Olivier Véran : « La France pourrait ne pas avoir vacciné tous les publics fragiles d’ici l’été »

Olivier Véran : « La France pourrait ne pas avoir vacciné tous les publics fragiles d’ici l’été »

Devant les sénateurs de la commission des lois, le ministre de la Santé devait justifier la nécessité de prolonger l’état d’urgence sanitaire jusqu’au mois de juin.
Public Sénat

Par Pierre Maurer

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

L’échéance est fixée au 1er juin, date jusqu’à laquelle l’état d’urgence sanitaire est prolongé. Le texte du gouvernement - qui permet les mesures de restrictions des libertés - propose, ensuite, un régime transitoire jusqu’au 30 septembre 2021. Adopté mercredi soir par l’Assemblée nationale, il n’en est pas moins vivement contesté par l’opposition qui dénonce un manque de « coconstruction » et des mesures d’exceptions qui durent. Mais à écouter Olivier Véran, le dispositif enclenché en octobre dernier, est fondamental.

Et pour cause. Auditionné ce jeudi matin par la commission des lois du Sénat (lire ici pour plus de détail), le ministre de la Santé a dévoilé que la France pourrait ne pas « avoir vacciné tous les publics fragiles d’ici à l’été ». « Nous ciblons 15 millions de personnes vaccinées d’ici avant l’été. Cela représente une grosse partie de la population à risque de formes graves. Quoique, si on ajoute toutes les personnes qui sont en maladies chroniques, plus les personnes âgées de 60 ans et plus, on est plus proche des 25 à 30 millions de personnes », a-t-il commencé par expliquer.

« Ce qui veut dire que même avec la meilleure organisation et tous les approvisionnements qui arriveraient en temps et en heure, nous ne pourrions avoir vacciné tous les publics fragiles d’ici à l’été », a-t-il poursuivi. Raison pour laquelle, « nous demandons la poursuite de mesures sanitaires jusqu’à l’automne », a-t-il justifié. Il insiste : « C’est mathématiquement défendable. » Le texte sera au menu du Sénat en première lecture mercredi 27 janvier, en vue d’une adoption définitive avant le 16 février, date actuelle de fin d’application de ce régime d’exception.

Pour l’heure, la France a vacciné 692 777 personnes selon les chiffres du ministère de la Santé, soit 107 113 individus supplémentaires en 24 heures. Le gouvernement s’était donné pour objectif d’atteindre le million de vaccinés à la fin du mois.

Dans la même thématique

Brussels Special European Council – Renew Europe
10min

Politique

Européennes 2024 : avec son discours de la Sorbonne 2, Emmanuel Macron « entre en campagne », à la rescousse de la liste Hayer

Emmanuel Macron tient jeudi à la Sorbonne un discours sur l’Europe. Si c’est le chef de l’Etat qui s’exprime officiellement pour « donner une vision », il s’agit aussi de pousser son camp, alors que la liste de la majorité patine dans les sondages. Mais il n’y a « pas un chevalier blanc qui va porter la campagne. Ce n’est pas Valérie Hayer toute seule et ce ne sera même pas Emmanuel Macron tout seul », prévient la porte-parole de la liste, Nathalie Loiseau, qui défend l’idée d’« un collectif ».

Le

Jordan Bardella visite Poste-Frontiere de Menton
5min

Politique

Elections européennes : la tentation des seniors pour le vote RN, symbole de « l’épanouissement du processus de normalisation » du parti, selon Pascal Perrineau

Alors que la liste menée par Jordan Bardella (31.5%) devance de plus de 14 points la liste Renaissance, menée par Valérie Hayer (17%), selon le dernier sondage IFOP-Fiducial pour LCI, le Figaro et Sud-Radio, le parti de Marine Le Pen, mise désormais sur l’électorat âgé, traditionnellement très mobilisé pour les élections intermédiaires. Désormais deuxième force politique chez les plus de 65 ans (le RN conquiert 24% de cet électorat, 7 points de moins que Renaissance), la stratégie semble porter ses fruits. Décryptage avec le politologue Pascal Perrineau, professeur émérite à Sciences Po Paris et récent auteur de l’ouvrage Le Goût de la politique : Un observateur passionné de la Ve République, aux éditions Odile Jacob.

Le

Mairie de Paris, Jeux Olympiques 2024
4min

Politique

JO 2024 : les agents de sécurité privée vont-ils faire défaut ?

A trois mois des Jeux Olympiques, des incertitudes planent sur le nombre d’agents de sécurité privée mobilisés. Le préfet de police de Paris, Laurent Nunez indique « ne pas être inquiet pour l’instant ». Du côté des professionnels du secteur, on évalue un manque de 8 000 agents sur 40 000 nécessaires.

Le