« Paradise Papers » : « C’est parfaitement moral », selon Gérard Longuet

« Paradise Papers » : « C’est parfaitement moral », selon Gérard Longuet

Les nouvelles révélations des « Paradise Papers », issues d’une enquête du Consortium international des journalistes d’investigation, dont Le Monde fait partie, montrent l’ampleur de l’évasion et de l’optimisation fiscale. Interrogé sur le sujet à l’antenne de Public Sénat, ce lundi (voir la vidéo), le sénateur LR Gérard Longuet n’y voit rien à redire. Au contraire, il […]
Public Sénat

Par Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Les nouvelles révélations des « Paradise Papers », issues d’une enquête du Consortium international des journalistes d'investigation, dont Le Monde fait partie, montrent l’ampleur de l’évasion et de l’optimisation fiscale.

Interrogé sur le sujet à l’antenne de Public Sénat, ce lundi (voir la vidéo), le sénateur LR Gérard Longuet n’y voit rien à redire. Au contraire, il défend ceux qui pratiquent cette optimisation fiscale :

« Ça montre qu’il y a une réticence à l’impôt. Et quand l’impôt est confiscatoire – ce qui est le cas en France – les gens se battent pour garder leur pouvoir d’achat. Il y a des milliers de salariés dont c’est le métier. Ce sont les experts fiscaux. Tout ça est très logique ».

Pour l’ancien ministre de la Défense, depuis longtemps libéral en économie, tout cela « est totalement moral. Quand on vous prend 80 à 90% de vos revenus, c’est normal de défendre les 10 ou 20 % qui restent ».

« C’est une dialectique entre celui qui impose et celui qui paie. Comme entre le glaive et le bouclier, il y en a un qui frappe et un autre qui se protège. (…) Si ces centaines de milliards d’euros ne viennent pas dans les caisses de l’Etat, tant mieux, parce que l’Etat les gaspille assez largement et dépense de l’argent inutilement » pense Gérard Longuet.

Dans la même thématique

« Paradise Papers » : « C’est parfaitement moral », selon Gérard Longuet
3min

Politique

Crise agricole : « 80% des engagements sont tenus ou en passe d’être tenus », affirme Gabriel Attal

Interrogé par François Patriat, président du groupe RDPI (majorité présidentielle) au Sénat sur la crise agricole, le Premier Ministre a reconnu une situation difficile pour les agriculteurs français, déplorant « un malaise, une détresse, une exaspération qui vient de loin », tout en se réjouissant de la réponse apportée par le gouvernement à travers les 62 engagements promis lors de sa conférence de presse début février.

Le