Olivier Dussopt « Si Peillon n’avait pas été candidat, Valls aurait été en tête de la primaire »

Olivier Dussopt « Si Peillon n’avait pas été candidat, Valls aurait été en tête de la primaire »

Le député de l’Ardèche, porte-parole de Manuel Valls, espère une participation plus importante pour le second tour.
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Invité de Territoires d’Infos sur Public Sénat et Sud Radio, le député de l’Ardèche et porte-parole de Manuel Valls, Olivier Dussopt, estime que la participation de Vincent Peillon à la primaire de la gauche a pesé sur le résultat du premier tour, au détriment de l’ancien premier ministre. Ce dernier est arrivé deuxième derrière Benoît Hamon, avec 31.1% des voix contre 36.35%.

« Si Vincent Peillon n’avait pas été candidat, Manuel Valls serait arrivé en tête de l’élection » assure-t-il.

Vincent Peillon est arrivé en quatrième position avec 6% des voix. « Il a pris une position qui consiste à ne pas donner de consigne. Mais derrière, il y a des électeurs qui ont des points communs avec Manuel Valls, et c’est à nous de les convaincre ».

Olivier Dussopt, est également revenu sur les résultats du premier tour de la primaire de la gauche.

« Nous ne sommes pas dans une opération de sauvetage de Manuel Valls » assure-t-il.

« L’enjeu est de désigner celui qui porte nos couleurs à la présidentielle, et qui a la chance de devenir président de la République. Il faut en même temps désigner celui qui va inscrire la gauche dans la durée, et qui porte des propositions réalistes et réalisables ».

Des qualités propres au programme « cohérent » de Manuel Valls, face au programme « inapplicable » selon lui de Benoît Hamon.

« Nous avons des divergences de fond, notamment sur le revenu universel », a expliqué Olivier Dussopt. « Nous ne considérons comme normal de verser la même chose à quelqu’un qui gagne le Smic et à quelqu’un qui paie l’ISF ».

Ces « divergences de fond » qui se feront face lors du débat de l’entre-deux tours, mercredi soir. « Ce sera un débat projet contre projet. Manuel Valls montrera pourquoi son projet est le meilleur, et pourquoi certaines mesures du projet de Benoit Hamon sont irréalisables ou inopportunes ».

« Rien n’est écrit, le 2e tour n’est pas joué. Une nouvelle campagne commence » assure-t-il, reprenant les propos tenus par Manuel Valls hier soir après l’annonce des résultats.

Dans la même thématique

Olivier Dussopt « Si Peillon n’avait pas été candidat, Valls aurait été en tête de la primaire »
7min

Politique

Européennes : « La tentation d’un pacte brun, à la fois sur l’écologie et les idéologies, nous menace », alerte l’écologiste David Cormand

Dans la dernière ligne droite de la campagne des européennes, trois candidats, chacun à la seconde place de leur liste, sont venus sur le plateau d’Extra Local : Céline Imart pour la liste LR, David Cormand pour la liste des Ecologistes et Guillaume Peltier pour Reconquête. Ils se sont exprimés notamment sur l’immigration, la future présidence de la Commission européenne ou le nucléaire.

Le

French Prime Minister Gabriel Attal visit in Valence
7min

Politique

Délinquance des mineurs : après l’avoir supprimée, le gouvernement veut réintroduire la comparution immédiate

Un peu plus d’un mois après ses annonces destinées à « renouer avec les adolescents et juguler la violence », Gabriel Attal a esquissé des nouvelles pistes sur la justice pénale des mineurs qu’il souhaite voir intégrer dans un projet de loi d’ici la fin de l’année, notamment la possibilité d’être jugé à partir de 16 ans en comparution immédiate. Une procédure qui avait été supprimée lors de la réforme de la justice pénale des mineurs en 2021.

Le