Paca: la gauche suspend sa participation à la “conférence régionale”

Paca: la gauche suspend sa participation à la “conférence régionale”

Le groupe Union de la gauche a annoncé lundi qu'il ne participerait pas à la Conférence régionale consultative de la région Paca,...
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

Le groupe Union de la gauche a annoncé lundi qu'il ne participerait pas à la Conférence régionale consultative de la région Paca, instance créée par le président LR de région Christian Estrosi pour permettre aux partis non représentés dans l'assemblée de s'exprimer.

Le groupe proteste contre "les 6 minutes de temps de parole" accordées selon lui par le président de la région lors de la prochaine session de cette instance, promise par Christian Estrosi entre les deux tours des régionales de décembre 2015 après le retrait de la liste du PS et de ses alliés pour faire barrage au Front national.

Ce retrait avait permis à la liste menée par Christian Estrosi de remporter la région dans un duel face à la liste d'extrême droite menée par Marion Maréchal-Le Pen. De ce fait, l'assemblée régionale ne compte aucun élu de gauche.

"Deux minutes sur le thème des transports, 2 minutes sur l'économie, 2 minutes pour une seule question diverse. Il nous est donc accordé 6 minutes de temps de parole en tout lors de la conférence régionale qui se réunira la semaine prochaine pour la seconde fois en 14 mois !", déplore le député socialiste et tête de liste aux régionales de 2015 Christophe Castaner, président du groupe Union de la gauche de la conférence régionale, dans un communiqué.

"Six minutes, voilà ce que méritent, pour le Président de la Région, les 300.000 habitants de Provence-Alpes-Côte-d'azur qui nous ont apporté leur suffrages et qui, en grand nombre, ont fait barrage au Front national en glissant un bulletin +Christian Estrosi+ dans l'urne au second tour des régionales de 2015", poursuit-il.

Christophe Castaner "demande au Président de Région de respecter, enfin, son engagement d'ouvrir un réel débat démocratique" notamment en demandant la communication de l'ensemble des rapports soumis au vote du Conseil Régional, un engagement selon lui de Christian Estrosi.

"Dans l'attente nous ne participerons pas à ce simulacre et j'attends de Christian Estrosi un engagement clair sur sa volonté de faire ou non vivre cette instance", poursuit-il.

"Depuis bientôt 6 mois, se réunissent, dans les locaux de la Région, des groupes de travail sur des sujets déterminants pour notre région (...) au total, plus de 15 réunions auxquelles M. Castaner n'a jamais participé", a de son côté réagi Christian Estrosi.

"J'ai par ailleurs proposé sans même attendre la demande de M. Castaner d'augmenter le temps de parole de son groupe", a encore ajouté M. Estrosi, se disant "très étonné de sa réaction épidermique".

Dans la même thématique

Paris: Lucie Castets
7min

Politique

« Exigeante », « politique », « âpre négociatrice » : le profil de Lucie Castets par les sénateurs qui l’ont côtoyée

Cette haute fonctionnaire de 37 ans, issue de la société civile et très marquée à gauche, a été choisie par le Nouveau Front populaire comme candidate au poste de Première ministre. Au Sénat, plusieurs élus ont été amenés à travailler avec elle à la mairie de Paris. Ils saluent ses aptitudes, et l’appellent désormais à engager une « bataille de l’opinion » pour pousser Emmanuel Macron à la nommer à Matignon.

Le

Paris Olympics
6min

Politique

Candidature du NFP à Matignon : Emmanuel Macron « botte en touche en disant qu’on va d’abord s’occuper des JO »

Mardi 23 juillet, Emmanuel Macron a donné sa première longue interview télévisée depuis la dissolution et les législatives. L’occasion pour le président de la République de livrer son analyse du scrutin, de temporiser et de refuser net la candidate du Nouveau Front populaire pour Matignon. Analyse de cette prestation avec l’expert en communication Philippe Moreau-Chevrolet.

Le

Emmanuel Macron interview sur France TV
4min

Politique

Emmanuel Macron est-il contraint de nommer Lucie Castets Première ministre ?

Hier, le Nouveau Front populaire s’est accordé sur le nom de Lucie Castets comme candidate au poste de Première ministre. Emmanuel Macron a balayé cette candidature considérant que cela n’était « pas le sujet ». Ce matin, Lucie Castets a demandé au Président de la République « de prendre ses responsabilités et de la nommer Première ministre ». Si constitutionnellement rien ne le contraint à nommer un Premier ministre, la décision du chef de l’Etat réside dans le choix « qui lui semble le plus à même de résister à une motion de censure », selon Bastien François, professeur de sciences politiques à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Le