Obligation vaccinale pour tous : l’idée fait son chemin chez les associations d’élus

Obligation vaccinale pour tous : l’idée fait son chemin chez les associations d’élus

« On a un devoir de faire en sorte que le pays puisse fonctionner normalement. Et pour cela, il faut que tout le monde soit vacciné », soutient Michel Fournier, président de l’Association des maires ruraux de France. L’Association des départements de France soutient pour sa part l’obligation vaccinale pour les soignants.
Public Sénat

Par F.V.

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

Après les groupes parlementaires, qui ont été consultés par écrit, c’est au tour des associations d’élus de donner leur avis sur la vaccination obligatoire pour les soignants. Ils ont échangé par visioconférence avec le premier ministre, Jean Castex, en fin d’après-midi. Alors que l’épidémie repart à la hausse sous la menace du variant Delta, avec plus de 4.000 nouveaux cas hier et une hausse de +49 % en une semaine, la question de l’obligation vaccinale pour les soignants se pose plus que jamais.

Mais pour l’Association des maires ruraux de France, la situation impose d’aller encore plus loin. L’association, par la voix de son président, Michel Fournier, se prononce pour la vaccination obligatoire pour tous. « Notre message est clair : c’est la vaccination pour tous. Et sans rechercher forcément une catégorie plutôt qu’une autre prioritaire. Bien entendu, on sait qu’on met en avant tout ce qui touche au médical. Mais on oublie peut-être aussi beaucoup d’autres activités. […] Nous disons que de toute façon, la démarche doit aujourd’hui être collective. On a un devoir de faire en sorte que le pays puisse fonctionner normalement. Et pour cela, il faut que tout le monde soit vacciné, c’est très clair », soutient Michel Fournier. Regardez :

« Si ça ne suffit pas, il faudra passer à l’obligation vaccinale pour la population »

L’Association des départements de France (ADF) va moins loin, pour l’heure. « On est tout à fait favorable à l’obligation de la vaccination du personnel soignant », explique André Accary, président (divers droite) du département de Saône-et-Loire, qui a représenté l’association à la réunion. « J’ajoute que les intervenants à domicile, comme les aidants, doivent aussi être soumis à l’obligation, car elles sont en contact avec des personnes fragiles, âgées ou handicapées, donc plus à risque ».

Mais faut-il élargir l’obligation ? A titre personnel, il y est favorable. « Je suis pour l’obligation pour les professions en contact avec le public », soutient-il. Et même plus. « Pour l’instant, pour le reste de la population, il vaut mieux les inciter à le faire. Mais si ça ne suffit pas, après, il faudra passer à l’obligation vaccinale, si ça ne va pas plus loin ».

Avant d’en arriver là, le département de Saône-et-Loire a « mis en place un vaccibus, qui à partir de lundi, va aller dans les entreprises ». Pour André Accary, « il y a urgence » à se faire vacciner. Sinon, « on va à nouveau repartir vers des mesures de privation de liberté ».

Dans la même thématique

Rentree scolaire Ecole Primaire Maternelle Saint-Philippe a Nice
7min

Politique

Législatives anticipées : que proposent les trois blocs sur l’éducation ?

Après le pouvoir d’achat, la sécurité et l’immigration, l’éducation divise les différents candidats aux élections législatives. Si le programme gouvernemental sur l’école est bien connu, les deux autres blocs politiques en lice pour les élections législatives prônent des mesures radicalement opposées.

Le

Paris : Auditions au MEDEF
6min

Politique

Législatives : ces sénateurs tentés par la ligne Ciotti/Bardella

Depuis l’alliance annoncée entre Éric Ciotti et Jordan Bardella aux élections législatives, les sénateurs du groupe LR du Sénat font officiellement bloc derrière la ligne d’autonomie définie par le bureau politique du parti. Mais dans cette campagne éclair, certains expriment leurs divergences. Après les 7 juillet, elles pourraient bien s’accentuer.

Le

Législatives 2024 : douze points chauds à surveiller
10min

Politique

Législatives 2024 : douze points chauds à surveiller

Sortants menacés ou en position inconfortable, circonscriptions ayant valeur de symbole, duels médiatiques : Public Sénat a sélectionné douze circonscriptions à travers le territoire, qui pourraient faire parler d’elles les 30 juin et 7 juillet.

Le