désignés et leur président sera le conseiller d'Etat Francis Lamy, a annoncé vendredi le ministère des Outre-mer.

Cette commission sera en particulier chargée d'arrêter, au plus tard le 20 juin, la liste des partis ou groupements habilités à participer à la campagne officielle pour la consultation, précise le ministère dans un communiqué.

Les membres ont été désignés par le vice-président du Conseil d'État et le premier président de la Cour de cassation. Outre M. Lamy, ont été choisis une conseillère honoraire à la Cour de cassation, un président de tribunal administratif, un conseiller à la Cour de cassation, et un premier conseiller de tribunal administratif et de cour administrative d’appel.

Ces désignations "permettent de franchir une étape supplémentaire dans la préparation de la consultation", salue la ministre des Outre-mer Annick Girardin.

Depuis 20 ans, un processus de décolonisation par étapes est en place en Nouvelle-Calédonie et doit déboucher sur un référendum lors duquel les électeurs devront dire s'ils veulent "que la Nouvelle-Calédonie accède à la pleine souveraineté et devienne indépendante".

Au vu du rapport de forces actuel entre indépendantistes et non-indépendantistes, le "non" est attendu gagnant.

Dans la même thématique

Reception de la presse internationale à l’Elysee, a l’occasion des Jeux de Paris 2024
9min

Politique

Interview d’Emmanuel Macron sur les JO : « Il va s’en servir comme d’une métaphore sur le climat politique » 

Ce mardi 23 juillet au soir, Emmanuel Macron va s’exprimer pour la première fois depuis les élections législatives, lors d’une interview pour France Télévisions et Radio France. L’occasion pour lui d’expliciter « la trêve olympique et politique » qu’il a appelée hier de ses vœux. Alors quels sont les enjeux de cette intervention ?  

Le

Nouvelle-Calédonie: la commission de contrôle du référendum nommée
4min

Politique

Lutte anti-drone pour les JO : « Une priorité » pour Attal, sur laquelle les sénateurs ont alerté

A trois jours de l’ouverture de Jeux Olympiques, le premier ministre démissionnaire s’est rendu à la base militaire de Villacoublay pour se faire présenter le dispositif anti-drone. Et a révélé qu’il y a déjà « 6 drones interceptés en moyenne chaque jour » aux abords des sites olympiques. Un sujet sur lequel les sénateurs ont alerté depuis longtemps l’exécutif.

Le