Parcoursup : « 25% des filières ont eu recours à des algorithmes locaux » affirme Pierre Ouzoulias

Parcoursup : « 25% des filières ont eu recours à des algorithmes locaux » affirme Pierre Ouzoulias

Alors que les étudiants peuvent s'inscrire dès ce mardi 22 janvier sur la plateforme d'admission post-bac, Parcoursup, la polémique autour des algorithmes locaux continue après que le Défenseur des droits, Jacques Toubon a émis des critiques et recommandations sur la plateforme
Public Sénat

Par Yann Quercia

Temps de lecture :

4 min

Publié le

Mis à jour le

Coup d’envoi aujourd’hui pour le lancement de la deuxième édition de Parcoursup.  Les futurs bacheliers et les étudiants en réorientation peuvent saisir leurs souhaits de formation dans l’enseignement supérieur. La plateforme, qui a suscité de nombreuses critiques l’année dernière avait conduit au printemps à une large mobilisation des étudiants, qui lui reprochaient d’instaurer la sélection à l’entrée à l’université.

Hier, le Défenseur des droits Jacques Toubon a émis des critiques et recommandations pour Parcoursup. Selon lui, tous les candidats devraient être en mesure de connaître « le contenu exact et la manière précise d'évaluation de leur candidature, (...) en amont du processus ». Il demande au gouvernement de prendre « les mesures nécessaires, d'ordre législatif et d'ordre réglementaire afin de rendre publiques toutes les informations relatives au traitement, y compris algorithmique, et à l'évaluation des dossiers des candidats par les commissions locales des établissements ».

« Ce ne sont pas des recommandations, ce sont des injonctions »

Le Défenseur des droits avait été saisi le 18 juin 2018 du sujet par plusieurs syndicats étudiants et enseignants, ainsi que le sénateur communiste des Hauts-de-Seine, Pierre Ouzoulias, et de Stéphane Troussel, le président PS du conseil départemental de la Seine-Saint-Denis. Pierre Ouzoulias réagit pour Public Sénat à ces recommandations : « Ce ne sont pas des recommandations, ce sont des injonctions et il demande que la ministre présente ses mesures dans deux mois. »

Pierre Ouzoulias regrette qu’il ait fallu presque une année pour obtenir des réponses : « Je suis satisfait mais aussi désolé. Satisfait parce que ça fait un an que nous disons que ce système est complètement opaque. La ministre a remplacé le tirage au sort d’APB par l’opacité. Cela fait un an que nous demandons des documents à la ministre, que M. Toubon a obtenus et qui lui permettent aujourd’hui de fonder son avis. Je suis triste car un parlementaire est obligé de passer par le défenseur des droits pour contrôler l’action du gouvernement. »

Le sénateur communiste affirme que 25% des filières ont eu recours à des algorithmes locaux : « Il n’est pas normal que pendant un an, il ait été affirmé que les algorithmes locaux n’existaient pas alors que maintenant on a appris qu’il y en avait dans environ 25 % des filières. » Ce chiffre a été donné par le sénateur LREM Antoine Karam la semaine dernière, à l’occasion d’un débat au Sénat sur le bilan de l’application de Parcoursup : « Mais seules 25 % des formations ont recours à un outil d'aide à la décision. Le calendrier sera accéléré en 2019. »

Sur le lycée d'origine, l'un des critères de sélection, Jacques Toubon estime qu'une majorité d'établissements n'a pas explicitement détaillé ses modalités de traitement. Il estime que départager les candidats peut être considéré comme une pratique discriminatoire. « Je pense qu’il faut revenir à une pratique simple qui était le baccalauréat, anonyme. » affirme Pierre Ouzoulias. Il conclut : « Avec Parcousup, le baccalauréat n’est plus une référence : ce qui compte ce sont les notes du lycée et dans ce cas-là, le risque est celui de la sélection sociale.»

 « C’est une question récurrente qui relève en fait de chaque établissement »

A la sortie des questions d’actualité au gouvernement du Sénat, ce mardi, la ministre de l’Enseignement Supérieur, Frédérique Vidal a été interrogée sur cette question « des algorithmes locaux ».

« C’est une question récurrente qui relève en fait de chaque établissement (…) ce qu’il faut bien comprendre, c’est que chaque année les populations de futurs étudiants qui souhaitent s’inscrire sont différentes. Ce qui est important, c’est que les critères d’examen soient connus, ce qui est le cas cette année. Ensuite, les jurys délibèrent. Cette délibération, il est difficile de savoir à l’avance comment elle va se dérouler, tant qu’on ne connaît pas les candidats. Sur ce sujet, ce qui est vraiment important, c’est de rappeler que les filières sélectives continuent de sélectionner au travers de la plateforme Parcoursup comme elles le faisaient auparavant »

Existe-t-il des algorithmes locaux ? : "C'est une question récurrente qui relève de chaque établissement et qui a été confirmée par plusieurs expertises" affirme Frédérique Vidal
01:33

 

Dans la même thématique

Brussels Special European Council – Emmanuel Macron Press Conference
3min

Politique

Élections européennes : avant son discours de la Sorbonne, l’Élysée se défend de toute entrée en campagne d’Emmanuel Macron

Ce jeudi 25 avril, le président de la République prononcera un discours sur l’Europe à la Sorbonne, sept ans après une première prise de parole. Une façon de relancer la liste de Valérie Hayer, qui décroche dans les sondages ? L’Élysée dément, affirmant que ce discours n’aura « rien à voir avec un meeting politique ».

Le

Parcoursup : « 25% des filières ont eu recours à des algorithmes locaux » affirme Pierre Ouzoulias
8min

Politique

IA, simplification des formulaires, France Services : Gabriel Attal annonce sa feuille de route pour « débureaucratiser » les démarches administratives

En déplacement à Sceaux ce mardi dans une maison France Services, quelques minutes seulement après avoir présidé le 8e comité interministériel de la Transformation publique, le Premier ministre a annoncé le déploiement massif de l’intelligence artificielle dans les services publics, ainsi que la simplification des démarches. Objectif ? Que « l’Etat soit à la hauteur des attentes des Français ».

Le

Brussels Special European Council – Renew Europe
10min

Politique

Européennes 2024 : avec son discours de la Sorbonne 2, Emmanuel Macron « entre en campagne », à la rescousse de la liste Hayer

Emmanuel Macron tient jeudi à la Sorbonne un discours sur l’Europe. Si c’est le chef de l’Etat qui s’exprime officiellement pour « donner une vision », il s’agit aussi de pousser son camp, alors que la liste de la majorité patine dans les sondages. Mais il n’y a « pas un chevalier blanc qui va porter la campagne. Ce n’est pas Valérie Hayer toute seule et ce ne sera même pas Emmanuel Macron tout seul », prévient la porte-parole de la liste, Nathalie Loiseau, qui défend l’idée d’« un collectif ».

Le

Jordan Bardella visite Poste-Frontiere de Menton
5min

Politique

Elections européennes : la tentation des seniors pour le vote RN, symbole de « l’épanouissement du processus de normalisation » du parti, selon Pascal Perrineau

Alors que la liste menée par Jordan Bardella (31.5%) devance de plus de 14 points la liste Renaissance, menée par Valérie Hayer (17%), selon le dernier sondage IFOP-Fiducial pour LCI, le Figaro et Sud-Radio, le parti de Marine Le Pen, mise désormais sur l’électorat âgé, traditionnellement très mobilisé pour les élections intermédiaires. Désormais deuxième force politique chez les plus de 65 ans (le RN conquiert 24% de cet électorat, 7 points de moins que Renaissance), la stratégie semble porter ses fruits. Décryptage avec le politologue Pascal Perrineau, professeur émérite à Sciences Po Paris et récent auteur de l’ouvrage Le Goût de la politique : Un observateur passionné de la Ve République, aux éditions Odile Jacob.

Le