Nouvelles routes de la soie : Macron avance « sur une voie étroite »

Nouvelles routes de la soie : Macron avance « sur une voie étroite »

Les invités de l’émission « On va plus loin », débattent des relations entre la Chine et la France, alors que le président chinois est à Paris.
Public Sénat

Temps de lecture :

4 min

Publié le

Mis à jour le

Le président chinois Xi Jinping est en visite officielle en France. Cette visite se déroule au moment où la Chine développe les « nouvelles routes de la soie », gigantesque programme d’investissements, qui suscite des craintes de la part de l’UE et des États-Unis.

« La France a refusé jusqu’à présent de cautionner « les nouvelles routes de la soie », comme l’Allemagne ou le Royaume-Uni » explique Pierre Haski, le président de Reporters sans frontières, qui connaît bien la Chine pour y avoir été correspondant de Libération, pendant plusieurs années. « En fait, il y avait les grands pays européens qui s’étaient entendus, l’année dernière, lors du premier grand forum des « routes de la soie » à Pékin, pour ne pas signer un texte qui abaissait les standards internationaux, en termes d’endettement, de gouvernance etc. Et là, il vient d’y avoir un « coin » dans cette unité, avec la décision de l’Italie, de signer un protocole d’accords avec la Chine, sur ces « routes de la soie ». Je ne suis pas sûr qu’il faille dramatiser la décision italienne (…) Mais en ce qui concerne la France, Emmanuel Macron essaie d’avancer sur une voie étroite qui est de ne pas entrer en confrontation avec la Chine, en rejetant complètement la coopération avec ce pays dont on craint l’hégémonie et dont on ne peut plus se passer. Et de l’autre côté, il n’accepte pas de rentrer dans le jeu de Pékin. Cette voie est assez étroite. »

Christian Makarian, directeur délégué de la rédaction de l’Express, spécialiste des questions internationales, estime qu’il « ne faut pas être pessimiste » : « La décision italienne est à relativiser parce que ce n’est pas une décision stratégique majeure, même si c’est une inélégance affirmée à l’égard de l’esprit européen (…) Le jeu d’Emmanuel Macron est de prendre la tête d’un mouvement européen (…) La Chine est un pays qui peut avoir besoin de l’Europe puisqu’[elle] est désormais à moins de 7% de croissance (…)  Il y a une espèce de terrain d’entente possible à condition de trouver le bon langage. »

A la question de savoir si l’Europe doit avoir peur de la Chine, Alain Frachon, éditorialiste au Monde, répond : « De toute façon, la Chine est là. La question qui se pose vraiment c’est « quel type de rapports, on entretient avec ? » (…) La Chine, à l’horizon 2050, représentera près de 20% du PIB mondial (…) Elle sera le pays qui produit le plus de richesse. L’Inde, 15%, les États-Unis, 12%, l’Union européenne 9% (…) A ce jour, nous (l’UE) sommes le principal partenaire commercial de la Chine. Donc cela veut dire que nous avons des moyens de pression, des moyens de négociation. Et cette négociation, naturellement, la Chine préfère la mener de manière unilatérale. Parce que c’est beaucoup plus facile, pays par pays. C’est là où la démarche de Macron est (…)  très très importante. C’est de dire « vous voulez une relation bilatérale avec nous ? Eh bien non. Moi, je vais vous imposer une relation multilatérale, même si elle n’est pas prévue au départ. Je vais inviter Juncker, le patron de la Commission et je vais inviter Madame Merkel en tant que principale puissance économique de l’Union ». »

 

Vous pouvez voir et revoir ce débat, en intégralité :

OVPL. Débat en intégralité sur les rapports entre la France et la Chine
26:41

Dans la même thématique

Migration Europe
6min

Politique

Pacte européen asile et migration : qu'ont voté les eurodéputés français ?

Soutenu par les sociaux-démocrates et la droite européenne, le pacte asile et migration a été adopté au Parlement européen. Mais, contrairement à leurs collègues des autres États membres, Raphaël Glucksmann et François-Xavier Bellamy – têtes de liste socialiste et Les Républicains – se sont opposés au texte.

Le

Paris: weekly session of questions to the government at the Senate
3min

Politique

RIP sur l’immigration : pour Bruno Retailleau, le Conseil constitutionnel « outrepasse son rôle »

Les Républicains s’en prennent une nouvelle fois au Conseil constitutionnel après avoir vu leur proposition de référendum d’initiative partagée (RIP) sur l’immigration invalidée par les Sages. « Un nouveau tournant » pour le patron de la droite sénatoriale qui avait déjà eu des mots assez durs à l’égard de la plus haute juridiction lors de la large censure de la loi immigration.

Le

Paris: The political party LR Les Republicains organized an economic evening
4min

Politique

RIP sur l’immigration : le Conseil constitutionnel rejette la demande des LR

Les Républicains avaient recueilli le nombre de signatures de parlementaires nécessaires pour lancer un référendum d’initiative partagée sur l’immigration. Leur proposition de loi référendaire visant à conditionner certaines prestations sociales aux étrangers en situation régulière a été jugée non conforme à la Constitution par le Conseil Constitutionnel.

Le